En utilisant le site lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
La Mutuelle Générale
Sante au quotidien
Santé au quotidien
  • Imprimer
Contrôler le diabète ou prendre du poids : faut-il choisir ?

Contrôler le diabète ou prendre du poids : faut-il choisir ?

"Glycémie bien contrôlée, prise de poids assurée". Souvent, bien gérer le diabète et notamment le diabète de type 2 se fait au prix de quelques kilos en plus. Voici quelques conseils pour faire mentir cet adage.

 

« Diabesité » : quand le surpoids et le diabète sont intimement liés

La progression du diabète de type 2 en France suit très fidèlement celle de l'obésité. Si toutes les personnes obèses ne seront pas diabétiques, le diabète de type 2 apparaît la plupart du temps chez des personnes en surpoids, sur un terrain génétique favorisant. En effet, l'obésité abdominale (androïde) est tout particulièrement responsable de l'apparition du diabète de type 2.

La graisse viscérale exerce un effet néfaste au niveau du foie induisant une insulinorésistance (résistance des tissus à l'action de l'insuline), ce qui nécessite une augmentation de la production pancréatique d'insuline pour contrôler la glycémie (taux de sucre dans le sang). Lorsque le pancréas n'est plus capable de répondre à cette demande accrue, la glycémie s'emballe et les personnes passent de l'état d'obèse à celui de diabétique.

D'où l'intérêt de contrôler la prise de poids pour ne pas accentuer la gravité et le déséquilibre du diabète. Un problème épineux car bien contrôler le diabète expose à la prise de poids.

Pourquoi mieux soigner son diabète fait-il prendre du poids ?

Comment contrôler l'équilibre glycémique sans que les personnes diabétiques de type 2 ne prennent du poids, alors même que les trois-quarts d'entre eux sont déjà en surpoids ?

Ce problème est très délicat à gérer car le fait d'équilibrer le diabète limite les pertes caloriques induites par la glycosurie (perte de glucose via les urines). Cela explique que lorsque les glycémies sont bien contrôlées, la personne diabétique de type 2 puisse prendre du poids sans même modifier son alimentation.

Le paradoxe du contrôle de la glycémie dans le diabète de type 2 tient aussi au fait que le traitement -médicaments antidiabétiques oraux et insuline- induit très fréquemment une prise de poids:

  • La metformine, traitement de première ligne du diabète de type 2, n'entraîne pas de prise de poids. Il en est de même pour une autre classe de médicaments (inhibiteurs des alpha-glucosidases). *
  • En revanche, d'autres médicaments (sulfamides) qui forcent le pancréas à secréter de l'insuline, peuvent entraîner une prise de poids de l'ordre de 2 à 3 kg à 6 mois et parfois bien au-delà. Là, le facteur "poids" devient prépondérant. Une autre classe de médicaments par voie orale (les glinides) entraînent une prise de poids (entre 1,77 et 2,08 kg) *.
  • L'insuline est bien connue pour faire prendre des kilos (environ 5 kg dans le diabète de type 1 et 4-7 kg dans le diabète de type 2), d'autant plus nombreux que la dose d'insuline journalière est élevée. Or, plus la personne diabétique de type 2 est obèse, plus les doses d'insuline nécessaires pour contrôler sa glycémie seront importantes. Un cercle vicieux.
  • Deux classes médicamenteuses -les plus récentes- sont intéressantes dans la prise en charge du surpoids dans le diabète. Les premiers sont plutôt neutres sur le poids (inhibiteurs des DPP-4). Les seconds permettent chez une partie des diabétiques de type 2 une perte de poids, en moyenne de 2 à 4 kg (analogues du GLP1). Ils ralentissent la vidange de l'estomac et limitent l'appétit.


Le dernier élément pouvant faire prendre du poids est lié aux hypoglycémies (taux sanguin de sucre trop bas) sous certains médicaments par voie oral et sous insuline, en raison des prises de glucides en collation pour normaliser le taux de sucre dans le sang qu'elles nécessitent ("resucrage"). Des hypoglycémies légères et qui passent inaperçues augmentent aussi l'appétit.

