En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Allergie : peut-on devenir allergique sur le tard ?

Allergie : peut-on devenir allergique sur le tard ?

L’allergie ne cesse de progresser et particulièrement chez les jeunes. Mais peut-on aussi développer une allergie à 40 ans, à 50 ans ? Les seniors également peuvent-ils soudainement devenir allergiques ? Les symptômes sont-ils alors les mêmes que chez les jeunes ? Nous avons interrogé le Dr Madeleine Epstein, allergologue à Paris et membre du Comité de pilotage de l’Association Asthme & Allergies

 



À quel âge une allergie peut-elle se déclarer ?

Dr Madeleine Epstein : Il n’y a pas d’âge. On peut déclarer une allergie à tous les âges de la vie. L’idée selon laquelle seuls les jeunes peuvent être allergiques est complètement fausse. On peut diagnostiquer une allergie dans l’enfance, chez un adulte d’âge moyen, un cinquantenaire ou chez un senior. Et s’il est vrai que les médecins diagnostiquent davantage d’allergies chez les jeunes, c’est parce que plus on avance en âge, plus l’allergie est sous diagnostiquée. On retiendra qu’il ne faut pas considérer l’âge comme un critère de diagnostic.

L’âge auquel une allergie est diagnostiquée représente-t-il un signe de gravité ?

Dr Madeleine Epstein : Pas du tout, la gravité d’une allergie n’est pas déterminée par l’âge. La survenue est multifactorielle et c’est notamment pourquoi elle peut se manifester à tout âge et selon le même schéma symptomatique (les manifestations de l’allergie sont les mêmes à tous les âges). Si un jeune développe des symptômes typiques, on pense tout de suite à une allergie. À l’inverse, chez une personne âgée, on refuse souvent l’évidence sous prétexte que l’on est trop vieux. C’est ainsi que nombre d’adultes allergiques vivent de nombreuses années d’errance diagnostic et que les statistiques indiquent plus d’allergiques parmi les jeunes en raison d’un sous-diagnostic chez les plus âgés. Il existe un autre facteur majeur expliquant les retards de diagnostic : les comorbidités. On appelle ainsi les autres maladies associées, plus fréquentes avec l’âge, et dont les symptômes vont avoir tendance à masquer ceux d’une allergie sous-jacente. Par exemple, dans le cas d’une allergie donnant des symptômes similaires à ceux d’une sinusite, on donnera en première intention des antibiotiques à un senior, alors que chez un enfant on pensera en premier lieu à explorer une allergie.

Pourquoi devient-on allergique sur le tard ?

Dr Madeleine Epstein : On ne devient pas allergique, on naît avec une prédisposition génétique. Ensuite, l’allergie se développe ou non en fonction des circonstances. On peut ainsi être prédisposé à une allergie au chat, mais ne jamais rencontrer de chat et donc ne jamais devenir allergique. On peut également se retrouver exposé à un chat dès son enfance et déclarer très tôt son allergie, ou à l’opposé être confronté à un chat sur le tard et ressentir seulement à ce moment-là des symptômes allergiques. La concentration d’allergène à laquelle on est exposé est très importante. On dépasse ou non un seuil. J’ai par exemple rencontré en consultation une personne de 75 ans venant subitement de développer un rhume des foins évident tout simplement parce qu’elle venait d’atteindre pour la première fois son seuil déclenchant pour les pollens de bouleau, dont la concentration à cette période avait été particulièrement importante cette année-là. Outre les circonstances de rencontre avec l’allergène et l’atteinte d’un seuil déclenchant, la fragilité joue aussi un rôle primordial. La fatigue, le stress, les contrariétés sont également des facteurs favorisants. C’est ainsi que les enfants qui ont hérité du terrain allergique de leur père et/ou leur mère déclarent souvent une allergie avant leurs propres parents. J’ai suivi une petite fille de 8 ans jusqu’à ses 14 ans pour un asthme allergique et ce n’est que lors de la dernière consultation que sa mère alors âgée de 40 ans, dont le nez commençait à la piquer, m’annonce qu’elle pensait être allergique aux pollens.

Que conseillez-vous pour améliorer le diagnostic à tout âge ?

Dr Madeleine Epstein : Quand des symptômes inexpliqués et répétitifs au niveau des voies respiratoires, des yeux et des surfaces en contact avec l’extérieur se manifestent, il faut penser à une possible allergie et aller voir un allergologue. Ce spécialiste pourra explorer le terrain allergique et peut aussi parfois trouver des facteurs autres qu’allergiques expliquant les éternuements ou les boutons. En effet, on parle beaucoup de pollution environnementale domestique et l’on recherche donc systématiquement une éventuelle exposition à des aérocontaminants (déodorisants, parfums d’ambiance, huiles essentielles, etc.). Pour en savoir plus sur l’allergie Association Asthme & Allergies : http://asthme-allergies.org

 

Isabelle Eustache, journaliste santé

Allergie : peut-on devenir allergique sur le tard ?

L’allergie ne cesse de progresser et particulièrement chez les jeunes. Mais peut-on aussi développer une allergie à 40 ans, à 50 ans ? Les seniors également peuvent-ils soudainement devenir allergiques ? Les symptômes sont-ils alors les mêmes que chez les jeunes ? Nous avons interrogé le Dr Madeleine Epstein, allergologue à Paris et membre du Comité de pilotage de l’Association Asthme & Allergies

 



À quel âge une allergie peut-elle se déclarer ?

Dr Madeleine Epstein : Il n’y a pas d’âge. On peut déclarer une allergie à tous les âges de la vie. L’idée selon laquelle seuls les jeunes peuvent être allergiques est complètement fausse. On peut diagnostiquer une allergie dans l’enfance, chez un adulte d’âge moyen, un cinquantenaire ou chez un senior. Et s’il est vrai que les médecins diagnostiquent davantage d’allergies chez les jeunes, c’est parce que plus on avance en âge, plus l’allergie est sous diagnostiquée. On retiendra qu’il ne faut pas considérer l’âge comme un critère de diagnostic.

L’âge auquel une allergie est diagnostiquée représente-t-il un signe de gravité ?

Dr Madeleine Epstein : Pas du tout, la gravité d’une allergie n’est pas déterminée par l’âge. La survenue est multifactorielle et c’est notamment pourquoi elle peut se manifester à tout âge et selon le même schéma symptomatique (les manifestations de l’allergie sont les mêmes à tous les âges). Si un jeune développe des symptômes typiques, on pense tout de suite à une allergie. À l’inverse, chez une personne âgée, on refuse souvent l’évidence sous prétexte que l’on est trop vieux. C’est ainsi que nombre d’adultes allergiques vivent de nombreuses années d’errance diagnostic et que les statistiques indiquent plus d’allergiques parmi les jeunes en raison d’un sous-diagnostic chez les plus âgés. Il existe un autre facteur majeur expliquant les retards de diagnostic : les comorbidités. On appelle ainsi les autres maladies associées, plus fréquentes avec l’âge, et dont les symptômes vont avoir tendance à masquer ceux d’une allergie sous-jacente. Par exemple, dans le cas d’une allergie donnant des symptômes similaires à ceux d’une sinusite, on donnera en première intention des antibiotiques à un senior, alors que chez un enfant on pensera en premier lieu à explorer une allergie.

Pourquoi devient-on allergique sur le tard ?

Dr Madeleine Epstein : On ne devient pas allergique, on naît avec une prédisposition génétique. Ensuite, l’allergie se développe ou non en fonction des circonstances. On peut ainsi être prédisposé à une allergie au chat, mais ne jamais rencontrer de chat et donc ne jamais devenir allergique. On peut également se retrouver exposé à un chat dès son enfance et déclarer très tôt son allergie, ou à l’opposé être confronté à un chat sur le tard et ressentir seulement à ce moment-là des symptômes allergiques. La concentration d’allergène à laquelle on est exposé est très importante. On dépasse ou non un seuil. J’ai par exemple rencontré en consultation une personne de 75 ans venant subitement de développer un rhume des foins évident tout simplement parce qu’elle venait d’atteindre pour la première fois son seuil déclenchant pour les pollens de bouleau, dont la concentration à cette période avait été particulièrement importante cette année-là. Outre les circonstances de rencontre avec l’allergène et l’atteinte d’un seuil déclenchant, la fragilité joue aussi un rôle primordial. La fatigue, le stress, les contrariétés sont également des facteurs favorisants. C’est ainsi que les enfants qui ont hérité du terrain allergique de leur père et/ou leur mère déclarent souvent une allergie avant leurs propres parents. J’ai suivi une petite fille de 8 ans jusqu’à ses 14 ans pour un asthme allergique et ce n’est que lors de la dernière consultation que sa mère alors âgée de 40 ans, dont le nez commençait à la piquer, m’annonce qu’elle pensait être allergique aux pollens.

Que conseillez-vous pour améliorer le diagnostic à tout âge ?

Dr Madeleine Epstein : Quand des symptômes inexpliqués et répétitifs au niveau des voies respiratoires, des yeux et des surfaces en contact avec l’extérieur se manifestent, il faut penser à une possible allergie et aller voir un allergologue. Ce spécialiste pourra explorer le terrain allergique et peut aussi parfois trouver des facteurs autres qu’allergiques expliquant les éternuements ou les boutons. En effet, on parle beaucoup de pollution environnementale domestique et l’on recherche donc systématiquement une éventuelle exposition à des aérocontaminants (déodorisants, parfums d’ambiance, huiles essentielles, etc.). Pour en savoir plus sur l’allergie Association Asthme & Allergies : http://asthme-allergies.org

 

Isabelle Eustache, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0969 363 373 (appel non surtaxé)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×