En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale

Des conseils et des solutions pour vivre pleinement votre retraite

Senior
  • Imprimer
Arrêter de fumer après 50 ans : est-ce que ça vaut encore le coup ?

Arrêter de fumer après 50 ans : est-ce que ça vaut encore le coup ?

Il n'y a pas d'âge pour arrêter de fumer.Le plus tôt sera le mieux, mais même passé un certain âge, les bénéfices sont immédiats et très conséquents.Les cardiologues sont formels, arrêter de fumer après son soixante-dixième anniversaire est encore bénéfique... Alors à la cinquantaine, vous avez mille raisons de plus !Sachez-le : il n'y a aucune excuse valable pour ne pas rompre avec ce « petit plaisir » mortel...

Entre 70 et 80 ans, l'arrêt du tabac diminue la mortalité de 27 %

Est-il encore utile de se résoudre à arrêter de fumer passé un certain âge ?
Les bénéfices de l'arrêt compenseront-ils les efforts déployés pour le sevrage ?
Et passé 70 ans, est-ce que ça vaut vraiment encore le coup de modifier une telle habitude multi quotidienne ?

Les réponses à ces questions sont toutes catégoriquement affirmatives.
En janvier 2013, lors des XXIIIèmes Journées européennes de la Société française de cardiologie, les cardiologues ont affirmé la chose suivante : « entre 70 et 79 ans, le sevrage réduit les risques de décès de 27 % ».

Autrement dit, l'abstinence tabagique a des effets immédiats et conséquents à tout âge.

Ainsi, les 10 % de seniors fumeurs et qui pensent qu'il est trop tard pour arrêter se trompent. Ce petit plaisir reste extrêmement dangereux. Passé son 70ème anniversaire, il est encore temps de se donner la peine d'arrêter, car le sevrage a encore et toujours un intérêt majeur.

Quels sont les effets attendus du sevrage chez les seniors ?

  • Si la mortalité globale diminue de 27 %, c'est surtout en raison des effets sur le système cardiovasculaire.
    En effet, concernant les cancers par exemple, c'est essentiellement la durée du tabagisme qui est délétère.
  • En revanche, pour les accidents coronariens, c'est la consommation de tabac « en temps réel » qui compte le plus.
    Dès l'arrêt, on supprime le risque de thrombose. Or rappelons que la prévalence des maladies cardiovasculaires augmente fortement avec l'âge et que les accidents coronaires représentent dans notre pays l'une des principales causes de décès. Les seniors tirent donc un avantage immédiat évident de l'arrêt du tabagisme.
  • L'autre grand système à bénéficier du sevrage tabagique est l'appareil respiratoire.
    Le volume expiratoire augmente immédiatement. Et plus tardivement, en cas de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), cette maladie qui touche typiquement les fumeurs et ex-fumeurs et qui concerne quelque 15 % des plus de 65 ans, l'arrêt du tabac est aussi efficace que la mise sous oxygène.
    Autrement dit, le sevrage est le traitement de première intention.

Est-il plus difficile d'arrêter à 70 ans qu'à 30 ans ?

Il est difficile de répondre à cette question car l'on ne dispose que de très peu d'études sur ce sujet. Il semblerait néanmoins qu'un arrêt à un âge tardif ne soit pas plus difficile. Certes les seniors qui fument ont une importante ancienneté de tabagisme et sont donc assurément très dépendants au tabac. Mais a priori, la dépendance à la nicotine est la même à 20, 40 ou 70 ans.

En revanche, avec l'âge, la motivation à l'arrêt est plus forte car l'état de santé diminue tout comme la qualité de vie...

Alors, comment arrêter de fumer ?

En se faisant aider par son médecin pour trouver la bonne méthode et pour se faire accompagner et encourager.
Trouver le bon moment pour enfin rompre avec cette habitude très contraignante est aussi essentiel. Ce peut être à l'occasion de la mise en route d'un nouveau traitement ou à l'approche d'une opération chirurgicale. En effet, on sait que l'arrêt du tabac avant une intervention chirurgicale diminue les risques de complications et améliore les suites opératoires. C'est pourquoi on recommande l'abstinence tabagique avant et après une chirurgie, particulièrement chez les seniors.

Il n'y a donc pas d'âge pour oser se libérer du tabac et les efforts seront assurément récompensés !

Quid de la e-cigarette
Faut-il essayer la cigarette électronique ? Des incertitudes demeurent concernant cet objet, mais l'enjeu de l'arrêt est tel que cette méthode peut être tentée chez les seniors. En mimant la gestuelle en plus d'apporter de la nicotine, le sevrage est moins douloureux et moins stressant pour certains fumeurs assidus. 
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Choisissez la solution santé adaptée aux plus de 55 ans

Bien remboursé (optique, dentaire, audition…), bien accompagné, bénéficiez d’une protection complète en toute sérénité
Promotion en cours

Bien vivre son âge - 20 jours, 20 conseils

Recevez dès demain et pendant 20 jours des conseils quotidiens pour profiter de l’instant présent et de votre avenir.


Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×