La Mutuelle Générale

Forme et bien être

Forme et bien être
  • Imprimer

Nos conseils pour prendre soin de vos enfants à la maison

20 avril 2020

Vacances scolaires, week-end… Vous avez prévu de profiter de vos enfants à la maison. Pour prendre soin d’eux tout en trouvant du temps et des espaces pour vous, voici nos conseils et astuces.

Avant tout, planifiez la journée

Tout dépend bien entendu de l’âge de vos enfants, mais pour éviter de tomber dans le « oui, j’arrive ! » à chaque fois qu’un d’entre eux vous appelle, il est important d’établir un programme de la journée avec des tâches et des activités : loisirs créatifs, heures des repas, apprentissages, mais aussi des moments calmes où vous leur proposerez de rester quelques instants seuls, surtout après le déjeuner. Vous en profiterez ainsi pour vous isoler et prendre un peu de temps pour vous. Cela vous aidera à maintenir un équilibre indispensable pour éviter l’épuisement et l’agressivité des fins de journées.

Déterminez des espaces

Le mieux est de créer des espaces dédiés. Le jardin (s’il existe) ou la pièce la plus grande de l’appartement seront réservés aux jeux extérieurs et aux entraînements physiques (parcours de motricité pour les moins de 6 ans, séances de sport comme courir sur place, monter les genoux… pour les plus grands. Vous pouvez vous inspirer des cours de GymDirect sur la chaîne C8).
Les activités créatives et les apprentissages trouveront leur place sur le bureau d’une chambre, un grenier aménagé… Cela évitera de disperser peinture, pâte à modeler, chute de tissus, cahier de mathématiques… dans l’intégralité du logement et permettra de rappeler certaines consignes comme « se laver les mains quand on rentre du jardin » ou « ranger la boîte de perles avant d’aller dîner »...

Réfléchissez à des ateliers

Tout dépend de l’âge de vos enfants. Gardez en tête qu’un petit de 2 à 5 ans a une concentration assez courte et qu’il vous faudra proposer des activités qui ne durent pas plus de 15 à 20 minutes, comme faire un coloriage ou réaliser un dessin, créer des éléments en pâte à modeler, faire un gâteau, jouer à un jeu à l’intérieur comme à l’extérieur si vous avez un jardin (pensez aux jeux de ballon, à la construction d’une cabane en tissu, en bois ou en carton…).
. S’ils sont plus grands, proposez-leur de se lancer dans des ateliers « Do It Yourself »* (couture, création de bijoux et d’accessoires...). N’hésitez pas à faire le point sur le matériel dont ils ont besoin, à les commander si nécessaire et à regarder avec eux les tutoriels pour leur réalisation.

* A faire soi-même. Le marché du loisirs créatifs enfants en 2017 représentait 252 millions d’euros selon une étude NPD Group.

Proposez des apprentissages

Si les activités créatrices font l’unanimité parmi les enfants, la continuité des apprentissages a également le vent en poupe. Mais pas n’importe comment. Que cela soit pour un enfant avec des difficultés scolaires ou juste pour qu’ils ne perdent pas ses précieux acquis, aujourd’hui, l’ère est au numérique. Sans les amener à s’ « abrutir » devant les écrans, il existe toutes sortes d’applications, de podcasts et de cours en ligne parfois gratuits qui permettent de parfaire ses connaissances à tout âge. C’est le cas avec :
- Les odyssées de France Inter qui permettent de découvrir des personnages historiques qui ont façonné notre pays : https://www.franceinter.fr/emissions/les-odyssees
- Skilleos.com qui dispose de de plus de 300 formations, de la couture à la photographie, en passant par l’anglais.
- Toutunpetitmonde.com qui propose des kits d’activités éducatives sur les différents pays du monde aux enfants de 5 à 8 ans.
- Maxicours.com qui développe du soutien scolaire du CP à la Terminale ou Jenseigne.fr qui dispense gratuitement du contenu de cours accessible de la petite section au lycée.

 

Ritualisez le coucher pour un sommeil réparateur

Selon une étude de l'Agence nationale de santé publique* en 2019, un enfant dort entre 12 à 14 heures par jour** vers l’âge de 2 ans, puis 10 heures par nuit à 6 ans, jusqu’à atteindre 9 heures par nuit à 12 ans.
Quel que soit l’âge, il est préconisé de maintenir un rythme de sommeil régulier, avec des heures de coucher qui évolueront vers un coucher plus tardif d’une heure, voire deux maximums pendant les vacances scolaires et les week-ends.
Pour qu’un enfant profite d’un sommeil réparateur, on évitera que la chambre soit surchauffée, trop éclairée, et proche d’un espace bruyant. De la même manière, mieux vaut limiter les activités trop stimulantes en soirées comme le sport ou les jeux violents, qui ont tendance à nuire à l’endormissement. Préférez au contraire des activités calmes et reposantes comme lire, écouter de la musique douce…
Pour les plus jeunes, la ritualisation du coucher demeure essentielle (raconter une histoire, chanter une berceuse, faire un câlin…) pour un coucher rapide et sans difficulté.

* l'Agence nationale de santé publique (Santé publique France) ** réparties en 10 ou 12 heures par nuit et une sieste de 2 heures

Préparez des repas adaptés à heures régulières

L’alimentation des 3-12 ans est importante pour un bon développement. Et pour cause : c’est durant cette période qu’un enfant va faire l’apprentissage de ses futures habitudes alimentaires. On se rappellera qu’il est important d’instaurer dans la journée à heures régulières quatre repas principaux avec :
- un petit-déjeuner, composé d’un produit laitier, un aliment à base de céréales, un fruit entier ou pressé et une boisson.
- un déjeuner et un dîner, avec une base de légumes, une viande, un laitage et un fruit. Concernant la boisson, seule l’eau à table est indispensable et doit le rester. - un goûter. C’est un moment important à proposer deux heures au moins avant le dîner. Il peut être composé d’une boisson, d’un produit laitier, d’un fruit, de pain ou de biscuits secs si possible non raffinés.
Vous réserverez les aliments plaisirs (bonbons, chips, sodas…) aux occasions exceptionnelles.
Pendant ces temps de repas, la télévision est à proscrire car elle empêche l’enfant d’être attentif aux signaux corporels de satiété. Devant un écran, il mange bien souvent davantage sans s’en rendre compte.
Un conseil : face aux « je n’aime pas », ou « je n’en veux pas », n’insistez pas et surtout ne le forcez pas. Entre 2 et 10 ans, les enfants passent par une phase de néophobie (il aime un aliment puis le lendemain, le déteste). Au contraire, reproposez lui le même aliment préparé différemment (un légume peut être préparé en gratin, purée…) à un prochain repas. Et rappelez-vous : donnez-lui à manger selon son appétit et non en fonction de ce que vous avez préparé.

Florence Massin, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×