En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer

Incontinence urinaire, les hommes aussi !

Les fuites urinaires ne sont pas réservées aux femmes. Même si le risque d’incontinence est deux à trois fois moindre chez les hommes, ils en souffrent aussi. En cause, l’âge mais surtout les chirurgies de la prostate ou encore les AVC comme conséquences des maladies cardiovasculaires. L’incontinence urinaire au masculin ne doit plus être un tabou.

Incontinence urinaire : 1 homme pour 3 femmes

Vis-à-vis de l’incontinence urinaire, femmes et hommes sont inégaux. Ces derniers n’ont pas le risque majeur lié à la grossesse et au traumatisme obstétrical. Concernant l’incontinence au sens strict de perte des urines, sa prévalence moyenne chez la femme est de 13,1% contre 5,4% chez l’homme, tous âges confondus*.

Néanmoins, le phénomène fréquent de "gouttes retardataires" chez l’homme est souvent classé à tort dans une incontinence alors qu’il s’agit plutôt d’un problème d’évacuation dû à un faible jet d’urine, laquelle stagne alors dans le canal de l’urètre. Au final, si l’on tient compte des fuites urinaires ainsi que de l’ensemble des symptômes mictionnels (urgences/impériosités, sensations de brûlures, gouttes retardataires, polyurie/urines abondantes, pollakiurie/fréquence élevée des mictions, nycturie/uriner fréquemment la nuit…), hommes et femmes sont sur un pied d’égalité (respectivement 62,5 et 66,6 %).

Dans les deux sexes, l’âge est la première cause d’incontinence urinaire, mais contrairement à la femme, elle survient surtout dans des circonstances pathologiques chez l’homme.

Pr Pierre Costa, chef du service d’Urologie-Andrologie au CHU de Nîmes : « L’incontinence peut apparaître suite à des opérations chirurgicales sur la prostate, telle la prostatectomie radicale (ablation de la prostate pour cancer prostatique) et la résection prostatique (adénomectomie, en cas d’hyperplasie bénigne de prostate), peu importe que cette dernière ait été effectuée par résection transurétrale de prostate (élargissement du canal de l’urètre au niveau de la prostate en taillant des petits copeaux de tissu prostatique par un procédé électrique), par chirurgie ouverte ou par laser (énucléation ou vaporisation).

Le second groupe des causes possibles sont les maladies neurologiques (maladie de Parkinson, démences, sclérose en plaque, accidents avec traumatismes comme une fracture du bassin, accidents vasculaires cérébraux, para/hémiplégies) ».

L’incontinence par hyperactivité vésicale, la plus fréquente chez l’homme

La grande majorité des fuites chez l’homme sont dites par impériosité (envie pressante d’uriner). On parle alors d’incontinence par "hyperactivité vésicale". Elle est beaucoup plus fréquente avec l’avancée en âge, de 40-45% de la population aux alentours des 75 ans comparé aux 10% avant 55 ans.

Vers l’âge de 60 ans, les courbes selon le sexe s’inversent : les hommes deviennent plus nombreux à souffrir d’incontinence par hyperactivité vésicale que les femmes. C’est dû à la prévalence plus importante parmi le sexe masculin du tabagisme et des maladies cardiovasculaires, responsables d’AVC et d’hémiplégies

L’incontinence à l’effort, conséquence des chirurgies de la prostate

Pour sa part, l’incontinence d’effort est la perte d’urine lors d’un effort violent, une toux, le port de charges lourdes, une activité physique etc. Elle est due à une insuffisance du sphincter de la vessie. Elle se rencontre chez des hommes relativement jeunes, dans les suites de chirurgies de la prostate et notamment la prostatectomie radicale. Même les meilleures équipes chirurgicales ou la chirurgie assistée par robotique ont des taux d’incontinence urinaire à l’effort entre 5 et 8% pour les formes sévères, c’est à dire celles qui n’ont pas été réduites par la rééducation périnéale. Tous stades d’incontinence confondus, les chiffres sont aux alentours de 35-40%.

Pour l’adénomectomie en revanche, pratiquée chez des hommes plus âgés, le taux d’incontinence sévère est bien moindre, seulement de l’ordre de 1%.

Pr Pierre Costa : « Il ne faut pas hésiter à consulter des urologues spécialisés dans le traitement de l’incontinence. Y compris lorsque l’on est suivi par un urologue spécialisé en cancérologie ou par un oncologue, car celui-ci, très concerné par la guérison du cancer, ne prendra pas forcément toute la mesure de la gêne occasionnée par les fuites urinaires ».

Des modifications comportementales, l’utilisation de protections adaptées ou d’étuis péniens voire de pince à verge, peuvent être très utiles. Le premier des traitements reste la rééducation du périnée (périnéo-sphinctérienne). Si celle-ci n’apporte pas de réelle amélioration vis-à-vis des fuites urinaires, une vaste palette de médicaments et de chirurgies peut être envisagée, adaptée au type d’incontinence.

Source : *European Urology 50 (2006)1306-15
D’après un entretien avec le Pr Pierre Costa, chef du service d’Urologie-Andrologie au CHU de Nîmes.

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0969 363 373 (appel non surtaxé)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×