En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Art-thérapie : quand la musique soulage les douleurs

Art-thérapie : quand la musique soulage les douleurs

Il y a des rencontres formidables. Celle de Claire Oppert, violoncelliste, et du Dr Jean-Marie Gomas, pionnier en matière de soins palliatifs, en est une. Ensemble, ils ont mis au point le « pansement Schubert » pour améliorer, par l'art-thérapie, la prise en charge de la douleur des patients en fin de vie.

Art-thérapie et douleur : le  miracle du « pansement Schubert »

Selon la définition proposée par la Fédération Française des art-thérapeutes, « l'art-thérapie est la pratique de soin fondée sur l'utilisation thérapeutique du processus de création artistique »...

Imaginez une chambre d'hôpital dans laquelle se trouve un patient et, à ses côtés, une musicienne jouant du violoncelle. La scène se déroule au service de soins palliatifs de l'hôpital Sainte-Perrine à Paris. La violoncelliste, c'est Claire Oppert, concertiste et musicothérapeute. Il y a quelques années, alors qu'elle travaille dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad), elle constate qu'une patiente atteinte de démence s'agite et hurle pendant le soin qu'essaie de lui prodiguer l'infirmière. Claire Oppert : « Je me suis assise à côté d'elle et j'ai joué le mouvement lent du 2ème trio de Schubert. Immédiatement, le miracle s'est produit : la patiente s'est calmée et s'est mise à chantonner, l'infirmière a pu réaliser sa ponction veineuse en deux minutes. Pendant les deux semaines suivantes, je suis venue jouer à chaque fois qu'elle avait un soin et tout s'est bien passé ». L'idée du « pansement Schubert »* était née.

A lire aussi : La musicothérapie, pour quoi faire ?   

Art-thérapie : l'émotion par-delà de la maladie

Le pouvoir relaxant de la musique est connu, son effet sur la douleur est une réalité. Ici, l'originalité de la démarche est qu'il s'agit de musique vivante. « Mettre un casque sur les oreilles des patients pendant 15 mn pour leur faire écouter un enregistrement n'a pas la même portée que quelqu'un qui joue d'un instrument à côté de vous, souligne le Dr Jean-Marie Gomas, coordinateur de l'Unité douleurs chroniques et soins palliatifs de l'hôpital Saint-Périne où Claire Oppert exerce depuis 2011. Le violoncelle est proche de la voix humaine avec des fréquences facilement accessibles quel que soit l'état cognitif et le niveau socio-culturel des patients. Inutile d'être mélomane pour qu'il fasse vibrer le corps. On s'adresse au ressenti, à l'émotion ». C'est là toute la raison d'être de l'art-thérapie. Le médecin le précise, « le pansement Schubert ne guérit pas, ni ne remplace la morphine mais il apaise car il vient toucher la personne par-delà de la maladie ».

10% à 30% moins de douleurs

Pour mesurer l'impact de cette expérience musicale, une étude a démarré en 2014 et se terminera en 2017. Elle vise à inclure 200 volontaires. Pour l'heure 92 patients ont déjà bénéficié d'un « pansement Schubert ». Les premiers résultats décrivent une atténuation des douleurs induites par des actes médicaux de 10 à 30%, une décontraction musculaire et une diminution de l'anxiété. Ils sont évalués à partir de certains critères : tension artérielle, respiration, échelles de la douleur, observation du visage, du regard, paroles...  Chaque séance dure en moyenne 15 mn à raison d'une à deux fois par semaine. Claire Oppert se met près du lit avec son instrument pendant que le soin a lieu : « En général, les patients me demandent de jouer doux. C'est eux qui choisissent ce qu'ils veulent écouter. Du classique au jazz en passant par des musiques ethniques ou baroques, je m'adapte. Quand ils n'ont aucune idée, je joue du Schubert ».

Des notes qui font du bien

« Ça me fait du bien », c'est ce que disent la majorité des patients à l'issue de la séance. « Quand ils sont conscients, 90% d'entre-eux se mettent à chanter », raconte la musicothérapeute. Mais même dans le coma, ils réagissent : les sons provoquent une décontraction musculaire dans 80% des cas, leur respiration se ralentit et s'amplifie.

« Plusieurs études montrent que le cerveau de personnes dans le coma réagit à la musique, rappelle le Dr Gomas. Quelques-unes se sont même réveillées  après avoir entendu un morceau connu ». Bénéfique pour les patients, le « pansement Schubert » valorise aussi les soignants : « Ils ont l'impression que leur soin est meilleur », affirme Claire Oppert. Des bienfaits difficiles à quantifier avec des chiffres. Dr Gomas : « L'art-thérapie entre peu à peu dans les lieux de soins, le problème est le financement. On est dans un monde médical où tout doit être évalué mais avec le “pansement Schubert”, on est dans la recherche de la qualité, de la finesse, de la sensibilité. Ça ne se quantifie pas. Si le malade dit “j'ai moins mal”, on n'a pas besoin de colonnes de chiffres ».

A lire aussi : Le cerveau et la musique sont-ils en harmonie ? 
Source :

Brigitte Bègue, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×