En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Infarctus du myocarde : homme ou femme, les 5 différences

Infarctus du myocarde : homme ou femme, les 5 différences

Que l'on soit un "gars" ou une "fille", l'infarctus du myocarde n'est pas ressenti de la même manière. Dans près d'un cas sur deux, les femmes ne sentent pas la forte douleur dans la poitrine si caractéristique de la crise cardiaque. Chez elles, les signes plus atypiques et plus discrets, passent trop souvent inaperçus. Homme ou femme, nous ne sommes pas égaux devant l'infarctus du myocarde. Voici pourquoi.

Infarctus du myocarde : en hausse chez la femme, en baisse chez l'homme

Dans l'inconscient collectif, l'infarctus du myocarde (ou syndrome coronaire aigu) ne frappe que l'homme, en surpoids et passé la cinquantaine. Erreur. Sur les 65 000 infarctus du myocarde pris en charge en urgence chaque année en France, un quart terrasse une femme (âgée de moins de 60 ans dans 27% des cas et de moins de 50 ans 11% des cas). De plus, la proportion de femmes parmi la totalité des infarctus augmente : elle est de 31% selon le registre européen EuroHeart Survey. Les infarctus du myocarde ont triplé chez la femme de moins de 50 ans ces quinze dernières années.

 Dr Christelle Diakov, cardiologue, unité Cardiologie médicale et interventionnelle (Institut Mutualiste Montsouris) : « La faute à la progression du tabagisme (et de l'association pilule-tabac) et des troubles métaboliques (obésité, troubles lipidiques, diabète). Aujourd'hui, 28 % des femmes fument ! De plus, l'espérance de vie a progressé et l'on peut espérer vivre 30 ans après la ménopause, la période la plus à risque d'accidents coronariens dont la crise cardiaque ».

Infarctus du myocarde : diagnostic rapide pour l'homme, tardif chez la femme

Les accidents coronaires chez la femme : on n'y pense pas, on y croit moins. L'image que nous avons de l'infarctus du myocarde chez la femme est bien éloignée de la vérité. 40 % des hommes et 31 % des femmes pensent -à tort- qu'il est moins grave chez la femme dixit l'observatoire CASSANDRE* (2011). Aux idées reçues s'ajoutent la négligence (ou défaut de prise en charge) des facteurs de risque chez la femme et des symptômes cardiovasculaires au féminin. De plus, les femmes tardent plus à appeler les secours (45% d'entre elles appelleront le SAMU contre 57% chez l'homme). La femme ressent des symptômes avant-coureurs parfois jusqu'à un mois avant de consulter ... Au final, le diagnostic de crise cardiaque est trop tardif dans 55% des cas chez la femme.

Infarctus du myocarde : les progrès ont surtout bénéficié aux hommes

La femme, notamment la femme jeune, décède de plus en plus après un infarctus du myocarde. Alors que les techniques chirurgicales et médicamenteuses ont énormément progressé ces 10 dernières années (50% de mortalité contre 15% aujourd'hui dans la population globale), ce sont surtout les hommes qui en ont profité. Chez eux, la mortalité pour cause d'infarctus du myocarde a été divisée par dix ces dix dernières années, contre six chez les femmes blanches (chiffres USA). Chez les moins de 50 ans, les femmes meurent deux fois plus que les hommes suite à une crise cardiaque.

Infarctus du myocarde : les hommes plus rapidement pris en charge

Le délai entre la plainte et le diagnostic électrique par un électrocardiogramme (ECG) s'allonge chez la femme : à l'arrivée aux Urgences, un ECG en moins de 10 min (le critère de qualité) est réalisé chez 29% d'entre elles contre 38% chez les hommes. Au final, la femme jeune est non seulement diagnostiquée mais prise en charge moins vite pour un infarctus, à cause des idées reçues mais aussi et surtout, du fait de symptômes discrets et atypiques chez elle.

Les symptômes de l'infarctus du myocarde plus subtils chez la femme

"Gars" ou "fille", les signes qui alertent de la crise cardiaque n'ont souvent rien en commun. Chez l'homme, l'infarctus se manifeste presque le plus souvent par une douleur thoracique (soit au milieu du thorax, soit dans la région précordiale, en dessous du sein) qui serre "comme un étau" et peu irradier au bras gauche jusqu'à la mâchoire.

Dr Christelle Diakov : « Chez une femme, si l'on ne pense pas immédiatement à l'urgence que représente l'infarctus du myocarde, c'est que la douleur thoracique (lorsqu'elle est présente !) est d'intensité bien plus faible. Et trop souvent on accuse l'« anxiété féminine ». Quel est le rapport ? 43% des femmes n'ont aucune douleur et chez elles, ce sera plutôt une gêne avec une sensation d'oppression, d'où l'assimilation à des symptômes d'anxiété, qu'elle verbalise plus que l'homme ».

Dans près d'un cas sur deux, la femme ne ressent que des symptômes atypiques. Les connaître, c'est saisir la chance d'être secourue plus rapidement. Ce peut être :

- Un essoufflement : 42% en ressentent pendant un mois avant de consulter, 52% lorsque l'infarctus est diagnostiqué.

- Une douleur plutôt dorsale.

- Des palpitations.

- Des symptômes digestifs avec des nausées, des douleurs abdominales, des troubles digestifs.

- Une grande fatigue inhabituelle : 70% en ressentent pendant un mois avant de consulter, 45% lorsque l'infarctus est diagnostiqué.

- Des troubles du sommeil, dans 47% des cas.
Source :

Hélène Joubert journaliste scientifique

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×