En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer
L'artérite : à dépister à partir de la soixantaine

L'artérite : à dépister à partir de la soixantaine

Vous avez plus de 60 ans et vous présentez un facteur de risque cardiovasculaire (diabète, hypertension, cholestérol, antécédent familial...) ?Vous devriez faire mesurer votre ISP. Il s'agit d'un examen diagnostique très simple qui permet de dépister une artérite, affection qui peut révéler des complications au niveau des artères du coeur et du cerveau.Explications.

Artérite ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs

L'artérite, désignée médicalement par artériopathie oblitérante des membres inférieurs, se caractérise par un rétrécissement progressif des artères qui irriguent les jambes. Cette affection souvent asymptomatique au début est très fréquente.

Cette affection est importante à diagnostiquer car :

  • elle favorise la formation d'une thrombose (caillot sanguin),
  • elle révèle un sur-risque cardiovasculaire,
  • elle peut indiquer des complications au niveau des artères du coeur et/ou du cerveau.

Comment diagnostique-t-on une artérite ?

Un examen très simple repose sur la mesure de l'index de pression systolique à la cheville (ISP). Il s'agit de mesurer la pression artérielle au niveau de la cheville et au niveau du bras puis de calculer le rapport des deux chiffres obtenus.

Cet examen est peu coûteux, fiable et permet de favoriser une prise en charge rapide et adaptée.

Qui doit passer l'ISP ?

  • Les personnes de plus de 60 ans qui présentent un facteur de risque cardiovasculaire : diabète, hypertension, cholestérol, sédentarité, obésité, antécédent familial de maladie cardiovasculaire (infarctus, accident vasculaire cérébral).
  • Les adeptes du tabac, ils sont tous concernés dès lors que plus de la moitié des patients atteints d'artérite sont des fumeurs réguliers.
  • Les personnes dites "polyartérielles", c'est-à-dire celles qui ont eu plus d'une atteinte vasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral...).
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Hépatite : avez-vous des raisons de vous faire dépister ?

Quizz Prevention

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×