En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Dysmorphophobie : quand la laideur, c'est dans la tête !

Dysmorphophobie : quand la laideur, c'est dans la tête !

La dysmorphophobie, c'est l'impression d'avoir un corps laid ou hors-normes, et, dans le contexte des troubles alimentaires, un corps qui est, dans l'immense majorité des cas, perçu comme trop gros, au risque de tomber dans l'anorexie-boulimie. C'est pourtant juste une impression : sur la balance, quasi 100% de ces personnes -des femmes pour la plupart- sont dans les normes pondérales, ni en surpoids ni obèses... Comment retrouver un sentiment esthétique de l'image de soi enfin réaliste ?

Dysmorphophobie : le risque de l'anorexie-boulimie

Entre 1 et 2% des adolescentes et des jeunes femmes souffriraient de dysmorphophobie.

Cette peur d'une dysmorphie corporelle est médicalement identifiée (1). Elle représente une catégorie de personnes qui souffrent d'un trouble de l'apparence allant du doute obsessionnel à la certitude obsédante d'une disgrâce alléguée. Elle peut être, dans les formes les plus graves, associée à une phobie sociale avec un évitement du regard d'autrui voire un vécu dépressif.

La dysmorphophobie est notamment un symptôme de troubles alimentaires, d'autres dysmorphophobies obsessionnelles se focalisant sur d'autres parties du corps. Elle peut générer de légers troubles anxieux jusqu'à une psychose, une anorexie-boulimie et une addiction à la chirurgie esthétique. La dimension dysmorphophobique est moins présente chez les hommes : seuls 10% des personnes qui souffrent de troubles alimentaires sont des hommes.

Jean Michel Huet, psychanalyste et sexologue, spécialiste des troubles alimentaires (Paris) : « Il arrive parfois qu'au tout début de l'apparition de troubles alimentaires, les jeunes filles aient effectivement un ou deux kilos en trop. Mais après avoir maigri de 10 kg, elles s'estimeront toujours trop grosses ! On peut dire que presque toutes les femmes sont légèrement dysmorphophobiques. La faute principalement à l'image de la femme "parfaite" dans les médias! Beaucoup de femmes dysmorphophobiques s'inquiètent par exemple que leur ventre se plisse lorsqu'elles se penchent en avant. Que les femmes dans les magazines soient "Photoshopées" n'est pas un argument qui peut les raisonner ».

Suis-je dysmorphophobique ?

L'anorexie, la boulimie et éventuellement une orthorexie (pratiques alimentaires extrêmes caractérisées par l'ingestion d'une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains) sont les troubles du comportement alimentaire témoignant d'une dysmorphophobie. Mais la recherche de la perfection peut -sans aller jusqu'à ces extrémités- engendrer une souffrance, plus ou moins grande. Il s'agit d'un problème psychologique par excès quantitatif (se sentir en surpoids) et non pas qualitatif (la forme du corps).

Jean Michel Huet : « Les profils de femmes qui consultent pour dysmorphophobie sont variés ; Cela peut aller de l'adolescente de 15-16 ans poussée par sa famille du fait d'une perte de poids préoccupante, à la jeune femme vers la vingtaine parfois hospitalisée pour anorexie-boulimie qui, en dépit d'une reprise pondérale, vit avec des angoisses esthétiques fortes. Y compris les femmes plus âgées qui souffrent de ne pas avoir le corps de leur rêve comparativement à celui de leurs amies... Notre société a brouillé les cartes : on ne sait plus ce qu'est un corps humain normal, et le niveau d'études n'a rien avoir dans l'affaire ».

Les indices qui orientent vers un diagnostic de dysmorphophobie sont :

  • Une préoccupation quasi permanente de l'apparence physique. Peu importe la taille ou le poids objectifs, la personne n'est jamais assez mince. Un défaut physique (nez, dimensions du sexe pour les hommes) peut aussi générer une obsession démesurée.
  • Le fait que cette préoccupation entraîne une souffrance psychologique plus ou moins importante avec une altération de la vie sociale, professionnelle ou familiale.
  • Un trouble distinct d'autres troubles mentaux dont l'anorexie mentale (avec ses représentations délirantes du corps voire la négation de l'existence de certains organes).

Comment aider une personne dysmorphophobique ?

A partir du moment où il existe une souffrance obsessionnelle, même légère, cela justifie de consulter un spécialiste, ne serait-ce qu'une seule fois. Il faut avant tout que la personne ait envie de guérir de ses troubles alimentaires (dans le cas d'une dysmorphophobie avec troubles de la conduite alimentaire) et ne soit pas, là encore, perfectionniste en acceptant une thérapie sur la durée. La plupart du temps il n'y a rien à corriger sur le plan nutritionnel. Ces femmes sont normo-pondérales et de toutes les façons n'accepteront aucun conseil.

  • Sur le versant psychologique, le médecin doit établir une relation de confiance afin de les amener à parler de croyances qu'elles n'ont jamais avouées tellement elle se sentent honteuses. Ce sont des représentations fantasmatiques chez des personnes instruites comme l'impression qu'elles grossissent automatiquement de 1kg après avoir mangé une barre de céréales de 50g. C'est « plus fort qu'elles ». A part dans le cas de la dysmorphophobie psychotique (délirante, sentir qu'on a le corps d'un ange par exemple), il persiste toujours chez ces femmes une petite allusion à la réalité par exemple : « Je sais bien que ça n'est pas vrai/normal , même si  je me sens quand même grosse... ». Celles qui n'ont pas ce lien avec la réalité tombent très vite dans l'anorexie grave.
  • Comme aucun argument pour leur ouvrir les yeux n'y fera, du moins dans un premier temps, le médecin/psychologue joue sur les perceptions immédiates qu'elles ont d'elles-mêmes à partir de photos, en exploitant les failles de leur raisonnement. Comme par exemple comparer leur corps à la personne située à coté sur la photo, aller même jusqu'à mesurer un tour de taille sur l'image.
  • Le médecin va aussi travailler sur un comportement boulimique ou anorexique installé, parfois engendré par une dysmorphophobie sévère. Le soignant confronte alors la perception de la personne à la réalité et tente de trouver les causes, toujours multiples, des troubles du comportement alimentaire.

Jean Michel Huet : « Quant à l'entourage, son rôle se borne à essayer d'amener la personne qui présente des signes de dysmorphophobie à consulter. La famille ou les amis ne doivent pas chercher à convaincre par le rationnel ou la raison, mais seulement pointer qu'il existe une souffrance et qu'un avis neutre et compétent est nécessaire ».
Source :

Hélène Joubert journaliste scientifique

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×