la mutuelle générale

Ne choisissez plus entre votre budget et votre santé

Femme
Hyperthyroïdie, hypothyroïdie : quand la thyroïde se dérègle...

Hyperthyroïdie, hypothyroïdie : quand la thyroïde se dérègle...

Les troubles de la thyroïde sont très fréquents.Ils se traduisent généralement par une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie, dont les symptômes sont globalement opposés. Le point sur ces deux maladies de thyroïde que sont l'hypothyroïdie et l'hyperthyroïdie, et leur traitement.

Quand la glande thyroïde s'emballe (hyperthyroïdie) ou inversement se met au ralenti (hypothyroïdie)


La thyroïde est une petite glande située à la base du cou qui produit des hormones indispensables au bon fonctionnement de nos cellules et de nos organes.

Il arrive que cette glande thyroïde s'emballe et produise trop d'hormones (hyperthyroïdie), provoquant alors des troubles.

Inversement, la glande thyroïde peut se mettre au ralenti, à l'origine d'un déficit hormonal (hypothyroïdie).



 
Les symptômes qu'entraîne l'hypothyroïdie se situent globalement à l'opposé de ceux de l'hyperthyroïdie.

L'hypothyroïdie est plus fréquente que l'hyperthyroïdie.

Quels sont les symptômes de l'hyperthyroïdie ?




 
L'hyperthyroïdie touche plus souvent des femmes, avec 8 femmes pour 1 homme.

Lorsque la glande thyroïde s'emballe, l'organisme fonctionne comme « à plein régime », ce qui se traduit par les principaux symptômes suivants :

  • Accélération du rythme cardiaque, pouls rapide dépassant les 100 pulsations par minute.
  • Palpitations cardiaques.
  • Transpiration abondante, voire bouffées de chaleur.
  • Troubles de l'humeur : nervosité, anxiété, irritabilité, instabilité émotionnelle, dépression...
  • Troubles du sommeil.
  • Fatigue.
  • Accélération du transit avec diarrhées.
  • Augmentation de l'appétit.
  • Perte de poids rapide et importante.
  • Essoufflement pour des efforts de moins en moins importants.
  • Faiblesse musculaire, voire fonte musculaire.
  • Tremblements au niveau des mains notamment.
  • Intolérance à la chaleur.
  • Troubles du cycle menstruel.
  • Apparition d'un goitre à la base du cou.
  • Etc.

À noter cependant que les symptômes sont parfois très discrets, notamment chez les sujets âgés, et qu'alors seuls des dosages hormonaux mettront en évidence l'hyperthyroïdie.

À savoir :

La maladie de Basedow est une maladie auto-immune très souvent en cause dans l'hyperthyroïdie.

Les nodules thyroïdiens font aussi partie des troubles de la thyroïde, et certains de ces nodules peuvent entraîner une hyperthyroïdie.

Quels sont les symptômes de l'hypothyroïdie ?




Lorsque par manque d'hormones thyroïdiennes, l'organisme se met à fonctionner au ralenti, les symptômes suivants peuvent apparaître :

  • Fatigue.
  • Manque d'entrain, lassitude.
  • Frilosité.
  • Manque d'appétit.
  • Prise de poids modérée.
  • Ralentissement cardiaque, essoufflement.
  • Crampes, raideurs musculaires.
  • Constipation.
  • Peau froide, sèche et pâle.
  • Cheveux et ongles cassants.
  • Chute de cheveux.
  • Troubles menstruels.
  • Infertilité.
  • Confusion, lenteur intellectuelle.
  • Voix rauque.
  • Irritabilité, voire dépression.
  • Apparition d'un goitre à la base du cou.
  • Etc.
L'hypothyroïdie est un trouble thyroïdien fréquent chez les femmes de plus de 50 ans.

Quels sont les traitements de l'hypothyroïdie et de l'hyperthyroïdie ?


L'hypothyroïdie ne se guérit pas mais se corrige en prenant tous les jours des hormones thyroïdiennes de substitution.
On réussit ainsi à compenser le manque d'hormones et à rétablir un fonctionnement normal de l'organisme.

Inversement, le traitement de l'hyperthyroïdie consiste à bloquer la synthèse des hormones thyroïdiennes, à l'aide de médicaments antithyroïdiens.
Parfois un traitement à l'iode radioactif est nécessaire : l'iode se fixant sur la glande thyroïde bloque l'activité de celle-ci (l'iode est un composant essentiel à la fabrication des hormones thyroïdiennes).

Enfin, on peut prescrire des traitements contre les symptômes pour améliorer la qualité de vie (troubles du sommeil, dépression, palpitations cardiaques...).






Dans tous les cas, le traitement est long, parfois à vie, et impose des contrôles fréquents avec une surveillance étroite.

Isabelle Eustache

Partagez
Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer