En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à vous offrir une navigation optimale, des contenus personnalisés et à réaliser des statistiques d’audiences .En savoir plus
La Mutuelle Générale

Des conseils et des solutions pour vivre pleinement votre retraite

Senior
  • Imprimer

Les médicaments à proscrire avant de prendre le volant, un avertissement à prendre très au sérieux

06 Février 2018

Avec la Sécurité routière et la Direction générale de la santé, l'ordre national des pharmaciens débute une grande campagne d'information pour alerter sur la dangerosité au volant de certains médicaments : «3,4 % des accidents mortels de la route sont attribués à une prise de médicaments ».

Certains médicaments contre-indiquent la conduite : suivez le logo triangulaire !

Les Français sont invités à mieux considérer l’affichage des boites de leurs médicaments. En effet, la couleur d’un pictogramme triangulaire apposé sur tous les médicaments indique le degré de dangerosité avec la conduite (de jaune à rouge). Et les médicaments peu ou incompatibles sont nombreux ! Outre les anxiolytiques et les somnifères, qui devraient logiquement attirer davantage l’attention (pourtant ils sont en cause dans la moitié des accidents mortels de la route et consommés par quelque 11 millions de Français), de nombreuses autres spécialités pharmaceutiques altèrent la vigilance sans que les patients ne s’en inquiètent au fil de leurs activités et particulièrement en cas de traitement au long court.

Afin de garantir sa sécurité et celle des autres, il est impératif de consulter la boite de ses médicaments à la recherche de cette information et d’en tenir compte. Selon certaines activités régulières ou ponctuelles, il est nécessaire d’en parler à son pharmacien et à son médecin afin d’adapter le traitement. Il est parfois possible de proposer un autre médicament n’ayant pas les mêmes effets indésirables, ou de modifier la posologie (dosage, fréquence).

La liste des médicaments incompatibles avec la conduite s’est encore allongée

De son côté, l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) a procédé à une mise à jour de la liste des spécialités pouvant altérer la vigilance. Au total, 13 anxiolytiques ont été ajoutés à la liste de niveau 3, indiquant que la conduite est à proscrire. Attention, conduire n’est pas la seule activité incompatible avec la prise de ces médicaments : faire du vélo, exercer certains métiers (bouchers, jardiniers, ouvriers…) ou utiliser des machines présente aussi des risques. Enfin, les effets peuvent considérablement varier d’une personne à une autre.

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Choisissez la solution santé adaptée aux plus de 55 ans

Bien remboursé (optique, dentaire, audition…), bien accompagné, bénéficiez d’une protection complète en toute sérénité
Promotion en cours
* Voir conditions de l'offre en bas de page

Partagez cet article
avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
Statutaires
Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salariés de droits privés Orange
Adhérents salariés de droits privés Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange
Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
×
×
×
×