En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Enfant
Enfant
  • Imprimer
Adolescents et prise de poids : faut-il leur imposer un régime amaigrissant ?

Adolescents et prise de poids : faut-il leur imposer un régime amaigrissant ?

La réponse est non ! Tous les régimes amaigrissants, quel qu’ils soient, se soldent par une nouvelle prise de poids et souvent des troubles alimentaires. Comment alors gérer la situation pour maîtriser la prise de kilos d’un adolescent ?

 



Ados : pourquoi grossissent-ils ?

En fait, les ados ont toutes les raisons du monde de grossir. Leur corps leur joue des tours impossibles, avec des poils qui poussent et la voix qui change chez les garçons, des poils aussi, des seins et des règles qui s’installent chez les filles. Le monde qu’on leur promet n’est pas vraiment réjouissant. Ils s’ennuient souvent. Les adultes les énervent, les parents encore plus et ils se réfugient dans les réseaux sociaux, passant des heures sur leur smartphone ou leur ordi sans bouger. Ils n’ont aucune envie de pratiquer le moindre sport. Et ils n’ont pas confiance en eux. Mais tout ce qui est sucré et gras leur fait du bien, les apaise, les remplit. C’est pourquoi ils ont une fâcheuse tendance à se gaver de tous ces produits industriels vantés par les publicités dont ils sont submergés et boivent beaucoup de sodas. Ils grossissent, tout comme les adultes, car leurs apports caloriques sont supérieurs à leurs dépenses énergétiques. Pour beaucoup d’entre eux, cette prise de poids a commencé dès l’enfance, surtout quand les parents en souffrent aussi. Ces ados combinent alors mal-être, pression sociale et hérédité.

Ados en surpoids et régimes

Les personnes en surpoids sont mal vues dans notre société où la minceur est une vertu cardinale. Les ados en surpoids souffrent encore plus que les adultes de cette discrimination qui contribue à les rendre encore plus mal dans leur peau. Ce qui les conduit, surtout les filles, à plonger dans n’importe quel régime amaigrissant, n’importe quelle produit miracle, souvent découverts sur un forum et toujours dangereux. Un régime amaigrissant qui les déstabilise encore plus car ils sont toujours suivis d’une reprise de poids et peuvent les conduire à l’obésité. Mais les parents font aussi l’erreur d’imposer un régime amaigrissant à la maison, ce qui, le plus souvent, n’arrange pas la relation difficile qu’ils ont avec leur ado. D’autant plus que ce régime aussi est toujours voué à l’échec.  

Première démarche : analyser la courbe de poids

Votre ado est-il vraiment trop gros ? C’est la première question à vous poser. La réponse est dans sa courbe de poids par rapport à la taille qui se trouve dans son carnet de santé. Une fille, par rapport aux critères de quasi maigreur qui règnent dans la mode (on en est arrivé à la taille XXS !), risque fort de se trouver trop grosse alors qu’elle est d’un poids tout à fait normal. Il faut alors surveiller (discrètement !) qu’elle n’avale pas de pilule amaigrissante, qu’elle ne prend pas la pente fatale de l’anorexie et l’informer des dangers de la maigreur : les exemples de catastrophes ne manquent pas sur Internet. Un garçon n’a pas cette obsession. Il peut fort bien s’accommoder des premiers kilos en trop. Qu’il faut évidemment stopper. De même que ceux d’une fille qui s’’arrondit trop.

Deuxième démarche : bilan de l’alimentation familiale

Si le désordre y règne, si elle est essentiellement composée de plats et de produits industriels, si chacun mange ce qu’il vaut et quand il veut devant un écran, si la soupe de légumes est une exception culturelle, si les placards regorgent de biscuits et de chips, le frigo de sodas etc. alors, il est grand temps de mettre de l’ordre dans cette alimentation.Car c’est elle, donc vous, qui est responsable de ces prises de kilos. Mais si le dîner rassemble la famille autour d’un menu où légumes, fruits et céréales sont habituels, s’il compense les défauts du déjeuner à la cantine (car vous êtes au courant des menus), il faut alors trouver une solution individuelle.

Petit déjeuner, sommeil et fringales

Si votre ado le saute régulièrement pour cause de réveil tardif, ou s’il se contente d’un bol de céréales et rien d’autre, vous devez alors remettre les choses en place. Pourquoi ? Parce qu’il est forcément victime de fringales hypoglycémiques dans la matinée ce qui le conduit à manger n’importe quoi dans la matinée ou à se gaver au déjeuner. Les céréales sont tout de suite digérées et elles ont les mêmes conséquences que l’absence de petit déjeuner. Le manque de sommeil favorise aussi la prise de poids. Vous devez exiger qu’il se couche plut tôt, et sans smartphone, afin de mieux et suffisamment dormir. Cela ne sera pas facile, mais c’est nécessaire. Et/ou ne plus acheter de céréales et mettre tout le monde aux tartines beurre/confiture : il y prendra vite goût. Ainsi, en lui faisant démarrer sa journée bien lesté de glucides lents, vous lui donnez plus de chances de ne pas avoir envie de produits gras/sucrés ensuite. Ce sera toujours ça de gagné !

