La Mutuelle Générale

Prévention

Prévention
  • Imprimer

Malades chroniques, urgences… Consultez !

15 mai 2020

En cette période de crise sanitaire, les personnels de santé constatent une forte baisse des demandes de soins pour les pathologies hors Covid-19. Suivi allégé voire absent en cas de maladie chronique, moins d’appels d’urgence pour infarctus du myocarde… Inquiète, la Direction générale de la santé rassure : au cabinet comme à l’hôpital, toutes les précautions sont prises pour que l’accueil des patients non-porteurs du virus se fasse dans les meilleures conditions et que le risque de contamination soit limité au maximum.


Il ne doit pas y avoir de renoncement aux soins indispensables

La Direction générale de la santé (DGS) rappelle la nécessité du maintien de certains soins et examens (en dehors du Covid-19), tant en ville qu’à l’hôpital, pour répondre aux besoins de la population*. Si le système de santé est fortement mobilisé depuis le début de l’épidémie pour répondre aux besoins de prise en charge des patients atteints de Covid-19, cela ne doit pas faire oublier le fait que certains soins et examens doivent impérativement être maintenus, tant en ville qu’à l’hôpital, car ils sont indispensables au regard des besoins de santé de la population. Sont concernés les patients atteints d’une maladie chronique ou de troubles psychiatriques, les femmes enceintes et les jeunes enfants, les personnes nécessitant une intervention chirurgicale urgente mais également les prises en charge médicales qui ne peuvent être différées, comme la cancérologie par exemple.

Au niveau national, la baisse d'activité des professionnels de santé est criante. Les derniers chiffres de la Sécurité sociale (3 avril 2020) annoncent une baisse de 44 % chez les généralistes, 76 % chez les spécialistes (pédiatres, gastro-entérologues, urologues, etc.), 78 % chez les masseurs kinésithérapeutes et 15 % chez les infirmiers.
Trois raisons expliquent cette situation : les patients n'osent plus demander des rendez-vous pour laisser de la place aux malades du Covid-19 ; ils sont inquiets d'aller dans les lieux médicalisés de peur d'attraper le virus ; enfin, ils respectent à la lettre l'ordre de rester chez soi.
« Il est important que le médecin traitant ou le médecin spécialiste correspondant habituel prenne contact avec les patients atteints de pathologie chronique les plus fragiles, insiste le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la santé, pour s’assurer du suivi et détecter un risque de décompensation de la pathologie. Pour cela, le médecin pourra entrer en contact avec le patient par téléconsultation par vidéo ou par téléphone, et être rémunéré pour cet acte. »
Le ministère des Solidarités et de la Santé a conçu une fiche qui détaille les mesures à prendre pour maintenir le suivi et la prise en charge des patients les plus fragiles** : chirurgie urgente ou ne pouvant être différée, maladies chroniques (poursuite des consultations médicales à distance ou si besoin en présentiel, examens biologiques, délivrance des médicaments, poursuite des soins infirmiers et des séances d'éducation thérapeutique), suivi des femmes enceintes et en post-accouchement, suivi des jeunes enfants, santé sexuelle, en poursuivant les consultations pour contraception et en garantissant la continuité de l'activité d'IVG, maladies transmissibles (VIH, tuberculose) et les troubles psychiques.

Consulter en cas d’urgence !

Pour les urgences courantes autres que les urgences Covid-19, le recours au 15 reste d'actualité. En cas de signes inquiétants comme une fièvre importante, un essoufflement, des douleurs thoraciques, des troubles neurologiques, n’hésitez pas à appeler le 15.
Si les soins non urgents ont été reportés pour mobiliser les lits et du personnel dédiés au patients atteints du Covid-19, l’organisation et la prise ne charge des autres urgences est toujours active, rappellent la Société française de cardiologie et la Société française neurovasculaire, qui s’alarment de la désertion des patients.
Selon les données au 26 avril, les consultations aux urgences cardiaques ont baissé de 40% durant le mois de confinement.
Les Prs Ariel Cohen, président de la Société française de cardiologie et Emmanuel Touzé, président de la Société française de neurologie vasculaire : « Nous avons constaté une diminution massive des admissions en urgence pour infarctus du myocarde et accident vasculaire, pour ne parler que des principaux motifs d’urgences dans nos spécialités. Bon nombre de patients ayant des symptômes, par crainte d’être contaminés ou parce qu’ils pourraient les considérer à tort comme mineurs, n’alertent pas les secours. Or, le risque de survenue d’un évènement grave, parfois fatal, est très grand dans les jours qui suivent une première alerte. »

Poursuivre son traitement de fond

Dans le cas des maladies chroniques, ne pas interrompre son traitement et poursuivre son autosurveillance et ses soins courants est un message martelé par les professionnels de santé, les institutions et les associations de patients. Le confinement et la distanciation sociale ne doivent être ni un prétexte, ni une mauvaise occasion d’interrompre son traitement et ses soins courants. Aucune décision ne doit être prise sans un conseil médical, si possible à distance. La téléconsultation et les télésoins sont à privilégier, et sinon le téléphone est toujours un bon moyen de communication.

Liens connexes :
*https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=30752&cmd=visualiserMessage

** https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/soins-hors-covid-19.pdf

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
Du lundi au vendredi
de 9h à 18h
Vous êtes adhérent ?
Statutaires Adhérents statutaires contactez le 09 69 39 39 39 (appel non surtaxé)
itineo et monchoix.santé Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0 969 363 373 (appel non surtaxé)
Salariés de droit privé La Poste Adhérents salariés de droit privé La Poste contactez le 09 69 392 393 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs La Poste Adhérents fonctionnaires actifs La Poste contactez le 09 69 39 30 30 (appel non surtaxé)
Salarié de droit privé Orange Adhérents salarié de droit privé Orange contactez le 0 969 397 497 (appel non surtaxé)
Fonctionnaires actifs Orange Adhérents fonctionnaires actifs Orange contactez le 09 69 32 23 25 (appel non surtaxé)
×
×
×