En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer
Pourquoi et comment protéger les yeux des enfants face à un écran ?

Pourquoi et comment protéger les yeux des enfants face à un écran ?

Dès leur plus jeune âge, nos enfants passent de plus en plus de temps devant un écran (télé, ordinateur, tablette, smartphone, console de jeux). Nombre de parents se demandent si cette habitude peut à la longue affecter leur vision et si la lumière bleue émise par ces écrans comporte des risques avérés. En bref, quels sont les risques des écrans et comment protéger les yeux de nos enfants, et les nôtres ?Le point avec le Dr Oliver Laplace, chirurgien ophtalmologiste au Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingt à Paris.

Les écrans peuvent-ils entraîner des troubles visuels chez nos enfants ?

Non, les écrans ne provoquent pas de troubles visuels. En revanche, leur usage intensif a été associé au « computer vision syndrome » pour reprendre le terme employé outre-Atlantique. Il désigne un ensemble de symptômes plus ou moins gênants : fatigue des yeux, picotements, sècheresse oculaire, maux de tête, etc. À noter qu'une utilisation intensive des écrans peut aussi entraîner des troubles musculosquelettiques avec des douleurs dorsales, des épaules, de la nuque, voire un syndrome du canal carpien ou une tendinite du pouce pour les plus assidus aux textos...

Ces symptômes ne sont pas spécifiques aux enfants ou aux ados, ils se rencontrent aussi chez les adultes qui travaillent ou passent leurs loisirs devant toute sorte d'écrans. 

« Ces manifestations sont directement liées aux conditions d'utilisation (éclairage, posture, durée d'usage, etc.) et au fait que face à un écran, le clignement des yeux est réduit parfois de moitié, favorisant l'évaporation des larmes (protectrices de la cornée) et pouvant altérer la qualité de vision. Ce phénomène est d'autant plus accentué que l'environnement est sec, surchauffé ou climatisé », précise le Dr Oliver Laplace, chirurgien ophtalmologiste au Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingt à Paris.

Dès la moindre plainte, des mesures préventives s'imposent : bien se positionner face à l'écran, faire très régulièrement des pauses visuelles (notamment en se forçant à regarder au loin), se placer correctement par rapport à la lumière extérieure afin de limiter l'éblouissement, éviter les écrans dans une pièce trop sombre, etc. En effet, « l'ambiance lumineuse est très importante », souligne le Dr Laplace.

Enfin, il convient de s'assurer de l'absence d'un défaut de convergence jusque-là passé inaperçu. Il faut bien comprendre que « devant un écran, nous utilisons une stratégie visuelle différente de celle employée lors des autres activités de la vie quotidienne. Celle-ci peut mettre en évidence un léger trouble de convergence qui fatigue davantage les yeux ». La correction se fait alors en collaboration avec un orthoptiste lors de séances de rééducation visuelle.

En quoi la lumière bleue émise par les écrans est-elle dangereuse ?

D'un point de vue physiologique, la lumière bleue est partout car elle fait partie du spectre visible. Elle est essentielle pour l'équilibre des couleurs, « il n'est donc pas question d'éliminer cette longuer d'onde ». En revanche, au cours de la dernière décennie, les éclairages utilisant des ampoules LED émettant largement dans le champ de longuer l'onde bleu, se sont littéralement imposés. Elles sont devenues omniprésentes dans notre environnement : éclairages publics (dans les rues, les hôpitaux, les gymnases et tout autres lieux publics), au travail, à la maison et systématiquement derrière tous nos écrans (télés, ordinateurs, tablettes, smartphones, consoles de jeux...). Au final, nous sommes beaucoup plus exposés à la lumière bleue qu'auparavant, à la fois en durée et en intensité.

C'est pourquoi lors d'une opération de la cataracte, qui consiste à remplacer un cristallin vieilli par une lentille intraoculaire nommée implant, on pourra en proposer une associée d'un filtre anti-lumière bleue, notamment chez les patients à risque rétinien connu.

Or les effets sur notre santé ne sont pas totalement définis. « Il est toutefois bien établi que la lumière bleue est potentiellement plus toxique chez les enfants que chez les adultes » indique le Dr Laplace. En effet, « leur cristallin laisse passer 90 à 80 % de la lumière bleue. Ce n'est qu'ensuite, avec l'âge, que le cristallin en vieillissant absorbera mieux cette lumière bleue ; l'intensité et la quantité de lumière bleue projetées sur la rétine seront alors diminuées ».

Ainsi, pour la même quantité de lumière bleue, le pourcentage qui arrive sur la rétine diffère nettement chez l'enfant et chez l'adulte.

Des risques potentiels méconnus

Les risques sont encore mal connus, mais ils dépendent certainement de l'intensité de la lumière bleue, de la durée d'exposition à cette longueur d'onde, et donc de la dose cumulée.

Chez l'animal, des lésions chimiques de l'oeil ont été démontrées à la suite d'expositions intenses. On sait également qu'en excès, la lumière bleue pourrait constituer un facteur de risque de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

Enfin, si cette lumière bleue est à l'origine de notre rythme circadien (jour/nuit), à mauvais escient, elle peut inversement provoquer un dérèglement de notre horloge biologique et entraîner des troubles du sommeil, de l'humeur, voire des dépressions chez des sujets à risques.

On retiendra qu'on ne peut pas se passer de lumière bleue, mais qu'un meilleur contrôle de notre exposition serait bénéfique en attendant d'en savoir plus sur les risques potentiels d'une surexposition via les éclairages et les écrans.  

Comment protéger les yeux de nos enfants et les nôtres d'une lumière bleue excessive ?

Les conseils ci-dessous relèvent du bon sens :

  • Limiter autant que possible la durée d'exposition aux écrans dans l'enfance et dans l'adolescence.
  • Éviter de mettre les tout-petits devant un écran.
  • Se maintenir à une distance suffisante (tenir compte de la taille de l'écran et jouer sur la taille des caractères).
  • Diminuer la luminosité des écrans et surtout la nuit, en tenant compte de la luminosité ambiante.
  • Faire des pauses et à plus forte raison en cas de troubles de convergence.
  • En cas de signes cliniques, consulter un ophtalmologiste ou un orthoptiste.
  • Ne pas surajouter de lumière bleue, quelle qu'elle soit ; se méfier des lumières domestiques, trop souvent à LED, et privilégier chez soi les LED de faible luminosité.
  • Utiliser des verres orange qui filtrent la lumière bleue si l'on travaille le soir sur écran ou en cas de troubles du sommeil. L'objectif est de filtrer davantage la lumière bleue en fin de journée et en soirée.
  • Recourir à des protège-écrans ou à des lunettes dont les verres filtrent la lumière bleue pour diminuer l'éblouissement. Renseignez-vous chez un opticien, car les techniques évoluent rapidement et il existe désormais des verres non teintés filtrant la lumière bleu-violet, qui peuvent en même temps corriger la myopie, l'hypermétropie ou l'astigmatisme.
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Hépatite : avez-vous des raisons de vous faire dépister ?

Quizz Prevention

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×