En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Enfant
Enfant
  • Imprimer
Ados : multiplier les régimes décuple les kilos !

Ados : multiplier les régimes décuple les kilos !

Le surpoids et l'obésité touchent gravement les enfants et les adolescents. Comme les adultes, ils ripostent en s'imposant des régimes. Mais au final, les effets obtenus sont le plus souvent à l'opposé de ceux attendus : plus ils suivent des régimes, plus ils prennent du poids ! Ainsi, eux aussi sont victimes de l'effet "yoyo"...

Un enfant sur six présente un excès de poids

En 10 ans, le nombre d'enfants obèses d'âge scolaire a doublé en France et les cas d'obésités graves ont été multipliés par cinq environ.

En 2006, 18 % des enfants et des ados âgés de 3 à 17 ans (16 % des garçons et 19 % des filles) étaient considérés comme trop gros (contre 5 % en 1980), dont 3,5 % d'obèses (3 % des garçons et 4 % des filles) (2). Et selon un sondage Ipsos datant d'octobre 2012, 19% des jeunes de 15-25 ans sont en surpoids ou obèses. Enfin, 47 % des adolescentes se trouvent trop grosses.

Les régimes pendant l'enfance et l'adolescence augmentent le risque d'obésité

Victimes de leur surpoids, ils sont aussi de plus en plus nombreux à faire attention à leur silhouette et donc à entreprendre des régimes amaigrissants.

Ces derniers sont parfois contraignants, suivis à l'insu des parents et sans surveillance médicale. Mais les conclusions des études qui visent à déterminer l'efficacité des régimes et la stabilité du poids des jeunes sont encore plus alarmantes. Elles confirment que comme chez les adultes et contrairement au but recherché, plus les jeunes font des régimes, plus ils prennent du poids...

Par exemple, cette étude américaine publiée dès 2003 et ayant porté sur près de 8.200 filles et 6.750 garçons âgés de 9 à 14 ans. En début d'analyse, près d'une fille sur trois et d'un garçon sur six admettaient suivre ou avoir suivi des régimes : de temps en temps pour 25 % des filles et 14 % des garçons, et souvent pour 4,5 et 2 % respectivement. Ces chiffres sont d'autant plus impressionnants qu'ils remontent à une dizaine d'années !

Après trois années de suivi, les enfants suivant des régimes avaient pris plus de poids que les autres. Tant chez les filles que chez les garçons, plus les périodes de régime étaient fréquentes, plus la prise de poids était rapide.

Depuis, d'autres études confirment ce phénomène. Alors que l'on prône la minceur dans un environnement d'abondance alimentaire, rien d'étonnant à ce que de plus en plus de jeunes se lancent dans des régimes. Attirés par les promesses miraculeuses (perte de poids maximale en un minimum de temps et en toute facilité), les jeunes plongent dans le cercle vicieux du "yoyo" : à l'arrêt du régime, les kilos perdus reviennent, avec souvent en prime quelques kilos supplémentaires.

Ce comportement annonce un surpoids ou une obésité dans les années à venir.

C'est ce que confirment deux publications (1) : les adolescents qui ont suivi un régime amaigrissant à 16 ans sont trois fois plus susceptibles que les autres d'être obèses dans les 5 ans qui suivent.

Comment expliquer ce phénomène ?

Les auteurs suggèrent une « adaptation métabolique ». L'organisme riposte à ces grandes variations en s'adaptant, tandis que le maintien du poids nécessite moins de calories qu'auparavant.

L'effet « yo-yo » que l'on a décrit chez l'adulte s'observe aussi chez les ados. Malmené par une succession de privations, l'organisme stocke davantage de calories en prévision d'une future restriction.

Mais l'obésité chez les jeunes n'est pas seulement un problème d'activité physique et d'apports énergétiques. Il s'agit d'un problème complexe mettant en jeu un grand nombre de facteurs et des vulnérabilités psychologiques.

Outre la génétique, l'obésité parentale et les pratiques radicales de contrôle du poids (vomissements, coupe-faim), les symptômes dépressifs, l'insatisfaction à l'égard de son corps, l'isolement social, la honte d'être en surpoids et les attaques d'autrui (moqueries, harcèlement) représentent également des facteurs prédictifs d'une obésité future.

En conclusion, les régimes ne semblent pas efficaces chez les jeunes. Inversement, ils ont plutôt tendance à leur faire prendre du poids.

Il est nécessaire de réviser les notions de régimes et de les encourager à abandonner les privations successives pour un programme sérieux et plus modeste de suivi et de contrôle du poids. Il faut viser le long terme et donc apprendre à se nourrir correctement.

En pratique :

  • pas de restrictions sévères ;
  • adopter une alimentation variée et équilibrée ;
  • pratiquer une activité physique régulière ;
  • et bien entendu bénéficier d'un encadrement médical, via le médecin traitant, le pédiatre, un nutritionniste ou un diététicien.

Tout régime pendant l'adolescence est fortement déconseillé sans surveillance médicale.
Source :

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Où trouver vitamines et minéraux ?

Quizz Enfant

Économisez sur votre budget, pas sur la santé de votre famille

Garanties complètes, réduction famille, bonus fidélité, assistance incluse, choisissez la mutuelle adaptée à vos besoins
Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×