En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Femme
Femme
  • Imprimer
La mastectomie préventive : un rempart au cancer du sein

La mastectomie préventive : un rempart au cancer du sein

En cas de cancer du sein, une mastectomie ou ablation chirurgicale d'un ou des deux seins peut être envisagée. On procède ensuite à une reconstruction mammaire, immédiatement ou à distance de la première intervention. Mais on peut également procéder à une mastectomie en prévention, chez des femmes qui présentent un haut risque de cancer du sein. Qui sont ces femmes et en quoi consiste exactement l'opération ?

$$Qui sont les femmes à haut risque de cancer du sein ?$$

Certaines femmes présentent un risque accru de cancer du sein : âge, hygiène de vie (alcool, sédentarité...), antécédents personnels et antécédents familiaux (5 à 10% des cancers du sein sont héréditaires).

Mutation des gènes BRCA-1 ou BRCA-2
Mais la mastectomie préventive n'est proposée qu'aux rares femmes présentant une prédisposition génétique au cancer du sein, c'est-à-dire à celles qui portent une mutation des gènes BRCA-1 et/ou BRCA-2 (2 femmes sur 1.000 sont porteuses des deux gènes) et qui sont à haut risque de cancer du sein.


Antécédents familiaux de cancers du sein
En pratique, une consultation génétique peut être proposée aux femmes qui ont connaissance de cancers du sein dans leur famille en ligne directe (mère, grand-mère, tantes, soeurs, filles) pour évaluer les risques et éventuellement décider d'un programme de dépistage génétique ou d'avancer l'âge de la première mammographie.

Test génétique
En cas de test génétique positif (confirmant qu'une femme est porteuse des gènes BRCA-1 et/ou BRCA-2), des mesures préventives sont mises en place et une mastectomie préventive peut être proposée. Les proches parentes informées peuvent elles aussi décider de réaliser un tel test génétique. En France, ce test coûte 2000 euros et est pris en charge par l'Assurance maladie.

En quoi consiste la mastecomie préventive ?

La mammectomie prophylactique (ou mastectomie préventive) consiste à ôter chirurgicalement la totalité de la glande mammaire, en conservant tout ou partie de la peau et parfois le mamelon et l'aréole en vue d'une reconstruction. La reconstruction mammaire qui consiste à poser un implant mammaire est ensuite réalisée immédiatement ou dans un second temps lors d'une deuxième intervention.

Conséquences de la mastectomie
Il s'agit d'une intervention lourde et aux conséquences importantes avec notamment, outre les risques liés à la chirurgie et à l'anesthésie, une perte de la sensibilité mammaire en raison de la perte des terminaisons nerveuses avec retentissement sur la sexualité et des cicatrices.

La mastectomie écarte-t-elle définitivement le risque de cancer du sein ?

Dans la population générale, le risque de développer un cancer du sein pour une femme au cours de sa vie est de 10% (une femme sur dix), contre 40 à 85% pour les femmes porteuses d'un ou des deux gènes.

L'ablation des ovaires pour se protéger aussi ?
Les ovaires produisant des hormones agissant sur les seins et l'ablation des ovaires (et des trompes) peut aussi être proposée en prévention de ce cancer et du cancer du sein, avec à la clé une réduction de moitié du cancer du sein. Le fait d'être porteuse d'une ou des deux mutations génétiques expose aussi à un surrisque de cancer de l'ovaire compris entre 10 et 40%.

Une forte diminution des risques de cancer du sein et des ovaires avec la double mastectomie
C'est ainsi que la double mastectomie diminue très fortement le risque de ces deux cancers, d'environ 90%, mais sans les annuler totalement. Dans le cas de l'actrice Angélina Jolie par exemple, son risque de développer un cancer du sein, évalué à 87 % (et à 50 % pour un cancer de l'ovaire) est réduit à 5% grâce à l'intervention.

Un choix très personnel
Dans tous les cas, le choix de subir ou non cette intervention sur recommandation du cancérologue revient entièrement à la patiente. Actuellement en France, seules 2% des femmes dépistées décident de recourir à cette intervention, contre 55% aux Pays-Bas, 40% au Royaume-Uni et 11% aux Etats-Unis. Et lorsque l'intervention est refusée, une surveillance rapprochée est mise en place avec un suivi clinique, radiologique, échographique mammaire et par IRM pluriannuelle.

Isabelle Eustache

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Quelle type de mère êtes vous ?

Quizz Femme

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×