En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Prévention
Prévention
  • Imprimer

Les allergies de l’été

Le printemps est bien connu pour être la saison des allergies au pollen. Mais en été, on peut aussi connaître les symptômes désagréables de l’allergie à cause du soleil, des graminées ou encore des piqûres d’insectes ! Alors quelles sont les allergies que vous pouvez rencontrer l’été, comment les traiter et les prévenir ?

Auteur : Magalie Le Bihan, pharmacien et journaliste santé

Rhume des foins : en été aussi !

Une fois le printemps passé, vous pensiez peut-être en avoir fini avec les allergies aux pollens. Mais de juillet à septembre culmine la « saison des herbacées », la plus connue étant l’ambroisie, une mauvaise herbe couramment retrouvée dans l’hexagone, excepté dans les régions du nord ou de l’Ile-de-France. L’air peut également être chargé au début de l’été, notamment pendant la saison des moissons, de pollens de graminées (blé, maïs, avoine, orge…). Les symptômes de l’allergie sont les mêmes qu’au printemps : nez bouché et/ou qui coule, yeux rouges qui piquent et grattent, éternuements ou irritations de la gorge. Pour être informé(e) des alertes polliniques de votre région en temps réel, vous pouvez consulter le site www.pollens.fr. Contre les symptômes de la rhinite allergique, vous pouvez prendre un médicament anti-histaminique par voie orale, en pulvérisation nasale ou sous forme de collyre anti-allergique. Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

L’allergie au soleil ou la Lucite Estivale Bénigne

En été, des petits boutons peuvent apparaître sous forme de plaques après une exposition au soleil, plus particulièrement chez les femmes de 15 à 35 ans. Cette éruption commence généralement au niveau du décolleté puis peut s’étendre au niveau des avant-bras et des mains. Il s’agit d’une sorte d’allergie au soleil qui, dans le jargon médical, est appelée Lucite Estivale Bénigne. Comme son nom l’indique, ces plaques sont sans gravité mais peuvent s’avérer extrêmement gênantes par les démangeaisons qu’elles provoquent. Si vous avez déjà été victime d’une allergie au soleil, pensez à préparer systématiquement votre peau avant vos futures expositions en misant sur un complément alimentaire à base de carotènes, de sélénium et d’huiles de poisson. Celui-ci stimulera la pigmentation de la peau et limitera les effets délétères du stress oxydatif provoqué par le soleil. Attention, ces compléments sont à prendre au moins deux semaines avant votre départ au soleil et quelques jours après le retour ! Concernant la protection au soleil, il est maintenant possible de trouver des crèmes solaires spécialement formulées pour limiter l’apparition de la Lucite Estivale Bénigne. Ces crèmes permettent une haute protection contre les UVA, responsables du déclenchement des réactions allergiques comme la Lucite Estivale Bénigne. Enfin, si malgré toutes ces précautions les boutons apparaissent après une ou plusieurs expositions au soleil, vous pouvez calmer les démangeaisons en appliquant une crème apaisante que vous trouverez en pharmacie et en faisant des pulvérisations d’eau thermale.

Médicaments photosensibilisants : attention au soleil

La liste des substances pouvant entrainer des réactions au soleil est longue et peut concerner des classes de médicaments comme les antibiotiques, les anti-inflammatoires, les anti-acides, les antidépresseurs ou des médicaments pour le cœur ou contre l’hypertension. Par une toxicité directe ou par un phénomène allergique, ces médicaments peuvent être responsables de deux types de réactions cutanées :

  • La réaction phototoxique, de type « coup de soleil » : une rougeur de la peau peut apparaître, plus ou moins accompagnée de petits boutons ou de vésicules. La réaction survient immédiatement après l'exposition aux UV et reste localisée au niveau des zones qui ont été exposées au soleil.
  • La réaction photoallergique, qui peut survenir lors de la deuxième prise du même médicament, et en général dans les 48 heures suivant l’exposition. Elle provoque très souvent, en plus de la rougeur de la peau, une forte démangeaison, qui ne se limite pas uniquement aux zones exposées.

Vous pouvez vérifier si votre médicament présente un risque de réaction photo-allergique dans la notice de celui-ci (rubriques « Mises en garde » et « Effets indésirables »). Lorsque vous devez prendre un médicament qui expose à des risques de photosensibilisation, vous devez impérativement éviter de vous exposer au soleil ou aux UV artificiels. Sachez que l'exposition du décolleté ou des mains peuvent suffire au déclenchement de la réaction. Attention, ces réactions peuvent être graves et nécessiter un arrêt du traitement ou contre-indiquer totalement l'exposition au soleil. En cas de symptôme, arrêtez votre traitement et prévenez immédiatement votre médecin.

Piqûres d’insectes : risque de réactions allergiques

En été, les occasions ne manquent pas de se faire piquer par des insectes : repas en extérieur, balades en tenue légère, plage, piscine... Chez certaines personnes, les piqûres peuvent provoquer des réactions de type allergique pouvant aller dans les cas les plus extrêmes jusqu’au choc anaphylactique (réaction allergique très grave pouvant entrainer la mort). En cas de piqûre d’abeille, de guêpe ou de frelon, il convient d’enlever le dard avec une pince à épiler et de bien désinfecter. On peut appliquer du froid pour soulager et limiter l’œdème. Il est essentiel de rassurer une personne qui vient de se faire piquer afin de lui permettre de maintenir un rythme cardiaque le plus faible possible : l’afflux sanguin sera moindre et le venin se distribuera moins vite dans l’organisme. Si la ou les piqûres se trouvent au niveau des doigts et que la victime porte des bagues, retirez-les immédiatement au cas où un œdème important apparaitrait. Si des signes de réaction générale surviennent (urticaire, déformation du visage et des lèvres, détresse respiratoire, tachycardie, confusion…), en cas de piqûre sur le visage ou dans la bouche, ainsi qu'en cas de piqûres multiples (plus de dix piqûres), il faut immédiatement appeler le 15. Le médecin du SAMU indiquera la conduite à tenir en attendant l'arrivée des secours. Les personnes ayant déjà présenté un accident allergique suite à une piqûre devraient toujours avoir à portée de main un kit d'adrénaline injectable prête à l'emploi, prescrit par un médecin et administrable par le patient lui-même ou par son entourage.

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi de 8h à 19h30
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0969 363 373 (appel non surtaxé)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×