En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à vous offrir une navigation optimale, des contenus personnalisés et à réaliser des statistiques d’audiences .En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer

Travailler plus... pour boire plus d'alcool : non merci !

Travailler plus... pour boire plus d'alcool : non merci !

17 Janvier 2018

Le fait de travailler de très longues heures augmente le risque d'abuser de l'alcool, ou d'en dépendre. Vigilance...

Travailler trop augmente le risque de dépendance à l'alcool


C'est en tout cas le constat d'une étude récente qui a porté sur plus d'un millier de jeunes adultes (entre 25 et 30 ans) habitant en Nouvelle-Zélande. Les chercheurs ont comparé le nombre d'heures travaillées dans la semaine à la consommation, à l'abus et à la dépendance à l'alcool. Résultat : les personnes qui travaillent plus de cinquante heures par semaine ont un risque beaucoup plus élevé d'avoir des problèmes d'alcool.

Pourquoi les personnes qui travaillent beaucoup boivent-elles plus ?


L'alcool désinhibe et détend, au moins dans un premier temps. Les personnes qui ont une vie très stressante ont parfois l'impression de ne pas pouvoir se passer de ce "coup de pouce" pour se relaxer après une journée passée à travailler. Par ailleurs, selon l'auteur de l'étude, travailler de longues journées entraîne aussi un contact plus prolongé avec ses collègues. La socialisation qui s'ensuit encourage parfois à aller boire après le travail, et les abus d'alcool font malheureusement partie de certaines cultures d'entreprise.

Quand la consommation d'alcool est-elle problématique ?


Il est parfois difficile de déterminer à partir de quand l'alcool devient un problème. En particulier chez des personnes qui mènent une vie professionnelle intense et ont une consommation d'alcool qui n'a pas de répercussion sur leurs revenus ou même leur vie sociale. Il est bon de rappeler que, dépendance ou pas, une consommation régulière d'alcool est mauvaise pour la santé (augmentation du risque de cancer et de maladies cardiovasculaires). La limite par jour est fixée à un verre pour les femmes et deux verres pour les hommes. Si vous vous demandez si vous êtes dépendant, vous trouverez des questionnaires en ligne, sur le site des Alcooliques Anonymes notamment, qui vous permettront d'évaluer votre situation et vous offriront aussi de l'aide en cas de besoin.

Marion Garteiser, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×
×