La Mutuelle Générale

Maladies parodontales : les prévenir, c’est simple !

18 août 2015

Article créé le 18 Août 2015

La parodontite touche un Français sur cinq. Or dans un grand nombre de cas, cette affection, qui aboutit à la destruction de l’os de soutien de la dent, peut être évitée. Les explications du Dr Antoine Jonard, chirurgien-dentiste.

Une gencive douloureuse, rouge et gonflée annonce une gingivite, premier stade de la maladie parodontale. Affection fréquente, la gingivite s’installe à cause de la prolifération des bactéries. L’accumulation de micro-organismes provoque une inflammation de la gencive. En irritant les tissus, le tartre favorise ce gonflement. Et la plaque dentaire, alors en excès, encourage le développement des pathologies parodontales.

Réversible, la gingivite disparaît le plus souvent avec une bonne hygiène bucco-dentaire. Au risque, sinon, que l’inflammation atteigne les tissus de soutien de la dent. Un brossage insuffisant ou inadapté peut suffire à provoquer une gingivite. Utilisée matin et soir, une brosse à dents souple permet d’éliminer le biofilm de la plaque dentaire. À condition que le brossage dure au moins deux minutes, d’abord horizontalement, puis verticalement.

La technique du « surfaçage »

Pour vérifier que votre geste est bon, n’hésitez pas à consulter un dentiste une fois par an. À l’occasion, celui-ci déposera sur vos dents un liquide révélateur de plaque dentaire. Quant aux brossettes et au fil dentaire, ils ne s’imposent que chez les personnes à risque. Soignée à temps, la gingivite n’évolue pas vers une parodontite. Mais il arrive que le dentiste découvre une destruction importante des tissus entourant la dent. Si celle-ci n’est pas traitée, elle sera perdue. Avant d’envisager une chirurgie, le praticien procédera à un « surfaçage ». Quand l’attache de la gencive sur la dent est détruite par l’inflammation, il se crée en effet un espace appelé « poche parodontale ». À l’aide de curettes et/ou d’un appareil à ultra-sons, le spécialiste élimine alors les dépôts minéralisés qui se sont accumulés dans les poches.

À savoir

Facteurs de risque : quand le brossage des dents n’est pas seul en cause Les pathologies parodontales touchent plus particulièrement les personnes stressées et les fumeurs, dont la réponse inflammatoire est exacerbée à la suite d’une diminution de la vascularisation, ainsi que les femmes enceintes, sous l’effet des hormones. Exposées à une baisse des défenses immunitaires, les diabétiques et les malades du sida sont également plus vulnérables. Le rôle de l’hérédité n’est pas non plus à négliger.

40% : C’est le pourcentage des extractions dentaires après 35 ans dues aux maladies parodontales.

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Espace Adhérents
Contactez-nous depuis la rubrique « Contact » de votre Espace Adhérent Accédez ou créez votre Espace >
Ou appelez-nous
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×