En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer
L'alcool, un peu, beaucoup ou pas du tout ?

L'alcool, un peu, beaucoup ou pas du tout ?

Faut-il s'abstenir de boire ne serait-ce que la moindre goutte d'alcool ? Une nouvelle étude le laisse entendre, allant à contre-courant des données scientifiques en faveur d'un bénéfice cardiovasculaire observé chez les personnes buvant un à deux verres quotidiens.

Oublié le verre de vin quotidien ? Pas si vite !

Le coeur n'apprécie vraiment pas l'alcool en excès. Boire beaucoup et de façon régulière est responsable jusqu'à un tiers des insuffisances cardiaques (1), mais aussi une cause fréquente de problèmes de rythme cardiaque (2). « Les mécanismes ne sont pas complètement éclaircis, explique Patrick Henry, cardiologue (Pôle Urgences, Hôpital Lariboisière, Paris) entre une toxicité propre à l'alcool et/ou une carence induite en vitamine B1 ». Pour tenter de comprendre cet effet toxique cardiaque de l'alcool, des chercheurs ont observé à l'échographie l'évolution de paramètres de taille et de fonction du coeur (le diamètre du ventricule gauche) et les ont reliés à la consommation d'alcool. Or cette étude parue début juin 2015 a fait beaucoup de bruit car à partir des résultats obtenus chez près de 4 500 seniors de l'observatoire Atherosclerosis Risk in Communities Study (ARIC) (3), les chercheurs sous-entendent que l'alcool serait mauvais pour le coeur, y compris avec modération ! Selon eux, cette augmentation de la taille du coeur constatée dès les premiers verres serait défavorable et pourrait prédire la survenue d'une insuffisance cardiaque. Il faut néanmoins être prudent vis-à-vis de ces conclusions, prévient Patrick Henry : « le fait que l'augmentation de la taille du ventricule gauche soit surtout constatée chez la femme, sans explications, est troublant. De plus, ces différences de taille restent minimes ». Sont-elles d'ailleurs pertinentes ? « Rien ne permet d'affirmer que ces modifications très subtiles conduiront forcément à une insuffisance cardiaque, poursuit-il. Par ailleurs, il faut rappeler que l'objectif initial de l'étude n'était pas les maladies du coeur (cardiomyopathies) mais l'athérosclérose. Enfin, elle comporte de nombreux facteurs qui perturbent toute comparaison, notamment des différences entre les "petits" et les "gros" buveurs vis-à-vis du poids, de l'âge, de l'ethnie, de la présence de diabète, des paramètres du cholestérol, du tabagisme... » En attendant d'approfondir les recherches, aucune raison de renoncer à son verre quotidien ! 

Alcool avec modération, coeur protégé

Tout est question de modération. De nombreuses publications internationales en attestent, comme certaines devenues emblématiques. Dès 1994, Serge Renaud, chercheur français à l'INSERM, publiait « l'étude lyonnaise ». Elle concluait à l'association entre une consommation modérée de vin et une mortalité cardiaque moindre, le "paradoxe français". Une autre étude, Monica (Monitoring Cardiovascular Disease), menée entre 1994 et 1999 par l'OMS, penchait en faveur d'une diminution de la mortalité cardiaque chez les buveurs modérés de vin, entre 1 et 3 verres par jour. Puis ce fut au tour d'études internationales sur des milliers de personnes. On fait moins d'insuffisance cardiaque lorsque l'on boit de l'alcool modérément, nous dit l'étude de Framingham Heart (4), entre 1 à 2 verres par jour chez les hommes et un demi à 1 chez les femmes. Message identique avec l'étude de la santé cardiovasculaire « the Cardiovascular Health Study » (5) qui a suivi près de 6 000 personnes jusqu'à 10 ans. Parmi d'autres, le suédois Larsson (6) a examiné huit études incluant plus de 200 000 participants et 6 000 cas d'insuffisance cardiaque. Au final, consommer 7 verres hebdomadaires réduisait de 17% le risque de développer une insuffisance cardiaque. Dernièrement, une étude entérinait l'intérêt protecteur d'une consommation d'alcool légère à modérée (jusqu'à 1 verre par jour pour les femmes et 1 ou 2 verres pour les hommes) aussi vis-à-vis du diabète et de l'accident vasculaire cérébral (2).

1 à 2 verres d'alcool limitent les maladies cardiovasculaires

Pour résumer, des chercheurs canadiens ont compilé 84 études d'observation de différentes populations (7). Chez les personnes qui consommaient l'alcool de façon faible à modérée (1 à 2 verres quotidiens), le risque de maladies cardiovasculaires était plus faible : -25% de décès par maladie cardiovasculaire, -29% de risque d'accident coronaire (crise cardiaque) et -13% de mortalité, toutes causes confondues. Néanmoins, si toutes les études convergent en faveur du caractère cardioprotecteur de l'alcool à faible dose, il reste à en établir formellement le lien de cause à effet et à élucider les mécanismes impliqués. Moralité : si boire un peu est probablement bénéfique, attention aux excès !
Source :

Hélène Joubert

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Hépatite : avez-vous des raisons de vous faire dépister ?

Quizz Prevention

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×