Prévoyance collective : êtes-vous bien couverts contre les risques de la vie ?

13 avril 2021

 

 

 

Invalidité, maladie, décès, maintien de salaire… Le niveau de garanties d’une prévoyance collective est variable d’une convention collective à une autre et fonction des accords de branches et de la sensibilité de votre employeur. Mais la question reste entière : êtes-vous bien couvert ?

La qualité de vie au travail. Ici, maintenant et pour demain. C’est la grande tendance qui agite, aujourd’hui, le monde de l’entreprise. Et indéniablement, il faut bien reconnaître que les choses avancent dans le bon sens. Détection des risques psychosociaux, sensibilisation aux troubles musculo-squelettiques (TMS), droit à la déconnexion… Aucun champ ne semble être déserté. Pas même celui du développement personnel. Mieux, de plus en plus d’entrepreneurs étendent les garanties dont bénéficient leurs salariés dans le cadre de leur prévoyance complémentaire. Dans leur intérêt mais également dans celui de leurs collaborateurs.

Le décès, la couverture a minima

Depuis la Convention nationale des cadres du 14 mars 1947 (révisée en 2017 dans le cadre de l’accord national interprofessionnel), toute entreprise – quels que soient son secteur d’activité et sa taille – est dans l’obligation de souscrire un contrat de prévoyance pour ses cadres et assimilés couvrant a minima le décès. Et, bien évidemment, le non-respect de ces obligations l’expose à des sanctions. Lesquelles peuvent être financièrement importantes et peuvent même altérer durablement l’image de l’entreprise, voire sa santé financière en cas de décès d’un salarié cadre.
Selon Gaëlle Neveu, responsable du Département Offre Assurance à La Mutuelle Générale, tout l’enjeu pour l’entreprise est de couvrir ses risques et de choisir la couverture qui correspond le mieux à ses besoins : « Un décès, c’est forcément un drame humain. La priorité, c’est alors de protéger la famille et de l’aider à passer ce cap. Certains optent pour le capital décès ou son versement anticipé quand d’autres préfèrent la prise en charge des frais d’obsèques ou la mise en place de rente pour le conjoint restant ou les enfants du foyer. »

Gestion de crise versus solidarité sur le long terme

Gaëlle Neveu précise que le choix est, par ailleurs, également fonction de la taille de l’entreprise : « Il n’y a pas de règles à proprement dites, mais on retrouve de dossier en dossier des comportements comparables. Les grandes entreprises sont dans une logique de gestion de crise à l’instant T. Elles vont donc privilégier l’allocation obsèques. Au contraire, les petites structures vont privilégier la protection du vivant sur le long terme.»

Idem au niveau des salariés : les cadres préféreront la rente enfant handicapé, les non-cadres, l’option précédée du conjoint qui permet de compenser d’éventuelles disparités de salaires, alors que les moins de 35 ans seront plus sensibles aux indemnités pour congés parentaux. En clair, bienvenu dans le monde de la modularité et du sur-mesure : « Notre objectif, c’est d’avoir une offre de prévoyance collective avec de nombreuses garanties optionnelles adaptées aux TPE comme aux PME de 99 salariés. » Le tout dans une logique gagnant-gagnant à la fois pour l’employeur mais également pour les collaborateurs.

Les valeurs mutualistes au service des attentes de la société

Gaëlle Neveu estime pour autant que le principal défi à relever consiste à s’inscrire dans l’ère du temps et à répondre aux nouvelles attentes de la société : « Les salariés changent. Nos priorités évoluent. L’aléa risque, lui, n’a jamais été aussi fort. La prévoyance collective doit s’adapter, être souple et modulaire. Etre porteuse de sens. Protéger la famille, les vivants, mais également prendre en compte le handicap ou les maladies graves… Voilà les valeurs mutualistes. »
La responsable du Département Offre Assurance à La Mutuelle Générale pressent également un changement de paradigme et par voie de conséquences une accélération du besoin en accompagnement : « L’aspect financier c’est bien. Mais il y a des limites. Une mutuelle doit être à l’écoute et disponible dans le temps. Voilà pourquoi nous intégrons systématiquement à nos contrats des services d’assistance* activables à tous les moments de la vie. »

* Aide à domicile, conduite des enfants à l’école, aide à la recherche d’un prestataire funéraire, portage de repas, des courses, de médicaments, visite de lien social et même second avis médical…

 

Je découvre Prévoyance Entreprise