Zoom sur les médecines douces

Zoom sur les médecines douces

2 min / 3 novembre 2021

Perçues comme plus respectueuses de l’organisme, les médecines douces englobent des pratiques que les Français estiment complémentaires à la médecine conventionnelle pratiquée en Occident. Elles attirent les Français en quête de méthodes naturelles. Ostéopathie, homéopathie, acupuncture : zoom sur les principales spécialités de la médecine douce. 

Une alternative à la médecine appréciée des Français

Les Français sont majoritairement favorables aux médecines douces. Au moins une personne sur deux* a déjà fait appel à ces méthodes alternatives. Les pratiques sont nombreuses et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en répertorie plus de 400. Selon un sondage réalisé par le site thérapeute.com, les spécialités qui arrivent en tête sont : l’ostéopathie, l’homéopathie, l’acupuncture, l’aromathérapie et la naturopathie. Plus prosaïquement, la plupart des médecines douces relèvent de tout ce qui n’est pas reconnu par les systèmes de soins de la médecine conventionnelle. Seules l’acupuncture, l’ostéopathie et la consultation d’un médecin homéopathe sont prises en charge par l’Assurance Maladie**. Certaines mutuelles prennent en charge des prestations issues de la médecine douce selon le niveau du contrat, et dans la limite d’un montant forfaitaire annuel. 

Les pratiques les plus utilisées

  • L’ostéopathie 

L'ostéopathie est la pratique la plus utilisée en France. La consultation repose sur des manipulations manuelles visant à restaurer l’équilibre général (agissant sur les viscères ou les articulations). Le praticien a recours à des techniques de pression, d’élongation ou de torsion qui exigent des connaissances approfondies de l’anatomie. L’ostéopathie est conseillée pour soigner les troubles locomoteurs, digestifs ou nerveux.

  • L’homéopathie

L'homéopathie est une pratique qui consiste à administrer des doses extrêmement faibles de ce qui, à haute dose, déclencherait des symptômes chez le patient. En d’autres termes, cette méthode thérapeutique soigne par ce qui est semblable à la maladie. L’homéopathie est conseillée pour soigner des maladies aiguës, des infections à répétition, des allergies ou pour supporter les traitements des maladies chroniques.

  • L'acupuncture

L’acupuncture arrive en troisième position de la fréquentation des médecines douces. C’est une pratique issue de la médecine chinoise, basée sur la circulation des énergies par la pose de fines aiguilles que le thérapeute répartit sur des points spécifiques. Elle est conseillée pour soigner l'insomnie, la dépression, le stress ou les troubles hormonaux.

* D’après l’étude Harris Interactive « Observatoire des parcours de soins des Français », novembre 2019.
** A condition d’être pratiquées par un professionnel de la santé, médecin conventionné secteur 1, infirmier ou sage-femme, formé à ces différentes techniques.

Les bienfaits de la médecine douce

La médecine douce permet de renforcer les bienfaits de certains traitements lourds sans prendre d’autres médicaments. C’est également une excellente solution pour traiter les maux du quotidien de façon plus naturelle. Certains Français ont recours à la médecine douce car ils sont à la recherche de traitements plus légers. Parmi eux, certains consultent en complément d’un traitement médicamenteux pour des pathologies lourdes, tandis que d’autres, en quête de mieux-être, consultent pour favoriser leur sommeil ou réduire des douleurs liées à l’arthrose. A noter aussi que les médecines douces, comme la musicothérapie, l’art-thérapie ou encore la sophrologie, sont souvent mises en place dans des lieux d’accueil de personnes âgées pour améliorer le bien-être des pensionnaires.