En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Cancer du testicule : des tumeurs qui ne doivent plus faire peur

Cancer du testicule : des tumeurs qui ne doivent plus faire peur

Grâce à une avancée française présentée en juin 2016 au congrès de la société américaine d'oncologie qui est aussitôt devenue le traitement de référence, il est possible de guérir 75 % des tumeurs graves du testicule. Les explications par son découvreur, le Pr Karim Fizazi, chef du Département de Médecine oncologique à l'Institut Gustave Roussy (Villejuif). Aujourd'hui, grâce à la chimiothérapie, il est possible de guérir plus de 90% de l'ensemble des cancers du testicule.

Tumeur du testicule, un cancer de l'homme jeune

Le cancer du testicule reste rare -1 à 2% des cancers masculins- mais c'est le plus fréquent chez l'homme jeune jusqu'à l'âge de 40 ans, avec 2 000 nouveaux cas annuels en France, survenant à un âge médian de 30 ans.

En 2016, c'est l'une des tumeurs que l'on guérit le mieux. Lorsque le cancer est localisé aux testicules, ce qui représente la moitié des tumeurs lors de leur découverte, les médecins sont en mesure de le guérir dans 99% des cas, par l'ablation du testicule, au besoin complétée par une chimiothérapie afin de prévenir les rechutes. Cette chirurgie est habituellement sans conséquence majeure sur la fertilité ni la sexualité de l'homme jeune, car le testicule restant produit suffisamment d'hormone "mâle" (testostérone) et de spermatozoïdes.

Mais si la tumeur n'est pas découverte à temps, il dissémine au niveau des ganglions abdominaux et sus-claviculaires (dans le creux, sous la clavicule) et à d'autres organes comme le poumon, le foie et le cerveau etc. : il métastase. Malgré cela, la chimiothérapie est capable de guérir plus de 80% des tumeurs métastatiques du testicule. Le terme de guérison est employé à bon escient car les rechutes à 5 et 10 ans sont exceptionnelles.

Pr Karim Fizazi : « Les cancers du testicule métastatiques sont classés en trois catégories : les formes métastatiques de bon pronostic, de pronostic intermédiaire ou de mauvais pronostic (15% des formes métastatiques, une centaine en France chaque année). Fort heureusement, la majorité des tumeurs métastatiques sont classées de "bon pronostic" où le taux de guérison dépasse 95% grâce à la chimiothérapie, complétée si besoin par la chirurgie. Les formes métastatiques de pronostic "intermédiaires" sont guéries à plus de 80%. En revanche, jusqu'à maintenant, seules 50% des formes de mauvais pronostic pouvaient être guéries. Cela va désormais changer ».

Une stratégie payante dans les tumeurs graves du testicule

Jusqu'à 2016, le traitement de ces formes métastatiques de mauvais pronostic reposait sur quatre cycles d'un protocole de trois médicaments de chimiothérapie, établi en 1987. Pour améliorer les résultats, l'idée fut donc de trouver un moyen de trier les patients qui allaient guérir avec ce protocole de référence (BEP) et d'intensifier dès que possible le traitement mais uniquement lorsque ce protocole est insuffisant.

Pour cela, depuis les années 2000, les recherches franco-américaines coordonnées par le Pr Fizazi se sont penchées sur la vitesse de décroissance de marqueurs sanguins fortement exprimés en cas de cancer du testicule (hCG et AFP). Il ressort que la vitesse de décroissance de ces marqueurs trois semaines après un unique cycle de protocole de chimiothérapie standard est un bon indicateur de l'efficacité du traitement complet de chimiothérapie. Si celle-ci est rapide, ces hommes vont le plus souvent pouvoir guérir avec le traitement standard.

Le taux de survie globale atteint alors 80% pour les patients dont la décroissance est rapide (et donc dite favorable) contre 60% seulement pour les patients dont la décroissance est lente. C'est pourquoi ces derniers nécessiteront une chimiothérapie plus lourde mais optimisée.

Pr Karim Fizazi, coordinateur de l'étude GETUG 13 (France, USA, Slovaquie) * : « GETUG 13 est la plus grande étude mondiale sur le sujet avec 263 hommes inclus. Après 5 années de suivi, elle confirme d'une part que l'on double ses chances de guérison lorsque la vitesse de décroissance des marqueurs est favorable et d'autre part que la chimiothérapie intensive (6 médicaments au lieu de 3) est supérieure chez les patients présentant une décroissance lente des marqueurs sanguins. Chez eux, la réduction du risque de progression tumorale ou de décès est de 35%. Après 5 ans, 75 patients sont vivants et n'ont jamais souffert de rechute sous traitement intensifié contre 59 patients avec le traitement standard ».

Cancer du testicule : des symptômes trompeurs

La plupart des hommes qui développent un cancer du testicule n'ont pas de facteur de risque. Les autres ont un risque plus élevé du fait de cas de tumeur du testicule chez les ascendants, un antécédent personnel, une trisomie 21 ou une cryptorchidie (descente incomplète d'un testicule dans les bourses au cours de la vie foetale).

Les symptômes d'un cancer du testicule varient d'une personne à l'autre. A la palpation il apparaît une masse, une boule, une irrégularité qui croît au niveau du testicule, avec une sensation de gêne ou de pesanteur dans le scrotum (peau contenant les testicules). Cette masse est généralement peu ou pas douloureuse. Elle peut être si petite qu'elle passe totalement inaperçue, ce qui ne signifie pas qu'elle n'aura pas eu le temps de disséminer dans l'organisme via la circulation sanguin ou lymphatique.

Mais parfois, c'est tout à fait l'inverse avec une diminution de taille (atrophie) du testicule. La tumeur elle-même se nécrose, car les cellules tumorales ne sont pas suffisamment vascularisées ; le foyer tumoral aura cependant parfois eu le temps de métastaser. C'est aussi parfois lors d'un bilan pour infertilité masculine qu'un cancer du testicule est détecté.

Cancer du testicule : préférer consulter dans un centre de référence

En cas de doute, il faut ne faut pas hésiter à en parler à son médecin. Une simple échographie permettra de déceler la présence d'une tumeur du testicule.

Pr Karim Fizazi : « Le cancer du testicule est rare. Pour mettre toutes les chances de son côté, il faut absolument centraliser la prise en charge dans des "centres de référence". Il y en a dans chaque grande ville, même s'ils ne sont pas encore labellisés comme tels. Nous réclamons depuis des années une décision politique en ce sens car il y a des vies à sauver. C'est majeur : d'après plusieurs études menées en Europe, les chances de guérison diffèrent de 20% selon les lieux de soins! Des pays ont déjà imposé cette centralisation des cancers du testicule dans quelques hôpitaux de référence (Danemark, Royaume-Uni). En France, c'est un enjeu important des cinq années à venir. »

Pour en savoir plus : Les patients parlent aux patients

Longtemps tabou, les cancers masculins sortent de l'ombre : une association de patients et de leurs proches, CERHOM, permet de délivrer des informations sur ces cancers et en particulier sur le cancer du testicule. Un système de permanence téléphonique permet également à des patients récemment touchés par la maladie de contacter d'anciens patients qui ont eu l'expérience des traitements.
Source :

Hélène Joubert, journaliste scientifique

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×