Sommaire

Fibromyalgie : le bénéfice de l'activité physique en groupe

Publié le 06/02/18

Les douleurs chroniques empêchent souvent les patients atteints de fibromyalgie de faire du sport. Pourtant, le maintien d'une activité physique est recommandé pour améliorer leur qualité de vie. Un bénéfice tangible, encore amplifié lorsque ces exercices se pratiquent en groupe.

La fibromyalgie : une maladie méconnue

En France, environ 3% de la population est atteinte de fibromyalgie. Une maladie qui se traduit par des douleurs musculaires, articulaires et tendineuses diffuses et qui s'accompagne souvent d'une  fatigue persistante, de troubles du sommeil et d'un syndrome anxio-dépressif. La fibromyalgie touche majoritairement des femmes (80%) et apparaît en moyenne vers 40-45 ans. Son origine reste encore inexpliquée, elle est probablement multiple : altération du circuit nerveux de la douleur, facteurs hormonaux, causes génétiques, environnementales... Il arrive aussi qu'elle se déclenche après un choc émotionnel violent.

Pas de médicament spécifique contre la fibromyalgie

Reconnue comme une maladie à part entière par l'Organisation Mondiale de la Santé depuis 2006, la fibromyalgie est encore souvent considérée comme une maladie « psy » par certains médecins en raison de la diversité des symptômes. Le diagnostic se fait par élimination, quand toutes les autres causes (rhumatismes, etc.) ont été supprimées et que le patient souffre de douleurs chroniques depuis au moins trois mois.

Il n'existe pas de médicament spécifique mais les antalgiques et/ou les antidépresseurs, par exemple, peuvent soulager les troubles.

Des thérapeutiques alternatives contre la douleur

Pour autant, ces médicaments ne guérissent pas les malades. Alors, en parallèle, beaucoup d'entre eux ont  recours à une prise en charge non médicamenteuse (relaxation, hypnose, rééducation physique, thérapie cognitive comportementale, acupuncture...) pour essayer de mieux gérer la douleur et conserver une vie quotidienne à peu près normale.

C'est loin d'être toujours le cas : 17% des patients sont contraints d'arrêter de travailler, 33% de changer de profession, 8% se retrouvent en invalidité.

La moitié d'entre eux ne pratique plus d'activité physique. Pourtant, bouger est essentiel pour garder son autonomie.

Combattre la fibromyalgie par le mouvement : vers une meilleure qualité de vie

 

  • Réapprendre à bouger

A Bordeaux, le Centre Les Grands Chênes (Korian) accueille des groupes de 4 à 5 patients souffrant de la fibromyalgie en hôpital de jour, principalement envoyés par le centre anti-douleur de la région.

La méthode est la suivante : durant deux mois, et ceci trois jours par semaine, une équipe composée d'un kinésithérapeute, un ergothérapeute, un éducateur sportif, un psychomotricien, un psychologue et une diététicienne, va encadrer ces groupes de patients pour des exercices et des activités spécifiques.

Dr Patrick Middleton, médecin-rééducateur : « l'idée est de les reconditionner progressivement à l'activité physique afin d'améliorer leur qualité de vie ».

1er mois : au programme, étirement, gymnastique, qi-gong, balnéothérapie, relaxation...

2ème mois : des exercices plus intenses sont proposés. Les patients peuvent aussi recevoir un soutien psychologique et des conseils diététiques. 

  • La confiance retrouvée 

Globalement, le résultat est positif : « Les patients se rendent compte que, malgré la douleur, ils peuvent faire des choses. Ça leur redonne confiance et, du coup, ils ont moins peur du mouvement. Ils retrouvent des capacités qu'ils croyaient avoir perdues et notamment de la souplesse, ils sont moins raides quand ils se lèvent le matin. On les remet en route, en quelque sorte », constate le Dr Middleton.

Sur 21 patients interrogés à long terme, 16 ont repris une activité physique et 8 ne sont plus en arrêt maladie ! L'impact de l'activité physique sur la douleur, la fatigue ou l'état dépressif est fluctuant mais « plus les patients sont pris en charge tôt, plus c'est efficace », note le médecin.

  • Sortir de l'isolement 

Virginie, 41 ans, a participé au protocole il y a trois ans. Depuis, elle se sent mieux, physiquement et psychiquement : « Pendant des années, je ne savais pas ce que j'avais. Ici, j'ai enfin été prise en charge, on a mis un mot sur ma maladie et on m'a appris à vivre avec. Aujourd'hui, je sais anticiper les signaux et je refais de la natation, ce que je n'osais plus faire. J'ai beaucoup moins mal partout qu'avant. En revanche, j'ai toujours des gros moments de fatigue mais je les gère ». Virginie est surtout sortie de son isolement social : « J'étais la fille qui avait toujours un pet de travers, je n‘osais plus voir mes amis. Depuis que ma maladie a été prise en charge, l'attitude de mes proches a changé. C'est important la reconnaissance ». 
Source : e-santé

 

Brigitte Bègue journaliste santé

 

En ce moment sur le Blog

Voir tous les articles

Comment l’intelligence artificielle bouleverse la médecine

Recherche, prévention, diagnostic, traitement : l’intelligence artificielle est en passe de transformer notre rapport à la santé.

Ma santé
4 min
Lire l’article

Quiz : que faire en cas de brûlure ?

Liquides bouillants, flammes, produits chimiques… 400 000 personnes se brûlent chaque année en France. Sauriez-vous réagir efficacement en cas de nécessité ?

Ma santé
2 min
Lire l’article

5 informations à connaître sur Mon espace santé

Mon espace santé est un espace numérique personnel qui vous permet de stocker et de partager vos données de santé en toute sécurité.

Ma santé
2 min
Lire l’article