En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à vous offrir une navigation optimale, des contenus personnalisés et à réaliser des statistiques d’audiences .En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer
Maux de dos : l'importance du diagnostic chez l'adulte jeune

Maux de dos : l'importance du diagnostic chez l'adulte jeune

06 Février 2018

On dit que les maux de dos sont le mal du siècle... En effet, qui n'a pas un jour été handicapé par des douleurs lombaires ? Faux mouvement, sport trop violent, mauvaise posture... il s'agit souvent d'une cause mécanique. Mais un mal de dos chronique qui se déclare avant 40 ans peut aussi être d'origine inflammatoire. Comment faire la différence entre mal de dos mécanique et inflammatoire ? Quand consulter ? Que faire pour soulager le mal de dos ?

 

 

Maux de dos : les différentes causes possibles

Les maux de dos peuvent être d'origine mécanique ou inflammatoire.

Un mal de dos d'origine mécanique peut survenir à tout âge et est le plus souvent  caractérisé par une douleur vive, liée à (ou aggravée par) un traumatisme musculaire, ligamentaire et/ou la pratique sportive. On peut donc dater le début des symptômes en le reliant avec un traumatisme subi et les douleurs s'atténuent avec le repos. Plusieurs pathologies peuvent être à l'origine d'un mal de dos mécanique, comme une hernie discale, un pincement ou un tassement discal, l'arthrose (en général à partir de 50 ans), un lumbago, ou encore une malformation de la colonne vertébrale.

Le mal de dos inflammatoire, quant à lui, est d'apparition plus progressive : on ne se souvient pas exactement de la date du début des symptômes. Il se déclare en général chez les adultes jeunes, au lycée ou pendant les études supérieures et dans la majorité des cas avant l'âge de 40 ans. Le mal de dos inflammatoire est caractérisé par des douleurs nocturnes et des raideurs matinales qui durent plus de 30 minutes. Les symptômes ne s'améliorent pas avec le repos, mais au contraire, avec l'exercice. Plusieurs pathologies peuvent être en cause, mais on retrouve principalement les rhumatismes inflammatoires, dont la spondylarthrite ankylosante, qui touche une personne sur 200. Il s'agit d'une inflammation au niveau de la colonne vertébrale et du bassin qui provoque des raideurs et des douleurs dans le dos.

Maux de dos avant 40 ans : quand et qui consulter ?

Quoi qu'il en soit, comme le dit le slogan de la campagne de sensibilisation sur le mal de dos qui se déroule depuis le mois d'avril : « Ne négligez pas votre douleur. Ne lui tournez pas le dos ! ». Il faut limiter l'automédication à quelques jours tout au plus et lutter contre les idées reçues qui peuvent retarder le diagnostic : les personnes âgées ne sont pas les seules à souffrir de douleurs lombaires, avoir mal au dos n'est pas forcément dû à un problème de posture et il ne va peut-être pas disparaître de lui-même...  Donc, il faut prendre les choses en main et aller parler de ses douleurs à un professionnel de santé.

Si votre mal de dos fait suite à une chute, un choc ou un traumatisme quelconque, vous pouvez aller consulter votre médecin traitant, envisager des séances de rééducation chez le kinésithérapeute ou l'ostéopathe. 

Mais il sera temps de consulter un rhumatologue, spécialiste de l'appareil locomoteur et des maladies qui affectent les articulations, les os et les muscles, si :

 

  • vous avez moins de 40 ans,
  • cela fait plus de 3 mois que votre dos vous fait souffrir au quotidien sans interruption nette,
  • vous n'avez été soulagé(e) ni par un traitement ni par des séances de rééducation.

 

Mal au dos ? Faites le test en 5 questions :

Si vous avez mal au dos depuis plus de trois mois et que vous vous interrogez sur sa cause, allez faire le test rapide en 5 questions sur le site www.neluitournezpasledos.fr. Les réponses pourront vous aider, vous et votre médecin, à savoir si vos douleurs peuvent être d'origine inflammatoire. Ce questionnaire est très sérieux puisqu'il a été élaboré par un groupe d'experts.

Toutefois, seul un médecin pourra, après un examen clinique et des tests appropriés (IRM, radios, bilans sanguins...) poser un diagnostic.

Mal au dos : des astuces pour soulager le quotidien

Quand il s'agit d'un mal de dos d'origine inflammatoire, on ne peut éradiquer la maladie, mais on peut améliorer la qualité de vie des patients.

De plus, « lorsque le diagnostic est posé, le malade est soulagé, il se sent enfin compris et met un nom sur les douleurs auxquelles il faisait face seul jusque-là et qui bouleversent son quotidien», confie le Dr Henri Nataf, rhumatologue au centre Hospitalier François Quesnay à Mantes-la-Jolie.

Si vous souffrez de maux de dos chroniques, vous pourrez, grâce aux conseils suivants, apaiser vos symptômes et ainsi améliorer votre quotidien :

 

  • Si vous faites un long trajet en voiture, prévoyez des pauses toutes les heures ou toutes les deux heures et profitez-en pour marcher et vous étirer ;
  • Si vous avez un travail de bureau, levez-vous et faites quelques pas ou étirements régulièrement dans la journée.
  • Quand vous êtes au téléphone, vous pouvez rester debout et si possible marcher.
  • Si besoin, demandez une adaptation de votre poste de travail et/ou un temps hebdomadaire de télétravail, à condition d'avoir le mobilier adapté à la maison.
  • Pour vos courses, commandez en ligne ou faites-vous livrer au moins les choses les plus lourdes (packs d'eau, de lait, bouteilles, lessive...) ;
  • Demandez à votre médecin ou votre kinésithérapeute de vous montrer des étirements simples à réaliser au quotidien ;

 

Enfant, ado et mal de dos : quelles précautions ?

Il existe des prédispositions familiales au mal de dos, particulièrement lorsqu'il est d'origine inflammatoire. Dans ce cas, s'il y a des antécédents de maladies inflammatoires du dos dans votre famille, sans tomber dans la surprotection ou la peur, vous devrez être attentifs aux plaintes de vos enfants et ados au sujet d'une quelconque douleur de dos au début sournois. D'autre part, pour éviter tout type de mal de dos chez vos enfants, vous pouvez suivre ces conseils de base :

 

  • veillez à la bonne répartition entre les périodes d'inactivité et les activités sportives encadrées de vos enfants, surtout en période de croissance ;
  • prenez soin de fournir à vos enfants un mobilier adapté à leur taille : bureau à leur hauteur, literie changée régulièrement en fonction de leur croissance et de leur morphologie;
  • pour le choix du cartable, choisissez-en un qui se met sur le dos et ajustez-le bien à votre enfant : il faut qu'il soit collé autant que possible contre son dos. Contrairement aux idées-reçues, les cartables à roulettes ne sont pas meilleurs car ils demandent à l'enfant de se tordre pour le tirer, et les sacs à bandoulière ou les sacoches qui se portent à bout de bras sont à proscrire.

 

Source :

Dr Magalie Le Bihan, Pharmacien

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article
avec vos proches
layer
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
Statutaires
Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salariés de droits privés Orange
Adhérents salariés de droits privés Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange
Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
×
×
×
×