Alimentation des enfants : le sucre, oui mais pas trop !

3 novembre 2021

6 conseils pour limiter le sucre

Carburant du cerveau et des muscles, le sucre doit représenter 40 à 55 % de l’apport énergétique total. Source de plaisir, ce n’est pas un ennemi ! Mais consommé à l’excès, il représente un danger pour la santé à court et long terme. Comment éviter que les enfants en consomment trop 
et préserver leur capital santé  ?

Sucre : pourquoi les tout-petits l’adorent ?

Le sucre est la première saveur qu’un être humain expérimente. Le lait maternel contient 75 grammes de glucides. Les laits maternisés ainsi que les aliments pour bébé sont riches en sucre. Cette appétence serait même innée, nos ancêtres préférant les fruits mûrs aux fruits verts, acides et amers !

Gare à l’excès de gourmandise ! 

Le sucre active le circuit de la récompense. Il est donc bon pour le moral et le bien-être des enfants. Mais, d’après l’OMS (Organisation mondiale de la santé), 75 % des 4-7 ans et 60 % des 8-12 ans en mangent trop. Il peut être responsable de caries, de surpoids et à long terme de diabète de type 2, voire de maladies cardio-vasculaires. 

Alimentation : 6 conseils pour limiter la consommation de sucre chez les enfants

Il faut distinguer les sucres ajoutés des sucres naturellement présents dans les aliments comme les fruits. D’après l’OMS, les enfants ne doivent pas manger plus de 3 cuillères à café de sucre ajouté par jour, soit 12 grammes de sucre. Les habitudes alimentaires des enfants évoluent. La Mutuelle Générale vous donne 6 conseils pour limiter la consommation de sucre chez les enfants. 

1)    Réduire le sucre petit à petit 

La privation est contre-productive. Si votre enfant est habitué à manger régulièrement des friandises, diminuez progressivement les sucreries pour ne pas créer de frustration. Par exemple, lors du goûter, fixez une quantité maximum de bonbons autorisés. 

2)    Limiter la surexcitation 

S’il n’est pas prouvé que le sucre crée de l’hyperactivité chez les enfants, la fatigue et l’excitation réveillent l’envie de sucre. Les inciter à avoir des activités calmes et les coucher tôt diminuera ce besoin.

3)    Alimentation : prendre de bonnes habitudes

Les enfants adorent grignoter. Habituez-les à ne pas manger en dehors des repas. En cas de fringale, proposez-leur un fruit ! Durant les repas, privilégiez l’eau aux jus de fruit, sirops ou autres sodas. Attention également au ketchup qui contient 22 grammes de sucre pour 100 grammes. 

4)    Faire la chasse aux sucres ajoutés

Tous les produits transformés, ou presque, contiennent des sucres ajoutés : soupes, sauces, plats cuisinés… Lors de vos achats en magasin, lisez la liste des ingrédients. Tâchez d’éviter les sirops de riz ou de maïs, trop sucrés. Sachez aussi que les ingrédients sont classés par ordre décroissant en fonction de leur teneur dans le produit final, du plus important au plus faible. Par exemple, dans certaines pâtes à tartiner, le sucre arrive en première position.

5)    Décrypter les étiquettes

Il existe plusieurs applications sur smartphone permettant d’analyser votre alimentation : Yuka, Open food facts ou encore Kwalito. Il vous suffit de scanner l’étiquette d’un produit pour accéder à toutes les informations nutritionnelles. Vous pouvez également vous référer au Nutri-Score, présent sur l’emballage, qui vous indique la qualité nutritionnelle de l’aliment. Pour en savoir plus sur le Nutri-Score, découvrez notre vidéo!

 

6)    Utiliser du « bon » sucre

Si vous avez le temps, l’idéal est de cuisiner vous-même et de diminuer progressivement la quantité de sucre dans les recettes. Les édulcorants sont une fausse bonne idée : ils entretiennent l’addiction au sucre. En revanche, vous pouvez remplacer le sucre raffiné par du miel ou d’autres types de sucre : rapadura, muscovado, sucre de coco…Si vous avez l’habitude de finir vos repas sur une note sucrée, il est préférable de prendre un fruit. En effet, le fructose (sucre naturellement présent dans les fruits) sera mieux assimilé par l'organisme.