En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer
50% des prescriptions d'antibiotiques sont inutiles !

50% des prescriptions d'antibiotiques sont inutiles !

Année après année, nous continuons à surconsommer des antibiotiques, alors même que la moitié de ces prescriptions n'est pas justifiée sur le plan médical. Cinq conseils pour changer notre comportement.

La moitié des prescriptions d'antibiotiques superflue

La France se maintient dans le peloton de tête des pays les plus gros consommateurs d'antibiotiques. La diminution de la consommation à partir des années 2000 (-10,7% entre 2000 et 2013), n'aura pas duré. Celle-ci est repartie à la hausse depuis 2010 et la tendance s'est confirmée en 2013 (+ 5,9%) (1).

Or, dans nombreuses infections courantes, les antibiotiques ne servent à rien ! C'est le cas des bronchites, des angines pour lesquelles on n'a pas fait de Test de Diagnostic Rapide (TDR), des rhinopharyngites, des laryngites, des bronchiolites, de la grippe et de l'asthme.

Pr Robert Cohen, pédiatre infectiologue au Centre Hospitalier intercommunal de Créteil : « La moitié des antibiotiques prescrits concerne pourtant ces maladies, où il n'a pourtant jamais été montré qu'ils avaient un effet bénéfique, chez l'adulte comme chez l'enfant ». Les dernières données en date en novembre 2014 le confirment : les affections des voies respiratoires comptent pour 70% des prescriptions d'antibiotiques, suivies par les infections urinaires et les otites (1).

Moins consulter pour lever le pied sur les antibiotiques

Un constat pourrait faire bouger les choses : moins les médecins prescrivent d'antibiotiques, moins les patients consultent. Et moins ils consultent, moins ils consomment d'antibiotiques.  De nombreuses études ont mis en évidence ce cercle vertueux (2) (3).

Pr Robert Cohen : « Lorsqu'une personne malade consulte un médecin et que celui-ci lui prescrit un antibiotique, elle s'imagine qu'elle a bien fait de venir. Si, au contraire, après un examen médical approfondi, le médecin estime inutile de prescrire un antibiotique, alors la personne consulte moins souvent et les prescriptions d'antibiotiques diminuent. La prescription modérée et raisonnée des antibiotiques est un critère de qualité pour le médecin traitant que vous choisirez."

Antibiotiques, cinq conseils pour avoir la bonne attitude !

  • Un examen clinique par le médecin, bien conduit, ne s'accompagne pas forcément d'une antibiothérapie ! Préserver l'efficacité des antibiotiques passera tout d'abord par la prise de conscience de chacun de l'utilisation à bon escient et surtout pas systématique des antibiotiques au décours d'une consultation médicale.
  • Utiliser les Tests de Diagnostic Rapide ! Les TDR sont pratiques pour ne pas jouer à pile ou face et éviter une cure d'antibiotiques inutile !

Depuis 13 ans déjà, les Tests de Diagnostic Rapide Angine (TDR Angine) sont recommandés et proposés gratuitement au médecin. Pas de raison de s'en priver, car c'est le seul moyen de repérer de façon certaine les 10 à 30 % d'angines bactériennes parmi les angines dont la grande majorité sont d'origine virale.

Même principe pour la grippe avec le TDR Grippe : ce test repère en 30 minutes les virus influenza A et B et permet donc de constater l'infection virale, auquel cas on peut se passer d'antibiotique.

Autre test faisable au cabinet médical, la CRP micro (dosage de la protéine C réactive). Elle permet à partir d'une goutte de sang et en quelques minutes, de différencier une infection virale d'une infection bactérienne, par exemple en cas de toux pour distinguer une bronchite virale d'une pneumopathie (maladie du poumon) bactérienne. La CRP micro est malheureusement peu utilisée en France contrairement à la Grande-Bretagne, par exemple.
  •  Ne pas consulter trop tôt pour de nombreuses maladies.

La fièvre, la toux sont les témoins de la mise en place par notre organisme de mécanismes de défense qui suffisent le plus souvent à guérir des infections virales et de très nombreuses bactériennes bénignes.

Pr Robert Cohen : « Les fièvres d'une durée inférieure à trois jours, si elles ne sont pas trop élevées ou si elles ne s'accompagnent pas d'autres symptômes inquiétants, ne doivent pas automatiquement conduire à des consultations ». Il en va de même pour les toux où le délai habituel est de dix jours.
  • Ne pas demander à son médecin des antibiotiques s'il ne vous en prescrit pas.
  • Ne jamais commencer un traitement antibiotique sans prescription.
Source :

journaliste scientifique,Hélène Joubert

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Hépatite : avez-vous des raisons de vous faire dépister ?

Quizz Prevention

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×