Aucune privation mais manger lentement

Inutile d’interdire le moindre produit, même le plus gras et le plus sucré. De toute façon, votre ado n’obéira pas, il se sentira exclu, il en aura encore plus envie et il le mangera en douce et sans doute en culpabilisant. Que ce soit un hamburger, un paquet de chips, une assiette de pâtes, il avale tout à toute allure pour satisfaire ce besoin de se remplir. Demandez-lui de manger toujours lentement en lui expliquant le phénomène de la satiété. Faites plusieurs fois l’expérience avec lui au cours d’un goûter tranquille en tête à tête avec un gâteau : il ressentira cette sensation de bien-être procurée par la satiété et vous avez alors toutes les chances de gagner ! Peu à peu, sans aucune privation, il va manger moins, ajuster spontanément ses apports caloriques à ses dépenses énergétiques et sa prise de poids va se stopper tandis qu’il continuera de grandir. Il retrouvera ainsi un poids normal. $$Augmenter ses dépenses énergétiques$ Celles de votre ado sont très diminuées pour cause de temps passé devant les écrans, même s’il lui arrive de marcher en consultant son smartphone. S’il renâcle farouchement à toute idée de la moindre dépense physique, n’hésitez pas à imposer une activité familiale genre balade pendant les week-ends. Cela fera le plus grand bien à tout le monde, vous compris ! Mais vous pouvez aussi lui faire charger une appli qui décompte les dépenses énergétiques et les calories : il risque fort de se prendre au jeu, de marcher plus souvent et ainsi de dépenser plus. Avec ces quelques mesures faciles à mettre en place, vous devriez stopper la prise de kilos de votre ado. A condition que vous manifestiez quand même une certaine autorité !

 

Marion Garteiser, journaliste santé

Adolescents et prise de poids : faut-il leur imposer un régime amaigrissant ?

La réponse est non ! Tous les régimes amaigrissants, quel qu’ils soient, se soldent par une nouvelle prise de poids et souvent des troubles alimentaires. Comment alors gérer la situation pour maîtriser la prise de kilos d’un adolescent ?

 



Ados : pourquoi grossissent-ils ?

En fait, les ados ont toutes les raisons du monde de grossir. Leur corps leur joue des tours impossibles, avec des poils qui poussent et la voix qui change chez les garçons, des poils aussi, des seins et des règles qui s’installent chez les filles. Le monde qu’on leur promet n’est pas vraiment réjouissant. Ils s’ennuient souvent. Les adultes les énervent, les parents encore plus et ils se réfugient dans les réseaux sociaux, passant des heures sur leur smartphone ou leur ordi sans bouger. Ils n’ont aucune envie de pratiquer le moindre sport. Et ils n’ont pas confiance en eux. Mais tout ce qui est sucré et gras leur fait du bien, les apaise, les remplit. C’est pourquoi ils ont une fâcheuse tendance à se gaver de tous ces produits industriels vantés par les publicités dont ils sont submergés et boivent beaucoup de sodas. Ils grossissent, tout comme les adultes, car leurs apports caloriques sont supérieurs à leurs dépenses énergétiques. Pour beaucoup d’entre eux, cette prise de poids a commencé dès l’enfance, surtout quand les parents en souffrent aussi. Ces ados combinent alors mal-être, pression sociale et hérédité.

Ados en surpoids et régimes

Les personnes en surpoids sont mal vues dans notre société où la minceur est une vertu cardinale. Les ados en surpoids souffrent encore plus que les adultes de cette discrimination qui contribue à les rendre encore plus mal dans leur peau. Ce qui les conduit, surtout les filles, à plonger dans n’importe quel régime amaigrissant, n’importe quelle produit miracle, souvent découverts sur un forum et toujours dangereux. Un régime amaigrissant qui les déstabilise encore plus car ils sont toujours suivis d’une reprise de poids et peuvent les conduire à l’obésité. Mais les parents font aussi l’erreur d’imposer un régime amaigrissant à la maison, ce qui, le plus souvent, n’arrange pas la relation difficile qu’ils ont avec leur ado. D’autant plus que ce régime aussi est toujours voué à l’échec.  

