En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale

Des conseils et des solutions pour vivre pleinement votre retraite

Senior
  • Imprimer
Savez-vous à quoi sert la prostate et ce qu'est l'adénome de la prostate ?

Savez-vous à quoi sert la prostate et ce qu'est l'adénome de la prostate ?

Glande sexuelle masculine située sous la vessie, la prostate intervient dans la reproduction. Avec l'âge, elle peut s'hypertrophier et entraîner des troubles urinaires, qui sont les premiers signes d'un adénome de la prostate. Après soixante ans, près de deux hommes sur trois sont touchés. Etes-vous concerné ? 

Qu'est-ce que la prostate ?

La prostate est une glande sexuelle située sous la vessie, au carrefour des voies urinaires et génitales. Elle intervient dans la reproduction en apportant les éléments nutritifs nécessaires au sperme et en produisant un liquide qui le fluidifie. La prostate participe également à la préservation des spermatozoïdes en leur fabriquant une enveloppe protectrice.

L'hypertrophie de la prostate


Mis à part le cancer et la prostatite (inflammation de la prostate), une autre pathologie peut toucher cet organe : l'adénome de la prostate. Cette maladie est due à une hypertrophie qui s'accentue avec l'âge. Les premiers signes sont des troubles urinaires qui doivent donner l'alerte car sans traitement, des complications parfois très sévères sont susceptibles d'apparaître.

L'adénome prostatique

Deux hommes sur trois après soixante ans


Après soixante ans, près de deux hommes sur trois sont touchés (50% des hommes à 60 ans et 90% des plus de 80 ans). Dans les pays industrialisés, cette pathologie constitue la troisième cause de dépenses de santé.

Entre la naissance et la puberté, la prostate grossit lentement, puis subit une poussée de croissance hormono-dépendante (sous l'effet d'une hormone masculine, la dihydrotestostérone) afin d'atteindre chez l'adulte son poids stable. Pour des raisons encore inconnues, la prostate recommence ensuite à grossir jusqu'à un volume parfois important : c'est l'adénome ou l'hypertrophie bénigne.

Un phénomène normal


Ainsi, plus l'homme avance en âge, plus le volume de la prostate augmente. Ce phénomène qui n'est pas cancéreux semble normal à partir de la quarantaine, et tant que l'adénome ne perturbe pas la miction, la consultation n'est pas nécessaire.

La localisation de l'adénome est importante


Si le tissu hypertrophié s'étend vers la périphérie de la glande, il ne provoque aucun symptôme, mais s'il s'étend à proximité de l'urètre, il risque de l'écraser et de gêner les mictions ; des troubles urinaires apparaissent.

Les mictions impérieuses

Lorsque l'hypertrophie gêne la vessie et l'irrite, les envies d'uriner deviennent fréquentes (d'abord la nuit puis le jour) et irrésistibles, même lorsque la vessie est vide. La miction est difficile (faible force du jet) et s'éternise avec ce que l'on appelle les « gouttes retardataires » qui sont incontrôlables. La plupart des troubles surviennent principalement le matin au réveil, le premier jet étant le plus difficile.

Des symptômes qui s'aggravent avec le temps


Pris isolément, ces symptômes ne sont pas spécifiques, mais leur association est caractéristique de l'adénome prostatique. Au début, ils sont minimes, mais s'aggravent avec le temps. Se faire traiter est indispensable car si les complications sont rares, elles sont sérieuses : impossibilité totale d'uriner (rétention aiguë d'urine), infection de la prostate, de l'appareil urinaire, sang dans les urines et les reins peuvent se dilater, n'assurant alors plus leur fonction filtrante.

L'examen diagnostique de l'adénome de la prostate

L'interrogatoire permet d'évaluer l'importance des symptômes et leur retentissement sur la qualité de vie du patient. Le touché rectal indique la consistance, le volume et les limites de la prostate. Lorsqu'elle est lisse et élastique il s'agit probablement d'un adénome. En revanche, si elle est dure et irrégulière un cancer peut être soupçonné.

