En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Femme
Femme
  • Imprimer
Faut-il avoir peur de l'épisiotomie ?

Faut-il avoir peur de l'épisiotomie ?

L'épisiotomie lors de l'accouchement est souvent redoutée par les femmes. Il est vrai qu'elle n'est pas toujours une partie de plaisir...Pour autant, cette intervention est pratiquée dans le but de réduire les risques pour la mère et l'enfant.Petit point pour mieux connaître l'épisiotomie...

Qu'est-ce que l'épisiotomie ?

L'épisiotomie est une intervention courante durant un accouchement.

Elle consiste à inciser le périnée au niveau de la vulve pour éviter sa déchirure au moment du passage du bébé.

Cette incision se fait vers l'arrière, et en diagonale afin d'éviter de se rapprocher de l'anus.
Elle est généralement pratiquée au moment où la tête du bébé est visible.

L'épisiotomie n'est pas douloureuse à proprement parler : soit les contractions "masquent" la douleur due à l'incision, soit la future maman est déjà sous péridurale. Une anesthésie locale peut cependant être pratiquée si c'est nécessaire... Tout dépend du ressenti au moment venu.

Après l'accouchement, l'incision est recousue sous anesthésie locale (lorsqu'il n'y a pas eu de péridurale). Trois à quatre points de suture suffisent.

 

L'épisiotomie, une intervention fréquente

L'épisiotomie est une intervention fréquente mais pas systématique.

En France, on estime qu'elle est pratiquée chez 70% des femmes lors d'un premier accouchement. Il existe sans doute des cas où l'épisiotomie pourrait être évitée mais ils sont minoritaires.

La plupart du temps, l'épisiotomie est pratiquée pour la bonne cause, c'est-à-dire pour préserver la santé de la mère et de l'enfant !

Les situations suivantes justifient ainsi le recours à l'épisiotomie :

  • Un bébé en danger :
    si l'on constate que le rythme cardiaque du bébé diminue, ce qui indique une souffrance, il faut accélérer l'expulsion artificiellement en administrant de l'ocytocine.
    Le périnée n'a donc pas le temps de se distendre naturellement.
    Une épisiotomie est alors indispensable pour éviter le déchirement.
  • Le recours aux forceps :
    les accouchements sous péridurale sont aujourd'hui de plus en plus fréquents...
    Or, la péridurale diminue la sensation de poussées. Dans 7 à 8% des accouchements, les forceps sont donc utilisés pour tourner et extraire le bébé. L'épisiotomie est nécessaire pour cette manoeuvre.
  • La mauvaise position du bébé :
    lors d'une présentation par le siège ou d'un mauvais infléchissement de la tête, l'épisiotomie sera souvent le seul moyen de faire place au bébé.
  • Les jumeaux :
    deux pour le prix d'un ?
    Dans ce cas, difficile également de faire l'impasse sur l'épisiotomie...

Peut-on éviter les épisiotomies ?

De nombreuses femmes redoutent l'épisiotomie.

Néanmoins, cette intervention représente souvent un moindre mal par rapport à ce qu'elle évite (déchirure naturelle sévère, risque pour le bébé...).

Le tout est d'être bien informée: n'hésitez pas à évoquer ce sujet de l'épisiotomie avec votre gynécologue avant l'accouchement !
Vous pouvez par exemple lui exprimer votre désir d'un accouchement le plus "naturel" possible. Il est important de privilégier le rapport de confiance avec votre spécialiste.

Par ailleurs, si l'épisiotomie n'est pas toujours prévisible ni toujours évitable, un bébé de poids normal diminue les risques d'y avoir recours. Il est donc conseillé de ne pas prendre trop de poids pendant la grossesse : un bébé de quatre kilos risque de se frayer difficilement un passage...

Episiotomie et rapports sexuels

L'avantage est que la zone du vagin cicatrise généralement très bien.
Après l'épisiotomie, les rapports sexuels pourront généralement être repris dans les quatre à six semaines.

Pour éviter la douleur, utilisez un lubrifiant et allez-y en douceur... Un premier rapport douloureux peut en effet refroidir les partenaires et rendre les suivants plus difficiles. Avec un peu de patience, les choses devraient très vite rentrer dans l'ordre...

Julie Luong, journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Quelle type de mère êtes vous ?

Quizz Femme

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×