En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Comment la télévision fait-elle grossir ?

Comment la télévision fait-elle grossir ?

La télévision possède un impact très important sur notre poids. De nombreuses études montrent que plus on regarde la télévision, et plus on est en surpoids.Les personnes regardant la télévision 5 heures par jour présentent 5 fois plus de risque de souffrir de surpoids que les usagers à moins de 2 heures par jour (1). Et encore, on ne compare pas aux abstinents ! Déjà à plus de 2 heures par jour, le risque de surpoids est augmenté de 55 % (2). Dans son livre à la fois drôle et extrêmement sérieux, « TV Lobotomie », Michel Desmurget revient sur les effets néfastes du petit écran.

La télévision nous donne le goût de la « junk food »

Le petit écran crée des préférences gustatives dans l'enfance, et ces préférences persistent à l'âge adulte.

Les publicités de la télévision créent une appétence pour les aliments gras et sucrés qui persistera à l'âge adulte.

Un adulte ayant été élevé sous le regard de la TV sera toute sa vie attiré préférentiellement par ces aliments et devra faire un effort pour manger de manière équilibrée (3, 4).

La télévision nous empêche de brûler des calories

Cela paraît évident que de rester avachi devant la télé est moins consommateur d'énergie que de faire un footing. Mais il y a pire.

Regarder la télévision fait dépenser moins de calories que de se reposer en ne faisant rien ! (5)

Une personne allongée sur son canapé sans télé se gratte, change de posture, lève la tête, en un mot, bouge tout de même un peu. Si elle regarde la télévision, hypnotisée, elle met tous ses muscles au repos.

En un an, cela correspond, avec 210 calories dépensées en moins par jour en moyenne, à 9 kilos de graisses stockées en plus !

 

La télévision affaiblit nos muscles

Si on la regarde plusieurs heures par jour, le temps d'immobilité devant la télévision empêche la mobilisation de nos muscles.

La masse musculaire d'un fan de télé est donc moindre. Son corps consomme alors bien moins de calories, puisque le muscle, même au repos, consomme de l'énergie, ne serait-ce que pour s'oxygéner. Des muscles faibles consomment très peu de calories.

Pour rester mince, le fan de télé devrait manger moins que les autres.

 

Plus on regarde la télévision, et plus on mange !

Rester devant le petit écran incite à manger(6). Cela a même été chiffré et une heure de télévision par jour augmente la prise alimentaire de 167 calories par jour. D'où la prise de kilos indésirables.

On sait par exemple que 90 % des 3 à 8 ans consomment des aliments solides ou des boissons sucrées en regardant le petit écran.

Devant la télévision, on mange plus gras et plus sucré

Devant un film ou les infos, on mange plus, et pire, plus mal.

On mange plus de charcuteries, d'aliments frits, de pizzas, de sucreries ou d'amuse-gueules, et moins de fruits et légumes (7).

 

Devant la télévision, on mange plus

Un repas pris devant la petite lucarne est toujours plus calorique, en moyenne, 260 calories de plus (8).

Cela peut représenter 13 kg de pris en une année. Pour éliminer cette suralimentation, il faudrait faire plus d'une heure de marche par jour.

 

La télévision diminue le sentiment de satiété

Votre dernier repas s'est passé devant la télévision ? Vous mangerez nettement plus au repas suivant.

En effet, occupé à regarder le poste, votre cerveau n'a pas bien enregistré ce que vous avez avalé. Il aura tendance à réclamer nettement plus au repas suivant.

Les scientifiques disent que « le cerveau a plus de mal à mémoriser les éléments qualitatifs et quantitatifs du repas lorsque ce dernier est pris en présence de la télévision » (9).

 

La télévision incite à manger sans faim

Comme le cerveau fonctionne beaucoup par réflexe, dès qu'il aperçoit quelqu'un en train de manger, il a envie de manger... Même s'il n'a absolument pas faim. (10)

De même, elle incite à boire des boissons sucrées sans soif.




Au total, une manière de mincir, ce serait d'arrêter de regarder la télévision !

Une mesure pas chère, qui vous ferait même économiser la redevance audiovisuelle. Pourtant, elle est difficile à mettre en oeuvre.

Alors, limiter la consommation de télévision à une heure par jour permet déjà de limiter considérablement les dégâts sur la santé. Car la gêne esthétique du surpoids n'est pas seule à être gênante. Ce sont surtout les problèmes de santé qui en découlent qui inquiètent les pouvoirs publics.




Sources :
(1)  Television Viewing as a Cause of Increasing Obesity Among Children in the United States, 1986-1990. Steven L et col. Arch Pediatr Adolesc Med. 1996;150(4):356-362

(2) : Television Viewing and its Associations with Overweight, Sedentary Lifestyle, and Insufficient Consumption of Fruits and Vegetables Among US High School Students.Richard Lowry Journal of School Health. Volume 72, Issue 10, pages 413-421, December 2002

(3) Television and children's conception of nutrition. Signorelli N et col. Health Comm n°9, 1997, p 289.

(4) « Association between televison viewing and consuption of commonly advertised food among New Zealand children and young adolescents » Utter J. et col. Public Health Nutr, N°9 2006, p 606.

(5) Effects of television on metabolic rate : potential implications for childhood obesity. » Pediatrics n°91, 1993, p 281.

(6) Television's influence on children's diet and physical activity. Taras H.L. et col J.Dev. Behav. Pediatr. N°10, 1989, p 176

(7) The association of television viewing with snacking behavior and body weight of youg adultes. Thomson et col. Am. J. Health Promot. N° 22 2008, p 329.

(8) On the road to obesity : television viewing increases intake of hight-density food. Blass E.M. et col. Physiol. Behav. N° 88 2006 p 597.

(9) Television watching during lunch increases afternoon snack intake of young women. Higgs S. et col. Appetite n°52 2009, p 32

(10) Effect of television advertisement for food on food consumption in children. Halford J.C. et col. Appetite n°42, 2004 p 221.

 

Dr Catherine Solano

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×