Quand un cancer de la prostate est suspecté


Dans ce dernier cas, seule une biopsie permet de confirmer le diagnostic de cancer. Le taux de PSA, un antigène spécifique de la prostate, peut être utilisé comme indicateur à condition qu'il soit bien corrélé au volume de la prostate, car il augmente en même temps que la taille de l'organe. D'autres examens (échographie, radiographie, mesure du débit urinaire...) confirment le diagnostic et aident le médecin à évaluer le stade de la maladie et sa répercussion.

Adénome de la prostate : quels traitements ?

Le recours aux médicaments


Si la gêne est supportable, certains médicaments peuvent atténuer les symptômes en facilitant l'ouverture du col de la vessie et donc la miction ou en diminuant le volume de l'adénome. La consultation annuelle sera ensuite indispensable.

Règles d'hygiène de vie en cas d'adénome de la prostate


Par ailleurs, quelques règles d'hygiène sont essentielles : boire suffisamment pendant la journée pour éviter tout risque d'infection ou de calculs, éviter les aliments trop gras ou épicés, l'alcool, les boissons gazeuses, les longs voyages assis et pratiquer une activité physique compatible, c'est-à-dire plutôt de la marche que de l'équitation ou du vélo pour éviter la compression du bas-ventre, facteur aggravant les troubles.

Chirurgie


En cas de gêne importante et de complications, la chirurgie propose deux types d'intervention. Si l'adénome est de petite taille (moins de 60 g) la résection endoscopique peut être pratiquée. Elle consiste à extraire la partie hypertrophiée, lambeau par lambeau, à l'aide d'un appareil électrique (un résecteur) introduit dans le canal de l'urètre. Lorsque l'adénome est plus volumineux, il faut recourir à la chirurgie traditionnelle par voie haute.

Traitement par hyperthermie, prothèse...


Parfois, le traitement par hyperthermie (par la chaleur) est employé ou encore lorsque l'état du patient ne permet pas l'intervention chirurgicale, on peut placer une prothèse au niveau de l'urètre prostatique pour donner au patient la possibilité d'uriner normalement. Dans tous les cas, l'adénome étant d'évolution imprévisible, la décision est toujours difficile à prendre.

Quelles conséquences sur la sexualité ?

Cette question préoccupe toujours. Il faut savoir qu'après l'opération le seul mécanisme sexuel susceptible d'être perturbé est l'éjaculation. En effet, elle peut induire l'éjaculation rétrograde : ne pouvant plus se faire vers l'avant, l'éjaculation a lieu dans la vessie et mène donc à l'infertilité. D'où l'importance de consulter dès les premiers symptômes pour faciliter la prise en charge de la maladie.

Pas de troubles de la libido


Toutes les autres fonctions sont préservées et si des troubles de la libido apparaissent, ils ne peuvent qu'être d'ordre psychologique. On conseille généralement d'attendre un mois et demi avant de reprendre une activité sexuelle, et par la suite il ne faut pas hésiter à se tourner vers une consultation spécialisée si des troubles persistent.

Quelle est la différence entre l'adénome et le cancer ?

Cancer de la prostate : peu de symptômes


L'adénome s'étend à partir du centre de la glande alors que le cancer se développe depuis la périphérie. Dans ce dernier cas, la progression reste silencieuse car elle ne risque pas de toucher l'urètre et donc de gêner la miction. Les troubles urinaires n'apparaissent donc qu'à un stade déjà avancé. Par ailleurs, les symptômes sont de toute autre nature : dysfonction érectile, douleurs extra-urinaires, etc. Mais attention, un adénome ne se transformera jamais en cancer. Il peut seulement lui être associé.

L'adénome n'entraîne jamais de cancer


En revanche, lorsque le diagnostic d'adénome a été porté, il faut se faire suivre chaque année pour surveiller toute apparition d'un cancer et le traiter à temps. S'il n'y a pas de relation entre les deux maladies, ni aucune augmentation du risque chez ceux qui ont un adénome, comme les signes cliniques sont les mêmes, on peut développer un cancer de la prostate sans s'en rendre compte.
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Choisissez la solution santé adaptée aux plus de 55 ans

Bien remboursé (optique, dentaire, audition…), bien accompagné, bénéficiez d’une protection complète en toute sérénité
Promotion en cours

Bien vivre son âge - 20 jours, 20 conseils

Recevez dès demain et pendant 20 jours des conseils quotidiens pour profiter de l’instant présent et de votre avenir.


Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×