En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés à vous offrir une navigation optimale, des contenus personnalisés et à réaliser des statistiques d’audiences .En savoir plus
La Mutuelle Générale
Enfant
Enfant
  • Imprimer

Douleurs de croissance chez l'enfant : c'est quoi, que faire ?

Douleurs de croissance chez l'enfant : c'est quoi, que faire ?

05 Décembre 2017

"Il a mal, ça doit être un pic de croissance"... Le fait que la croissance entraîne des douleurs chez les enfants est bien connu.Mais que sont ces douleurs de croissance ?Comment les reconnaître ? Et comment réagir ?

Douleurs de croissance : os et muscles, chacun son rythme

Quand un enfant grandit, tout son corps ne progresse pas au même rythme. Spécifiquement, les os grandissent plus rapidement que les muscles, tendons, ligaments et autres structures qui les réunissent.

Conséquence : les muscles sont mis sous tension. Quand la croissance est particulièrement rapide, et qu'elle se conjugue avec une activité physique importante, les douleurs de croissance apparaissent.

Comment reconnaître les douleurs de croissance ?

Elles sont le plus souvent présentes la nuit, parce que c'est pendant le sommeil que les enfants grandissent.

Elles peuvent toucher tous les membres, mais le plus souvent on les repère au genou.
En effet, les muscles des jambes sont particulièrement forts et très sollicités, ils sont donc plus susceptibles d'être affectés par les douleurs de croissance.

Y-a-t'il des périodes plus propices aux douleurs de croissance ?

Oui car la croissance des enfants ne se fait pas de manière uniforme. Elle est plus rapide entre la naissance et cinq ans, relativement lente entre cinq et dix ans (0,5 cm par mois tout de même en moyenne !), et ensuite très rapide à la préadolescence, entre 10 et 12 ans, où elle peut atteindre deux centimètres par mois.

Même à l'intérieur de ces grandes périodes, les enfants "poussent" par pics successifs qui sont plus ou moins douloureux selon les circonstances. 

Les douleurs de croissance ne sont donc pas chroniques. Elles apparaissent puis disparaissent en quelques semaines, et se présentent une à deux fois par semaine pendant les "poussées".

Douleurs de croissance, pas graves mais...

Les douleurs de croissance sont bénignes, mais elles inquiètent souvent les parents.

Il faut dire qu'elles sont gênantes... En effet, quand l'enfant est petit, les douleurs le réveillent la nuit. Inquiet, il ne parvient pas à se rendormir, et les parents doivent en général se lever pour le rassurer.

Et pour le deuxième pic de croissance, à la préadolescence, les douleurs de croissance sont souvent liées à la pratique d'une activité physique avec un peu trop d'enthousiasme. En conséquence, le jeune fan de sports est condamné à l'inactivité, au moins temporairement !

Il est donc conseillé de consulter un pédiatre en cas de douleurs de croissance.

Le médecin pourra éliminer les autres causes possibles des douleurs : tendinite, périostite, fracture de stress, etc.

Cela rassurera les parents et permettra à l'enfant de reprendre rapidement les activités qu'il souhaite.

Comment réagir aux douleurs de croissance?

En général, il n'est pas conseillé de donner des médicaments contre les douleurs de croissance. Elles vont en général disparaître tout aussi vite par elles-mêmes !

On conseille plus volontiers des massages qui auront l'avantage de rassurer en plus de soulager.

Apprendre à l'enfant à pratiquer son sport préféré de manière plus douce, pour protéger ses articulations, est aussi très utile.

Marion Garteiser,journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Économisez sur votre budget, pas sur la santé de votre famille

Garanties complètes, réduction famille, bonus fidélité, assistance incluse, choisissez la mutuelle adaptée à vos besoins
Promotion en cours

Partagez cet article
avec vos proches
layer
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
Statutaires
Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salariés de droits privés Orange
Adhérents salariés de droits privés Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange
Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
×
×
×
×