Sommaire

Identifier les signes d'une descente d'organes

Fréquente mais encore taboue, la descente d'organes, ou prolapsus féminin, se traduit par différents symptômes, plus ou moins gênants, qui peuvent aller jusqu'à l'incontinence et à l'extériorisation des organes. Le point sur cette affection et sa prise en charge.

Isabelle Eustache
Publié le 09/07/21
Temps de lecture 3 min

Identifier les signes d'une descente d'organes

La vessie, le rectum, l'utérus et le vagin font partie des organes du petit bassin, normalement soutenus par des ligaments et par les muscles du périnée. Ils constituent le plancher pelvien.

Lors d'un accouchement, d'une opération chirurgicale, d'activités physiques intenses ou encore pendant la ménopause, muscles et ligaments peuvent se distendre. Les organes génitaux risquent alors de descendre et de créer une gêne mécanique et, parfois aussi, fonctionnelle selon les organes touchés et le niveau auquel ils descendent.

Certaines douleurs et pressions sont davantage ressenties en position debout et disparaissent généralement lorsque la femme s'allonge. Toutefois, lorsque la gêne nuit à la qualité de vie et interfère dans la sexualité, elle peut entraîner un véritable mal-être psychologique.

Mécaniques ou fonctionnels, certains signes sont révélateurs

  • Sensation de pesanteur ou de compression
  • Pression au niveau vaginal
  • Douleurs lombaires
  • Sensation de descente de l'utérus, de la vessie ou du rectum
  • Douleurs lors des rapports sexuels
  • Constipation avec défécation difficile
  • Incontinence d'effort urinaire ou anale (lorsque l'on tousse, lors d'un effort physique ou du port d'une charge...)
  • Impériosité urinaire (envie d'uriner soudainement et de façon irrépressible)
  • Infections urinaires fréquentes (la vessie se vide mal, favorisant la rétention urinaire)
  • Extériorisation des organes

Prenez soin de vous avec la complémentaire Itineo Santé

La Mutuelle Générale vous accompagne sur l’ensemble de vos besoins en protection santé, avec des offres modulables et des garanties adaptées :

Repérer les femmes à risque

Les femmes qui ont vécu un accouchement difficile, les grandes sportives, les personnes amenées à transporter des charges lourdes (agricultrices, aides-soignantes, pompiers...) ou à exercer une profession qui impose une station debout prolongée (vendeuses...) sont davantage exposées au risque d'un prolapsus.

De même, l'obésité, certains troubles digestifs nécessitant des efforts de poussées, certains traumatismes ou encore la présence d'une tumeur risquent d’entraîner une descente d'organes.

Aussi, des séances préventives de rééducation des muscles périnéaux sont prescrites aux femmes identifiées comme étant à risque.

Les femmes à risque ménopausées, qui ne bénéficient plus de l'effet tonifiant des œstrogènes sur les muscles, ont quelquefois recours à un traitement hormonal substitutif.

Les prises en charge de la descente d'organes

Différents paramètres sont pris en compte dans le choix d'un traitement. Le degré de descente, le nombre d'organes descendus, le type de symptômes, l'âge et la nécessité de préserver les fonctions génitales et sexuelles sont considérés.

  • La rééducation périnéale (exercices destinés à faire travailler les muscles du périnée) est recommandée en cas de prolapsus léger pour renforcer le plancher pelvien.
  • Le pessaire : sous la forme d'un diaphragme, d'un cube ou d'un coussinet, il s'insère dans le vagin pour soutenir les organes pelviens. Les pessaires sont très utiles aux femmes dans l'attente d'une intervention chirurgicale ou qui ne peuvent pas se faire opérer.
  • La chirurgie, indiquée chez les femmes qui ne désirent plus avoir d'enfant, est correctrice. Elle se réalise généralement par voie vaginale et vise à renforcer le plancher pelvien. Une intervention via l'ouverture de l'abdomen se justifie parfois en cas de prolapsus sévère de l'utérus ou du vagin. On peut être amené à fixer la partie supérieure du vagin à l'os pelvien. En cas d'incontinence ou de risque d'incontinence, l'intervention chirurgicale traite en même temps cette affection.

Bon à savoir

Plusieurs solutions permettent donc de lutter contre le prolapsus, une pathologie qui concerne de très nombreuses femmes. La chirurgie propose aujourd'hui un traitement définitif avec disparition totale des symptômes.

On considère que près d'1 femme sur 11 devra recourir à un traitement chirurgical du prolapsus dans sa vie.

En ce moment sur le Blog

Voir tous les articles

Comment l’intelligence artificielle bouleverse la médecine

Recherche, prévention, diagnostic, traitement : l’intelligence artificielle est en passe de transformer notre rapport à la santé.

Ma santé
4 min
Lire l’article

Quiz : que faire en cas de brûlure ?

Liquides bouillants, flammes, produits chimiques… 400 000 personnes se brûlent chaque année en France. Sauriez-vous réagir efficacement en cas de nécessité ?

Ma santé
2 min
Lire l’article

5 informations à connaître sur Mon espace santé

Mon espace santé est un espace numérique personnel qui vous permet de stocker et de partager vos données de santé en toute sécurité.

Ma santé
2 min
Lire l’article