5 conseils pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge

28 octobre 2021
Dégénérescence maculaire

1.    Ne négligez jamais une baisse de l’acuité visuelle

Une difficulté à percevoir les détails – aussi bien de près que de loin –, constitue l’un des symptômes les plus précoces de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une atteinte de la vision centrale liée à l’altération de la macula, une zone de la rétine aussi minuscule qu’indispensable à la vision de précision. C’est en effet grâce à elle qu’il est possible de lire, d’écrire ou de reconnaître un visage. On distingue deux formes de DMLA. La forme atrophique, dite sèche, se caractérise par la destruction des cellules photosensibles de la rétine et évolue plus lentement que l’autre forme, dite exsudative ou humide. Dans ce cas, c’est l’apparition de petits vaisseaux, qui saignent et suintent sous la rétine, qui provoque l’altération de la vision centrale. Contrairement à la forme sèche de la DMLA qui s’accompagne d’une diminution progressive de l’acuité visuelle, la forme humide se manifeste parfois par une baisse brutale de la vue.

2.    Soyez vigilant si vous constatez une déformation des lignes droites 

Cette illusion visuelle, ou métamorphosie, est caractéristique de la forme humide de la DMLA. Les lignes droites apparaissent tordues, courbes ou ondulées. Ces déformations peuvent néanmoins passer inaperçues si elles surviennent sur un œil non directeur, la DMLA touchant rarement les deux yeux en même temps. Un test simple, baptisé « test d’Amsler », permet de les repérer facilement. Son principe ? Fixer un point situé au centre d’une grille quadrillée composée de lignes horizontales et verticales, en recouvrant alternativement un œil puis l’autre avec sa main. Si des distorsions ou des taches blanches apparaissent, le test est positif. « On peut également faire ce test en fixant, œil par œil, les carreaux de la salle de bains ou de la cuisine », indique le Pr Pascale Massin.

 

3.    Méfiez-vous de toute tache sombre apparaissant dans le centre de votre champ de vision

Il s’agit là encore d’un signe d’alerte qui peut être facilement repéré grâce au test d’Amsler.
De nombreux sites Internet propose de l’effectuer en ligne. Le test d’Amsler est particulièrement utile à partir de 50 ans. C’est en effet à partir de cet âge-là que la DMLA voit sa prévalence augmenter, pour atteindre 10 à 12 % des 55-65 ans et 25 à 30 % des plus de 75 ans.

 

4.    En présence de l’un de ces trois signes, consultez votre ophtalmologiste dans les huit jours au maximum

S’il n’est pas possible aujourd’hui de guérir la DMLA, on peut en revanche ralentir voire interrompre l’évolution de la forme humide de la maladie. Le traitement repose sur l’injection dans le blanc de l’œil malade, à l’aide d’une minuscule aiguille, d’un médicament capable d’inhiber la croissance des petits vaisseaux responsables de la perte de la vision centrale. « Un patient qui a une acuité visuelle de 10 dixièmes en début de traitement peut espérer les conserver. En revanche, tout ce qui est perdu est perdu. C’est pourquoi il faut agir tôt, et c’est tout l’intérêt d’un dépistage précoce. »

 

5.    Supprimez les facteurs de risque évitables

Le vieillissement a beau être le principal facteur de risque de DMLA, ce n’est pas le seul. Et certains d’entre eux peuvent être évités. C’est le cas du tabagisme – qui multiplie par 2,5 le risque de souffrir de la maladie – et de l’exposition répétée au soleil sans protection oculaire. « On sait également qu’une alimentation de type méditerranéen, faisant la part belle aux fruits et légumes, aux poissons gras et à l’huile d’olive, joue un rôle bénéfique dans la prévention de la DMLA », souligne le Pr Massin.

 

AVEC LE CONCOURS DU PR PASCALE MASSIN, ancienne cheffe de service à l’hôpital
Lariboisière et ophtalmologiste au centre médical et dentaire Broca de La Mutuelle Générale (Paris).

 

POUR EN SAVOIR PLUS
Association DMLA : association-dmla.org

 

Écrit par Doctopress.