La Mutuelle Générale

Prévention

Prévention
  • Imprimer

Les réseaux sociaux chez les 8 - 17 ans, quels risques ?

Les réseaux sociaux chez les 8 - 17 ans, quels risques ?

16 Janvier 2018

La moitié des jeunes entre 8 et 17 ans sont connectés à un réseau social, le premier étant de loin Facebook, suivi par les Skyblog et Myspace. C'est ce que montre une enquête de juin 2011 réalisée par la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL), l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF), Action innocence (Préserver la dignité et l'intégrité des enfants sur Internet) et  la TNS Sofres.

Même quand c'est interdit, ils y vont...


Près de 20 % des moins de 13 ans sont connectés à Facebook... alors que c'est interdit. Et 97 % des parents sont au courant de la situation. Et à partir du lycée, près de 90 % des jeunes sont sur les réseaux sociaux. Et ils vont y faire un tour tous les jours pour 60 % d'entre eux (55 % pour les garçons et 63 % pour les filles).

Les réseaux sociaux, est-ce pour les gosses de riches ?


Pas du tout : 49 % des jeunes issus de milieu populaire sont sur les réseaux sociaux, alors qu'ils sont 44 % parmi les jeunes des populations aisées. La différence n'est pas énorme bien sûr, mais elle est significative. Peut-être parce que les parents de milieu aisé réagissent plus au fait que les résultats scolaires sont directement et négativement corrélés au temps passé sur Internet par leurs enfants.

Les réseaux sociaux, une agressivité présente !


On observe que 31 % des filles de plus de 13 ans affirment avoir déjà été victimes d'insultes, de mensonges ou de rumeurs. Et cela monte à 33 % pour ceux qui ont plus de 300 amis. Plus d'amis, c'est aussi plus de contacts avec des personnes agressives ! Toujours parmi les jeunes ayant plus de 300 amis, 53 % des enfants disent avoir déjà été choqués par des contenus insultants, violents ou racistes. Quand on leur demande ce qui les a choqué, près de 20 % citent en premier le sexe, la pornographie, les personnes dénudées ; 15 % les bagarres, les accidents ou le sang ; 15 % les propos racistes ou homophobes.

Trop de faux amis sur les réseaux sociaux ?


Les enfants et les adolescents ont en moyenne... 210 amis sur les réseaux sociaux ! Ce chiffre est d'autant plus élevé que l'âge augmente, et l'on arrive, en moyenne, à 260 amis pour les lycéens. Et 30 % d'entre eux acceptent comme amis des personnes qu'ils n'ont jamais vues. Résultat, un tiers d'entre eux sont connectés avec des inconnus.

Les parents et les réseaux sociaux, un rôle difficile...

En ce qui concerne leurs enfants, les parents ont du mal à prendre leur place face aux réseaux sociaux : 45 % des enfants étant sur un réseau social n'ont jamais parlé de ces réseaux sociaux avec leurs parents. Cependant, environ 50 % des enfants sont amis avec un de leurs parents.

La moitié des enfants s'estiment surveillés au sujet des réseaux sociaux, mais il s'agit plutôt d'une surveillance du temps passé, pas du contenu des échanges.

Que faire pour les parents ?


Limiter le temps passé sur les réseaux sociaux, bien sûr, puisque le temps de vie dans une réalité virtuelle est ôté à la vie réelle ! Et cela d'autant que le temps passé sur un ordinateur est négativement corrélé aux résultats scolaires.
Expliquer aux enfants qu'accepter des inconnus comme amis, c'est ouvrir la porte à des personnes peut-être agressives ou malhonnêtes. Chercher à gagner le concours de "celui qui a le plus d'amis" est stupide. En amitié, c'est la qualité qui compte, pas la quantité.

Leur rappeler les règles explicites ou implicites :

- Il est interdit de mettre en ligne des photos sans avoir obtenu une autorisation des personnes concernées.
- Il est interdit de tenir des propos agressifs, racistes, violents, mensongers sur qui que ce soit...

- Ridiculiser quelqu'un est un acte très grave.

- Si l'on veut se faire respecter, il faut respecter les autres, et l'on ne fait jamais aux autres ce que l'on ne voudrait pas que l'on nous fasse.

Finalement, l'éthique d'internet est simplement l'éthique de la vraie vie, toujours à rappeler régulièrement aux enfants.

Vous voulez lire l'enquête dans son intégralité ? http://www.jeunes.cnil.fr/

Action innocence : http://www.actioninnocence.org/

Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) : http://www.unaf.fr/

Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) : http://www.jeunes.cnil.fr/

Dr Catherine Solano

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×
×