Fruits et légumes de saison : prendre soin de sa santé et se faire plaisir

2 août 2021

légumes bio frais dans un panier en osier dans le jardin

Déguster les fruits et légumes de saison permet de bénéficier pleinement des qualités nutritionnelles des aliments mais aussi de se régaler. Même la planète en redemande ! Pourquoi manger de saison ?  Peut-on manger de saison toute l’année ? Où s’approvisionner ? La Mutuelle Générale répond à ces questions !

Manger de saison, quésaco ?

Manger de saison, c’est respecter le calendrier optimal de récolte des fruits et légumes. « Ceux qui ont un petit potager le savent très bien, on ne pourra pas faire pousser de tomates en plein hiver. Par contre les choux ou les pommes de terre sont parfaitement adaptés aux températures froides », rappelle Angélique Fabiani, diététicienne. Manger de saison, c’est consommer les fruits et les légumes à la bonne période. 

Quels bénéfices ? 

Se régaler

Les aliments de saison ont plus de goût car ils sont consommés plus rapidement après la récolte que ceux qui ont voyagé pour parvenir jusqu’à nos assiettes. Ces derniers, souvent cueillis trop verts, ne parviennent généralement pas à développer toutes leurs saveurs. 

Améliorer son alimentation

L’alimentation est un précieux allié pour la santé, et consommer des fruits et légumes de saison aide à la conserver. « Ils répondent au bon moment à nos besoins nutritionnels. En été, par exemple, nous transpirons plus car il fait chaud. Notre corps a besoin de plus d’eau et c'est ce que les aliments de saison nous apportent : tomates, pastèque, pêche, concombre, explique Angélique Fabiani. En hiver, les fruits et légumes sont plus riches en calories et en vitamines C. C’est idéal pour notre corps à cette saison ! »

Faire un geste pour la planète

Respecter le calendrier de production permet de limiter les engrais et pesticides. Par ailleurs, le bilan carbone est moins élevé. Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), consommer des fraises espagnoles en mars a un impact sur l’environnement 3,5 fois plus élevé que de consommer des fraises produites en France en juin. Et, toujours selon l’Ademe, une tomate cultivée sous serre chauffée émet 8 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate produite en extérieur en pleine saison.

Faire des économies

Les aliments hors saison sont transportés sur de grandes distances, parfois en avion, ce qui en augmente mécaniquement le prix.

Peut-on manger de saison toute l’année ?

Bien sûr, les fruits et les légumes poussent toute l’année et cela amène une diversité dans nos assiettes. 

  • Au printemps, les légumes primeurs arrivent dans nos assiettes. Épinards, petits pois, cresson, asperges, fèves, carottes, pois gourmands... Et les fruits ? C’est la période fraises, cerises, framboises…
  • En été, on dégustera plutôt les légumes du soleil. Idéal en ratatouille ou en gazpacho. C’est aussi le règne des fruits à noyau : abricot, pêche, nectarine…. Mais aussi des myrtilles et des mûres. 
  • En automne, c’est la saison des courges (butternut, citrouille, potiron) et de la cueillette aux champignons. Le coing, la châtaigne, les noix et noisettes viendront agrémenter vos desserts. 
  • En hiver, on retrouve les légumes racines, une large famille très diversifiée : panais, rutabagas, crosnes, topinambours… Sans oublier évidemment les Bracicacées : brocoli, choux de Bruxelles, chou-fleur, romanesco… Côté fruits, outre les agrumes, c’est la saison des pommes et des poires.

Où s’approvisionner ?

Commencer par vous procurer un calendrier des fruits et légumes de saison. Puis, allez flâner au marché en privilégiant les producteurs locaux. Certains proposent des drives fermiers. Le principe ? Passer à l’exploitation pour acheter sur place. Si vous avez envie de profiter du bon air, certaines fermes vous laissent cueillir vous-même les produits. Si vous habitez dans une zone urbaine, sachez que de nombreux organismes proposent des aliments locaux de saison : les Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), La Ruche qui dit Oui, les paniers bio solidaires, ainsi que certains magasins bio qui s’approvisionnent auprès des agriculteurs du coin.