En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Antibiotiques : seront-ils encore efficaces demain ?

Antibiotiques : seront-ils encore efficaces demain ?

Les antibiotiques ont permis de faire reculer la mortalité liée aux maladies infectieuses bactériennes. Mais à force de les utiliser, de plus en plus de bactéries leur résistent. Moins forts, ils risquent d'avoir  plus de mal à nous soigner.

 

Résistance aux antibiotiques : dix millions de morts en 2050

Un groupe d'experts britanniques le prédit : la résistance aux antibiotiques pourrait tuer dix millions de personnes par an sur la planète en 2050. « Le monde s'achemine vers une ère post-antibiotique où des affections courantes et des blessures mineures pourraient à nouveau tuer », estiment, pour leur part, les Académies de médecine, pharmacie, vétérinaire, chirurgie dentaire et agriculture. Selon l'Institut national de veille sanitaire, en France, l'antibiorésistance serait responsable de 158 000 infections contractées à l'hôpital chaque année et de 15 000 morts. En cause, la surconsommation d'antibiotiques en médecine humaine et animale.

La bonne nouvelle, c'est que la situation peut s'inverser si des mesures efficaces sont mises en place. Ainsi, en France, la résistance au staphylocoque doré à l'hôpital a été divisé par deux en quinze ans grâce au lavage des mains avec une solution hydro alcoolique et à l'isolement des patients. 

Antibiotiques : des résistances aux entérobactéries émergent

La mauvaise nouvelle, c'est que d'autres résistances aux bactéries émergent, y compris en ville, avec les entérobactéries qui colonisent notre tube digestif comme les escherichia coli et les klebsiella pneumoniae (responsables de cystite, d'infections nosocomiales, etc.). Selon les estimations, un à trois patients infectés par ces bactéries ne pourront plus être soignés bientôt avec les antibiotiques classiques. Le phénomène reste relativement limité en France, en revanche, il explose là où les antibiotiques sont utilisés sans compter, parfois même en l'absence d'ordonnance : Grèce, Italie, Inde, Asie, Moyen-Orient, Afrique du Nord...

Le problème est d'autant plus inquiétant que les bactéries n'ont pas de frontières et que le risque de les importer représente une menace sérieuse : « Il y a des touristes qui reviennent avec ces infections de l'étranger, surtout quand ils ont été hospitalisés », souligne Alain Philippon, professeur émérite à la Faculté de médecine Paris Descartes. 

Antibiotiques : trop de prescriptions inutiles

Malgré les campagnes grand public « Les antibiotiques, c'est pas automatique » et les différents plans pour en limiter l'usage, les Français consomment encore 30% d'antibiotiques de plus que leurs voisins européens. Or, 30 à 50% des prescriptions seraient inutiles et seuls 30% des généralistes utilisent le test d'orientation diagnostic rapide pour les angines permettant de savoir si elles sont bactériennes ou virales. Par ailleurs, les traitements sont souvent prolongés sans être réévalués.

« On a des critères qu'il faut s'imposer pour prescrire ou ne pas prescrire, affirme le Pr François Bricaire, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié Salpetrière. On doit aussi mieux prescrire en choisissant le meilleur antibiotique pour le cas clinique observé et ne pas aller à la facilité. Il y a un gros travail à faire au niveau des étudiants en médecine ». Mais pas seulement : « Il faut continuer à sensibiliser les patients, confirme Alain Philippon. Ils s'imaginent trop souvent que ce sont des remèdes miracles ».

Des animaux engraissés aux antibiotiques

Des bactéries multirésistantes sont apparues aussi dans les élevages qui se transmettent directement de l'animal à l'homme ou via l'alimentation. Jusqu'en 2010, la France était la plus consommatrice d'Europe d'antibiotiques vétérinaires. Depuis, leur utilisation a baissé de 12,5% entre 2012 et 2014. Résultat : « La baisse de l'usage des antibiotiques en agriculture a provoqué directement une baisse des infections résistantes », précise Arlette Laval, professeur émérite à l'École nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l'alimentation Nantes Atlantique. Le plan Ecoantibio 2017 table sur une diminution de 25% dans les cinq prochaines années. Et il est question de ne plus donner d'antibiotiques aux animaux à titre préventif.

Mais d'autres pratiques existent ailleurs. Aux États-unis, par exemple, les antibiotiques continuent d'être utilisés comme facteurs de croissance des animaux d'élevage. « Les doses administrées aux porcs pendant la durée d'engraissement sont plus élevées que les doses thérapeutiques », assure Alain Philippon. Des taux tout aussi massifs sont  employés aussi en Asie du Sud-Est.

Pas de nouvel antibiotique à disposition

Il n'y aurait pas de souci si de nouveaux antibiotiques étaient mis sur le marché. Or, ce  n'est pas le cas. Ces dernières années, l'industrie pharmaceutique s'est plutôt tournée vers la recherche de médicaments ciblant les maladies chroniques, qui leur assurent un meilleur retour sur investissement car, contrairement aux antibiotiques prescrits pour une durée limitée, ils sont  prescrits longtemps, parfois à vie.

« Il faut chercher d'autres molécules,  avoue le Pr Bricaire, d'autant que les antibiotiques qui sont développés actuellement visent principalement les staphylocoques qui étaient les souches les plus résistantes il y a quinze ans mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ces molécules pourraient venir du monde marin, les algues notamment peuvent être des substances de grande qualité ».

En attendant, un test de détection rapide des bactéries résistantes, permettant une prise en charge précoce des patients qui en sont porteurs, est en cours d'expérimentation en Grande-Bretagne.

 

Source :

Brigitte Bègue journaliste santé

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×