Première démarche : analyser la courbe de poids

Votre ado est-il vraiment trop gros ? C’est la première question à vous poser. La réponse est dans sa courbe de poids par rapport à la taille qui se trouve dans son carnet de santé. Une fille, par rapport aux critères de quasi maigreur qui règnent dans la mode (on en est arrivé à la taille XXS !), risque fort de se trouver trop grosse alors qu’elle est d’un poids tout à fait normal. Il faut alors surveiller (discrètement !) qu’elle n’avale pas de pilule amaigrissante, qu’elle ne prend pas la pente fatale de l’anorexie et l’informer des dangers de la maigreur : les exemples de catastrophes ne manquent pas sur Internet. Un garçon n’a pas cette obsession. Il peut fort bien s’accommoder des premiers kilos en trop. Qu’il faut évidemment stopper. De même que ceux d’une fille qui s’’arrondit trop.

Deuxième démarche : bilan de l’alimentation familiale

Si le désordre y règne, si elle est essentiellement composée de plats et de produits industriels, si chacun mange ce qu’il vaut et quand il veut devant un écran, si la soupe de légumes est une exception culturelle, si les placards regorgent de biscuits et de chips, le frigo de sodas etc. alors, il est grand temps de mettre de l’ordre dans cette alimentation.Car c’est elle, donc vous, qui est responsable de ces prises de kilos. Mais si le dîner rassemble la famille autour d’un menu où légumes, fruits et céréales sont habituels, s’il compense les défauts du déjeuner à la cantine (car vous êtes au courant des menus), il faut alors trouver une solution individuelle.

Petit déjeuner, sommeil et fringales

Si votre ado le saute régulièrement pour cause de réveil tardif, ou s’il se contente d’un bol de céréales et rien d’autre, vous devez alors remettre les choses en place. Pourquoi ? Parce qu’il est forcément victime de fringales hypoglycémiques dans la matinée ce qui le conduit à manger n’importe quoi dans la matinée ou à se gaver au déjeuner. Les céréales sont tout de suite digérées et elles ont les mêmes conséquences que l’absence de petit déjeuner. Le manque de sommeil favorise aussi la prise de poids. Vous devez exiger qu’il se couche plut tôt, et sans smartphone, afin de mieux et suffisamment dormir. Cela ne sera pas facile, mais c’est nécessaire. Et/ou ne plus acheter de céréales et mettre tout le monde aux tartines beurre/confiture : il y prendra vite goût. Ainsi, en lui faisant démarrer sa journée bien lesté de glucides lents, vous lui donnez plus de chances de ne pas avoir envie de produits gras/sucrés ensuite. Ce sera toujours ça de gagné !

Aucune privation mais manger lentement

Inutile d’interdire le moindre produit, même le plus gras et le plus sucré. De toute façon, votre ado n’obéira pas, il se sentira exclu, il en aura encore plus envie et il le mangera en douce et sans doute en culpabilisant. Que ce soit un hamburger, un paquet de chips, une assiette de pâtes, il avale tout à toute allure pour satisfaire ce besoin de se remplir. Demandez-lui de manger toujours lentement en lui expliquant le phénomène de la satiété. Faites plusieurs fois l’expérience avec lui au cours d’un goûter tranquille en tête à tête avec un gâteau : il ressentira cette sensation de bien-être procurée par la satiété et vous avez alors toutes les chances de gagner ! Peu à peu, sans aucune privation, il va manger moins, ajuster spontanément ses apports caloriques à ses dépenses énergétiques et sa prise de poids va se stopper tandis qu’il continuera de grandir. Il retrouvera ainsi un poids normal. $$Augmenter ses dépenses énergétiques$ Celles de votre ado sont très diminuées pour cause de temps passé devant les écrans, même s’il lui arrive de marcher en consultant son smartphone. S’il renâcle farouchement à toute idée de la moindre dépense physique, n’hésitez pas à imposer une activité familiale genre balade pendant les week-ends. Cela fera le plus grand bien à tout le monde, vous compris ! Mais vous pouvez aussi lui faire charger une appli qui décompte les dépenses énergétiques et les calories : il risque fort de se prendre au jeu, de marcher plus souvent et ainsi de dépenser plus. Avec ces quelques mesures faciles à mettre en place, vous devriez stopper la prise de kilos de votre ado. A condition que vous manifestiez quand même une certaine autorité !

 

Marion Garteiser, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Économisez sur votre budget, pas sur la santé de votre famille

Garanties complètes, réduction famille, bonus fidélité, assistance incluse, choisissez la mutuelle adaptée à vos besoins
Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0969 363 373 (appel non surtaxé)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×