La Mutuelle Générale

Forme et bien être

Forme et bien être
  • Imprimer

La méditation : les raisons de s’y mettre

27 mai 2020

Plus besoin de partir dans un ashram en Inde, de rejoindre un maître zen au Japon ou de réaliser parfaitement la position du lotus pour s’adonner à la pratique de la méditation. Aujourd’hui, chacun peut débuter à son rythme, avec à la clé d’importants bienfaits pour sa santé. Découverte de ce qui vous attend.

Ça veut dire quoi « méditer » ?

Associée aux philosophies et religions orientales, incluant le bouddhisme et l’hindouisme, la méditation comme nous la connaissons fut pratiquée pendant près de 5000 ans en Asie, avant d’intéresser les occidentaux après la seconde guerre mondiale.

C’est cependant à la fin des années 1970 qu’elle prendra son essor. Le professeur de médecine américain Jon Kabat-Zinn fonde la clinique de réduction du stress dans l’état du Massachusetts, et enseigne la méditation « mindfulness » (la pleine conscience) à ses patients. Ramenée en France notamment par le psychiatre Christophe André, celui-ci la décrira comme une pratique qui consiste à « seulement observer, sans juger, sans attendre quoi que ce soit, sans rien empêcher d’arriver à son esprit, mais aussi sans s’accrocher à ce qui y passe. C’est tout. C’est simple. ». Et c’est dans cette simplicité que la méditation se développe dans l’hexagone depuis une dizaine d’années.

Une pratique en hausse

Ainsi est-elle devenue une pratique incontournable aujourd’hui. Au point que des dizaines d’applications sur smartphone existent déjà, dont Petit Bambou, l’un des leaders dans le domaine. Lancé en 2015, celui-ci revendiquait en 2019 plus de 3 millions d’utilisateurs rien qu’en France. Des dizaines de livres sur le sujet, des milliers de méditations guidées sur des sites de partage comme Youtube, des groupes de méditation… On la retrouve dans l’intimité du foyer comme dans les entreprises où elle s’invite à tous les étages car on peut la pratiquer partout.

Pourquoi s’y mettre ?

Comme a pu le montrer Jon Kabat-Zinn, mais aussi de nombreux autres scientifiques, méditer régulièrement a des effets positifs dans la diminution du stress, mais pas seulement. S'entraîner à maintenir son attention sur la réalité présente et non sur ses peurs réduit aussi l'anxiété, les risques de dépression, favorise le bien-être mental, la stabilité émotionnelle, et améliore l’humeur, le sommeil et l’immunité.

Dans un même ordre d’idée, et selon l’American Heart Association, il a été montré en 2017* que la méditation avait également une action sur la réduction des risques cardiovasculaires (crise cardiaque, AVC…). Quant aux travaux de la neuroscientifique Sara Lazar, de la Harvard Medical School, elle limiterait les effets de l’âge sur le cerveau. Les sujets étudiés** de 50 ans possédaient la même quantité de matière grise que ceux de 25 ans !

* Etude sur https://www.ahajournals.org/doi/full/10.1161/jaha.117.002218
** Etudes sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3004979/https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1361002/

Comment débuter ?

Il existe tellement de façons différentes de méditer qu’il est préférable de suivre des méditations guidées en ligne ou de choisir un des nombreux ouvrages (Méditer jour après jour de Christophe André, Apprendre à méditer de Stahl Bob, L’art de la méditation de Matthieu Ricard...) avec des conseils pour débuter.

Bien souvent, c’est en se centrant sur sa respiration, ses sensations, en observant ses émotions, ses pensées, sans émettre aucun jugement de valeur vis-à-vis de soi-même ni d’autrui, pendant 15 à 20 min par jour que les méditants, même amateurs, constatent les premiers résultats au bout de quelques semaines. Le plus important : que la pratique s’inscrive dans le temps et de façon régulière et continue.

La méditation, une pratique qui s’étend et séduit beaucoup de monde

Nombreuses sont les entreprises à se lancer dans un programme de relaxation. Et pour cause : avec la mise en place du plan Santé au travail (2010-2014), les sociétés ont désormais une obligation de résultat concernant la réduction des risques psychosociaux, en commençant par l’anxiété de leurs salariés. En effet, le stress coûte cher : 50 à 60 % de l’absentéisme seraient entraînés par le stress au travail, selon l’Agence européenne pour la santé.

Ainsi, Google, Ford et Calsberg ont été parmi les premières à introduire la méditation dans leurs locaux. Puis, en France, les grands groupes comme EDF, L’Oréal… ont suivi.

D’autres secteurs comme l’armée (notamment aux Etats-Unis) y voient une façon d’améliorer les compétences de leurs troupes.

Dans les écoles, une même envie de sérénité a vu le jour. De plus en plus de professeurs proposent à leurs élèves 10 minutes de méditation avant de commencer la journée.

Dans un monde où la rapidité et la performance sont de mises depuis des années, prendre ce temps pour se retrouver, s’écouter et être avec soi semble dessiner un avenir peut-être plus sage.

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Espace Adhérents
Contactez-nous depuis la rubrique « Contact » de votre Espace Adhérent Accédez ou créez votre Espace >
Ou appelez-nous
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×