En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
À quoi servent les ganglions ? Pourquoi sent-on des ganglions ?

À quoi servent les ganglions ? Pourquoi sent-on des ganglions ?

Sous la mâchoire, au niveau du cou, au pli de l'aine ou encore sous l'aisselle, on peut parfois sentir un ganglion gonflé, sorte de petite boule sous les doigts.Il s'agit d'une inflammation d'un ganglion, reflet d'une réaction de défense de notre organisme.C'est que les ganglions sont les carrefours de notre immunité...

Le rôle des ganglions

Les ganglions font partie de notre système immunitaire.
Au nombre d'une centaine, ils ont une taille de 1 à 1,5 cm de diamètre et se répartissent sur l'ensemble de notre organisme, par paires et de façon symétrique. Ils appartiennent au réseau lymphatique, un système parallèle aux veines dans lequel circule la lymphe, un liquide clair issu du sang.

Ces ganglions dits « lymphatiques » ont pour rôle :

  • de filtrer la lymphe,
  • d'en éliminer les éléments indésirables,
  • de produire des globules blancs (lymphocytes) et des anticorps.

C'est ainsi qu'en cas d'infection, les ganglions s'activent pour bloquer les virus, les bactéries et autres microbes, ce qui les fait gonfler.

En cas d'infection localisée, le gonflement le sera aussi.
Par exemple, s'il s'agit d'une angine, les ganglions gonflés seront palpables au niveau du cou. S'il s'agit d'une infection au niveau d'une jambe, le ganglion gonflé se situera au niveau de l'aine. En cas d'infection généralisée, on peut sentir de multiples ganglions en même temps à divers endroits.

Des ganglions qui gonflent, c'est grave ?

Le plus souvent, un ganglion qui gonfle correspond à une réaction normale de défense de l'organisme en réponse à une agression (virus, bactéries...).

Un ganglion gonflé témoigne donc d'une infection localisée et généralement bénigne.

Mais dans de rares cas, il peut être le signe d'une maladie plus grave (mononucléose, rougeole, varicelle, sida...) ou d'une tumeur (lymphome, maladie de Hodgkin, leucémie, cancer du sein, métastase d'un cancer ORL, mélanome, etc.).  

Le ganglion est atteint par des cellules cancéreuses (extension  d'un cancer situé à distance) ou c'est le ganglion lui-même qui est l'origine du cancer (lymphome, maladie de Hodgkin).

Enfin, un gonflement généralisé des ganglions peut résulter d'un trouble immunitaire (allergies, lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde).

 

Quand consulter ?

  • En présence d'un ou de plusieurs ganglions sans cause infectieuse apparente.
  • Un ganglion qui ne disparaît pas au bout de 3 à 4 semaines.
  • S'il augmente progressivement en volume.
  • Un ganglion dur, douloureux ou non.
  • Un ganglion rouge, sensible et qui dégage de la chaleur.
  • En présence ou non d'autres symptômes : fièvre, fatigue, douleurs, toux, éruption cutanée...

Ces descriptions nécessitent une consultation afin d'en identifier l'origine.

Attention, que le ganglion soit ou non douloureux ne signe pas la gravité. Tout dépend de la maladie infectieuse en cause (infection ORL, toxoplasmose, mononucléose infectieuse, tumeur...).

Cancer du sein et ganglion sentinelle
En cas de métastases du cancer du sein, les ganglions des aisselles sont souvent touchés. En prévention, le chirurgien peut proposer en même temps que l'ablation de la tumeur du sein, celle du ou des ganglions les plus proches.

Le médecin procède à un examen clinique et peut demander un bilan sanguin, un examen ORL, une radio, voire un scanner.

Les ganglions disparaissent une fois l'affection en cause traitée. En cas de cancer des ganglions, il faut les ôter chirurgicalement.

À savoir 
Nous avons tous une centaine de ganglions, susceptibles d'être gonflés à un moment ou à un autre, mais on ne les sent pas tous, tout dépend de leur localisation, en profondeur ou en surface et de la morphologie de chacun. Dans tous les cas, les ganglions que l'on palpe le plus sont logiquement ceux du cou, des aisselles et de l'aine.

 
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×