De plus, certaines personnes réduisent ou cessent l'activité physique du fait de malaises hypoglycémiques. Au lieu d'en parler au médecin pour qu'il réduise les doses de certains médicaments et d'insuline, elles vont prendre alors des collations... et du poids.

Vigilance chez les jeunes femmes diabétiques de type 1

Prendre en charge des jeunes femmes diabétiques, c'est ne pas perdre de vue que leur silhouette et la prise de poids sont une préoccupation majeure pour elles. Au risque de faire passer le diabète au second plan. Pour cela, certaines d'entre elles -diabétiques de type 1- négligent leur traitement par insuline, ce qui les expose à des complications précoces au niveau des reins, des yeux et du système cardiovasculaire. Elles réduisent soit le nombre d'injections d'insuline, soit les doses, parfois à l'extrême.

Ce souci de la prise de poids prend de telles proportions qu'il peut engendrer de réels troubles du comportement alimentaire. Une approche psychiatrique s'impose alors (thérapies cognitivo-comportementales, groupes de paroles etc.).

En revanche, le poids semble une préoccupation moins aigüe chez les personnes diabétiques de type 2. Ce sont principalement des femmes nettement plus âgées, en surcharge pondérale ou obèses de longue date, qui ont plus ou moins appris à vivre avec, au sein d'un environnement familial où la surcharge pondérale est fréquente.

Concilier équilibre du diabète et gestion du poids, un challenge possible

La crainte de la prise de poids constitue l'une des principales réticences des personnes diabétiques lors du passage à l'insuline. Mais attention, cette crainte ne doit toutefois, pas retarder l'insulinothérapie qui est nécessaire chez un grand nombre de diabétiques de type 2 au cours de l'évolution de leur diabète. Cette crainte est d'ailleurs souvent levée après une explication patiente de la part du médecin.

Pr Bernard Bauduceau, Service d'endocrinologie, HIA Bégin (Saint-Mandé) : « Le renforcement des "mesures hygiéno-diététiques" constitue la seule solution efficace et pérenne pour lutter contre la prise de poids même si l'observance en est particulièrement difficile dans le temps. En effet, le suivi d'une alimentation variée, raisonnable et équilibrée est absolument indispensable mais est souvent difficile à obtenir chez certains diabétiques. Ces mesures diététiques ne doivent en aucun cas être trop restrictives pour pouvoir tenir sur la durée. Leur abandon inéluctable conduit habituellement à un rebond dans la prise de poids. Encourager les diabétiques à majorer leur activité physique constitue le second volet des mesures hygiéno-diététique. Dépenser plus pour moins grossir ne nécessite pas de s'inscrire au marathon. Une modification du mode de déplacement en favorisant la marche peut être adaptée aux possibilités de chacun.  Comme pour l'alimentation, un compromis entre l'idéal et le possible doit être trouvé. »

 

Source :

Hélène Joubert, journaliste scientifique

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

caractères restants
* Champs obligatoires
L'article a bien été envoyé à : .
Fermer
Fermer
Graisse abdominale : démêlez le vrai du faux !

Quizz Sante au Quotidien

Trouvez la mutuelle santé qui vous ressemble

Très bien remboursé, bien accompagné, choisissez une mutuelle santé adaptée à vos besoins et à votre budget

Promotion en cours

Partagez cet article avec vos proches
Posez vos questions à nos experts
Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ?
Contacter un conseiller au 3035 (service & appel gratuits)
le lundi de 8h30 à 19h30
du mardi au vendredi de 8h30 à 21h
le samedi de 10h à 18h
Vous êtes adhérent ?
individuels ou fonctionnaires Orange
Adhérents individuels et fonctionnaires orange contactez le 0800 455 455 (service et appels gratuits)
La Poste
Adhérents la Poste contactez le 0800 270 270 (service & appel gratuits)
contractuels Orange
Adhérents contractuels Orange contactez le 0800 01 31 31 (service & appel gratuits)
itineo et monchoix.santé
Adhérents itineo et monchoix.santé contactez le 0800 661 661 (service & appel gratuits)
Vous êtes professionnel de santé ?
Professionnels de santé contactez le 0800 666 999 (service 0.06€ / mn + prix appel)
×
×
×
×