En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Pieds et chaussures : nos mauvaises habitudes

Pieds et chaussures : nos mauvaises habitudes

Talons hauts, escarpins pointus, ballerines ou tongs, tout est permis, mais avec parcimonie. Sinon gare aux problèmes de dos, de tendons ou d'orteils en forme de griffe. Eclairage de spécialistes sur ces habitudes prises par coquetterie ou confort mais loin d'être anodines.


Talons hauts : séduire ou souffrir ?

On parle de talons hauts dès lors que la hauteur dépasse
6 cm et de talons "très hauts" au dessus de 10 cm. Au naturel, le pied n'a absolument pas vocation à être perché de la sorte. En terme de hauteur, les talons c'est ni trop, ni trop peu ! Au quotidien les podologues conseillent des talons entre 2 et 6 cm et de réserver les talons hauts aux sorties occasionnelles.

Le raccourcissement du triceps, muscle du mollet (1) est la première des conséquences du port de talons hauts.

Par ailleurs, le centre de gravité de la personne va se déplacer vers l'avant, obligeant les muscles postérieurs à être en tension permanente pour réajuster la posture et éviter que le corps ne tombe. Creuser le dos est alors une réaction naturelle. Or, plus on va se camber, plus on va mettre les vertèbres en porte-à-faux et plus on s'expose à des douleurs de dos.

Muriel Montenvert, secrétaire générale de l'Union française pour la santé du pied (UFSP) : « A eux seuls, les talons hauts peuvent aggraver ou créer des problèmes de dos : lumbagos,  lombalgies, douleurs musculaires et articulaires dorsales etc. »

Côté tendons, plus les talons seront hauts, plus le tendon d'Achille aura tendance à se rétracter. Après une utilisation prolongée, marcher de nouveau avec du très « à plat » va étirer ce tendon et ce sera douloureux. Le risque de créer des maladies du talon existe, comme l'épine calcanéenne (excroissance osseuse sur la face inférieure du talon) ou la tendinite du talon d'Achille.

Enfin, sur des talons hauts, on se retrouve en appui uniquement sur la partie avant du pied.

Antoine Perrier, pédicure-podologue, président de la Société Française de Podologie (SOFPOD) : « Ce report de charges sur l'avant-pied augmente les contraintes articulaires (2). Le risque d'orteil « en griffe » est donc augmenté. Cette surcharge peut provoquer à plus ou moins long terme des douleurs sous les métatarses, associées ou non à des problèmes cutanés, des compressions nerveuses très douloureuses (Syndrome de Morton) entre autre... »

A force de frotter contre la face interne du dessus de la chaussure, cors et corne apparaissent. Le risque de formation d'hallux valgus (déviation anormale du gros orteil vers le deuxième orteil, ou "oignon") est réel.


Les bouts pointus, une torture pour les orteils

Chez les hommes, la chaussure à bout pointu -si la largeur du pied est respectée- n'a que peu de conséquences. Par contre chez la femme, une plus forte laxité des ligaments (relâchement), associée à une faiblesse osseuse grandissante avec l'âge et le port de talon amplifie les problèmes de l'avant du pied.


Sandy Fouat, pédicure-podologue, secrétaire générale de la SOFPOD : « Les problèmes les plus fréquents sont cutanés comme les durillons, cors, papillomes micro-traumatiques (évolution douloureuse d'un cor). Les ongles sont touchés aussi avec des onycholyses (décollement), des onychauxis (épaississement) et des cors sous-unguéaux ou dans les sillons et parfois même des ongles incarnés. Aucune étude n'a cependant fait le lien entre bout pointu et hallux valgus ».


Bannir les pieds nus dans des chaussures fermées

La chaussette -sorte de barrière hygiénique- protège la peau. Mettre tous les jours un pied propre sans protection dans un chaussant, sale par définition puisque non lavé fréquemment, augmente le risque de lésions cutanées type ampoule (phlyctène), susceptibles de s'infecter. La macération dégage de mauvaises odeurs et favorise l'apparition de mycoses cutanées ou unguéales (de l'ongle).


Tongs et ballerines : l'antidote aux talons ?

Les ballerines, souvent dépourvues d'un vrai talon, mettent les muscles et tendons postérieurs en tension, d'où un étirement du tendon d'Achille et des douleurs. Et, comme pour les tongs, l'attaque du talon au sol -et donc des ondes de choc- est plus importante à chaque pas.


Par ailleurs, il faut être vigilent car ajustée lors de l'achat, la ballerine s'avachit au fil du temps. Pour ne pas la perdre, on va crisper les orteils, créant des phénomènes de tension sous les pieds et l'apparition de griffes d'orteils, et donc de cors et durillons.

Formées d'une semelle plate elles aussi, ce phénomène de crispation existe mais est moindre dans les tongs, puisque la lanière les retient. Mais les tongs sont conçues pour la plage et doivent le rester ! Aussi pour minimiser la colonisation bactérienne, qui serait de 18 000 bactéries.


Pieds nus le plus possible, une bonne idée ?

En soi, marcher pieds nus et donc sans talon n'est pas une mauvaise habitude. Aucun inconvénient à être pieds nus chez soi, à part peut-être pour les personnes qui travaillent chez elles car à la longue, le pied s'élargit naturellement et il devient difficile après plusieurs années de rentrer dans ses chaussures.


Muriel Montenvert : « Vivre pieds nus chez soi est par contre déconseillé aux personnes diabétiques pour éviter qu'elles ne se blessent. Chez elles, des plaies non soignées (ou non repérées) sont la cause de près de 10 000 amputations annuelles en France ».


Source :

Hélène Joubert journaliste scientifique

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×